Parce que les refuges de la métropole débordent, l’ancien hôpital Royal Victoria offre jusqu’à la fin du mois de mars de l’hébergement temporaire aux sans-abri de la métropole. Chaque soir, 150 hommes et femmes pourront passer la nuit dans l’une des chambres de l’ancien hôpital, situé sur le mont Royal.

Ariane Lacoursière Ariane Lacoursière
La Presse

Commissaire aux personnes en situation d’itinérance à la Ville de Montréal, Serge Lareault explique que plusieurs personnes se rendent chaque jour à la halte-chaleur située près de la Place des Arts au centre-ville. « Une navette se rendra là pour amener les gens jusqu’à l’unité de débordement de l’hôpital Royal Victoria », dit-il.

Deuxième année

M. Lareault mentionne que les refuges pour sans-abri de la métropole fonctionnent à plein rendement. « Depuis deux ans, on voit qu’il y a une augmentation de l’achalandage », dit-il. Pour une deuxième année consécutive, des lits de débordement sont donc créés pour l’hiver.

Cette année, une unité pour femmes pouvant accueillir 50 pensionnaires sera disponible à l’hôpital Royal Victoria. L’unité de débordement se veut aussi un service « à bas seuil d’accessibilité ». C’est donc dire que les personnes intoxiquées, ayant des animaux ou en couple pourront y séjourner.

Des lits d’urgence seront également ajoutés dans les refuges de la métropole pour faire face à la demande cet hiver.