L’épisode de smog qui a pesé sur Montréal durant près de quatre jours est le pire en près de huit ans, confirme Environnement Canada.

Ariane Krol Ariane Krol
La Presse

« La dernière fois où on en a eu un aussi long et constant, pendant trois jours et une nuit, c’est en novembre 2012 », indique le météorologue Simon Legault, d’Environnement Canada.

L’avertissement émis par l’agence fédérale vers 4 h 30 du matin vendredi s’est prolongé jusqu’à près de minuit dans la soirée de lundi à mardi.  

Vous avez trouvé l’air plus respirable lundi ? Les particules fines qui s’étaient accumulées dans l’air stagnant ont effectivement été balayées par les vents lundi matin, mais Environnement Canada a maintenu son avertissement, car la qualité de l’air menaçait de se dégrader de nouveau durant la journée – ce qui ne s’est finalement pas produit.

Le voile de particules fines qui recouvrait la métropole a particulièrement éprouvé les Montréalais atteints de problèmes respiratoires ou adeptes d’activités cardiovasculaires. Mais contrairement à une canicule estivale, cet épisode de smog n’a pas fait bondir les visites aux urgences. « Les principaux effets sont reliés à des maladies communes et quand quelqu’un arrive avec une crise d’asthme, on n’a pas de test diagnostic qui nous permette de distinguer si elle est reliée au smog », explique le Dr David Kaiser, de la direction régionale de santé publique de Montréal.

Les causes

La combustion du bois est responsable de 39 % des émissions locales de particules fines, ce qui en fait la deuxième source après le transport (45 %).

L’usage de poêles et foyers émettant plus de 2,5 grammes de particules fines à l’heure et, en période de smog, de tout appareil ou foyer utilisant des combustibles solides, est interdit à Montréal depuis l’automne 2018.

Depuis l’entrée en vigueur de ce règlement, le 1er octobre 2018, la Ville a fait le suivi de 444 signalements et, à la suite d’inspections, envoyé 289 avis d’infraction pour des situations de non-conformité. L’administration a également lancé 18 poursuites.

On ignore toutefois si ce règlement a amélioré la qualité de l’air.

PHOTO PATRICK SANFACON, ARCHIVES LA PRESSE

Le transport représente 45 % des émissions locales de particules fines.

On a l’intention de travailler avec la Ville après la fin de l’hiver pour voir si on peut isoler la partie “chauffage au bois” pour pouvoir porter un regard sur l’impact du règlement.

Dr David Kaiser

L’air de Montréal reçoit en effet des particules fines de multiples sources (combustion, transport, industries) et provenances (villes défusionnées de l’ouest de l’île, Ontario, Midwest américain).

Moins de charbon, plus d’autos

Le smog montréalais se manifeste généralement en hiver, et le nombre de journées est en baisse depuis 2013, indique le service de l’environnement de la Ville dans son dernier bilan, qui a recensé six jours de smog en 2018. Les données de 2019 ne sont pas encore sorties, mais Environnement Canada a enregistré cinq jours d’avertissement de smog l’an dernier.

La réduction du nombre de jours de smog s’explique en partie par la fermeture de centrales au charbon dans le Midwest américain au cours des dernières décennies, mais il faut s’occuper des sources qui représentent près de 85 % des émissions locales, souligne le Dr Kaiser.

« Pour la combustion de bois, il faut s’assurer que le règlement soit appliqué et qu’on ait les impacts escomptés, et pour les transports, il faut pouvoir renverser la tendance à l’augmentation continuelle du parc automobile qu’on voit depuis deux décennies. »