La mairesse de l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce a été retirée du caucus de Projet Montréal, après avoir refusé d’appliquer les recommandations du contrôleur général dans un dossier de harcèlement psychologique, a annoncé le Cabinet de la mairesse de Montréal.

Janie Gosselin Janie Gosselin
La Presse

Une enquête sur le climat de travail dans l’arrondissement avait été lancée en septembre dernier, et aurait notamment visé la directrice du cabinet de Mme Montgomery, Annalisa Harris.

L’enquête de la Division du respect de la personne a conclu à des « comportements graves assimilables à du harcèlement psychologique envers deux employés de l’arrondissement », selon le communiqué transmis par le Cabinet de la mairesse.

Les recommandations du contrôleur général de la Ville «ont été soumises à la mairesse Sue Montgomery qui, à titre d’employeur et de détentrice du pouvoir exécutif au sein de l’arrondissement [de] Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, a l’obligation légale de prendre les mesures nécessaires afin de faire cesser les comportements reprochés et de protéger les employés concernés», souligne-t-on dans le communiqué.

Selon une source proche du dossier, la mairesse d’arrondissement n’aurait reçu que les conclusions de l’enquête. Elle a décidé de contester le rapport et a refusé de mettre en place les recommandations, menant à son expulsion du caucus.

Sue Montgomery a réagi sur Twitter, se disant « déçue » de son retrait du caucus. « Je défends la justice et la vérité. On m’a demandé de renvoyer quelqu’un sans avoir vu les preuves. Je serais la dernière personne à tolérer le harcèlement. Je ne tolérerai pas non plus l’absence d’une procédure régulière », a-t-elle écrit.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a indiqué avoir « une politique de tolérance zéro en matière de harcèlement ».

Les deux employés concernés n’ont pas porté plainte directement pour harcèlement psychologique, mais la Division du respect de la personne a tout de même procédé à des vérifications après avoir été informée de problèmes possibles avec le climat de travail dans l’arrondissement. Après les conclusions des enquêteuses, le contrôleur général a émis ses recommandations.