Un peu plus de cent personnes ont dénoncé samedi la surreprésentation des populations noires et autochtones dans le milieu carcéral au Québec lors d’une manifestation devant la prison de Bordeaux, au nord de Montréal.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Ils étaient nombreux à démontrer leur colère samedi après-midi devant l’établissement, protégés par des masques, frappant sur des casseroles et surveillés par des policiers.

Les manifestants déplorent également les conditions de vie des détenus en contexte de pandémie de COVID-19.

Le mois dernier, un prisonnier a succombé au virus après avoir demandé de l’aide. Robert Langevin, âgé de 72 ans, était en attente de procès.

Malgré la cacophonie ambiante et la présence de feux d’artifice, l’action s’est déroulée de façon pacifique et sans aucun dommage matériel, selon l’agente Véronique Comtois, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Aux alentours de 15 h, la manifestation commençait à s’essouffler.