Après ceux de Montréal et de Laval, au tour des citoyens de Longueuil d’encaisser une augmentation de leur compte de taxes résidentiel: celui-ci bondira en moyenne de 2,5% en 2020, 0,6% de plus que l’inflation.

Suzanne Colpron Suzanne Colpron
La Presse

Pour une propriété unifamiliale de 310 000 $, cela représente une hausse de 70 $ par année sur un compte de taxes de 2890 $.

La hausse est de 2,9% pour les immeubles de six logements et plus, et de 3,6% pour les bâtiments industriels.

L’administration de la mairesse Sylvie Parent l’avait annoncé le 22 novembre, mais ce n’est que mardi que le budget complet a été rendu public, en vue de son approbation en soirée à l’occasion d’une séance extraordinaire. 

«En campagne électorale, notre équipe s’était engagée à limiter la hausse du compte de taxes résidentiel à 1% par année. Après le gel des deux dernières années, nous proposons une hausse de 2,5% cette année», a expliqué la mairesse Parent.

Cette hausse dépasse de 0,4% celle qui sera imposée aux Montréalais (2,1%) et de 1,1% celle que subiront les Lavallois (1,4%) l’an prochain.

Le budget 2020 de Longueuil s’élève à 447,4 millions, une hausse de 20,4 millions par rapport à l’exercice précédent, soit 4,8%.

À titre de comparaison, la nouvelle mouture montréalaise, dévoilée la semaine dernière, atteint de 6,17 milliards, et celle de Laval, de 921,4 millions.

Hausse des services

L’administration Parent compte prioriser des investissements dans des services aux citoyens :

-Prolongement des heures d’ouverture du Centre de services aux citoyens (311), le soir et les week-ends.

-Déploiement sur tout le territoire de la collecte des matières organiques. À la fin de l’année 2020, 72 226 domiciles seront desservis par le programme de collecte.

-Amélioration de l’éclairage des rues et des parcs pour accroître le sentiment de sécurité (600 000 $).

-Augmentation des investissements en travaux publics, incluant le service de déneigement (22,1 millions).

-Mise en œuvre d’une politique d’agriculture urbaine et de verdissement.

«Les revenus additionnels en provenance du développement immobilier (5,6 millions) et le renouvellement du pacte fiscal (2 millions) ont compensé pour l’augmentation des dépenses prévues, entre autres, pour la hausse de la quote-part à l’agglomération, l’indexation des dépenses liées à la rémunération, aux contrats de déneigement et de marquage de la chaussée, et au prix du carburant, ainsi qu’à des projets annuels importants en matière de services aux citoyens et d’environnement», a fait savoir la mairesse Parent.

La hausse de la quote-part à l’agglomération pour 2020 atteint 7,9%. Un chiffre attribuable en grande partie aux impératifs liés au transport en commun, au maintien des services de compétences d’agglomération (police, cour municipale, évaluation) et à la création de réserves financières pour la gestion de l’eau.

Agglomération

Du côté de l’agglomération, le budget s’élève à 377 millions, une hausse de 12,5 millions par rapport à 2019, soit 3,4%. 

Deux réserves financières seront créées pour la gestion de l’eau afin d’assurer la pérennité de ce service sur tout le territoire de l’agglomération, contrer le vieillissement des infrastructures et répondre aux nouvelles exigences règlementaires.

L’augmentation de la contribution de l’agglomération à l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) s’élève à 2,1 millions.