La Ville a autorisé mardi la démolition de l’ancien cinéma Champlain, abandonné depuis 15 ans, en plein cœur du Village gai de Montréal. Une décision critiquée par Héritage Montréal.

Suzanne Colpron Suzanne Colpron
La Presse

État d’abandon

« L’infiltration alléguée de carburant provenant de l’ancienne station-service voisine sous le cinéma et l’état d’abandon rendent difficile d’éviter toute démolition », admet Dinu Bumbaru, directeur des politiques chez Héritage Montréal. « Cependant, la façade du cinéma est particulièrement intéressante par son architecture apparentée aux formes avant-gardistes qu’on retrouvait en Europe nordique dans les années 1910-1930. » M. Bumbaru aurait souhaité que la façade du Champlain soit conservée et intégrée « intelligemment » à une nouvelle construction.

Bâtiment patrimonial

La Ville a toutefois opté pour une autre approche : la destruction complète du cinéma, véritable bâtiment patrimonial, où des films ont été projetés jusqu’en 1987. La résolution autorisant la démolition de l’immeuble situé au 1815-1819, rue Sainte-Catherine Est, entre la rue Cartier et l’avenue Papineau, a été adoptée au conseil d’arrondissement de Ville-Marie, un an après la tenue d’une assemblée de consultation publique sur l’avenir de cette bâtisse construite en 1955.

203 logements et une épicerie

Un nouvel immeuble de neuf étages, entièrement revu au cours de la dernière année, verra le jour à cet emplacement. Il a été conçu par la firme ACDF Architectes, qui a notamment réalisé l’hôtel Monville, au centre-ville de Montréal, et le Centre d’art Diane-Dufresne, à Repentigny. Il comprendra 203 logements et une épicerie au rez-de-chaussée, de même qu’un local communautaire accessible à partir de l’avenue Papineau. Plusieurs éléments rappelleront le vieux cinéma, précise la Ville : la reprise de la marquise et du volume de l’ancien édifice, l’utilisation de brique beige, une mise en lumière discrète, l’aménagement d’un toit-terrasse au centre du projet, l’utilisation de matériaux durables…

Abordables et sociaux

Le bâtiment comprendra « un pourcentage minimum de 15 % de logements abordables et de 11 % de logements familiaux de trois chambres à coucher, ainsi qu’une contribution financière équivalant à au moins 20 % de logements sociaux » au fond d’inclusion, indique-t-on. Au sous-sol, un stationnement de 121 places sera aménagé, de même qu’un espace pour 101 vélos.

Nouveaux architectes

Ce projet remplace celui qui avait été adopté par l’administration municipale en mars 2018, avant d’être suspendu deux semaines plus tard, pour tenir compte des préoccupations exprimées par des citoyens au sujet de la sauvegarde du patrimoine, de l’inclusion de logements abordables, de l’impact de l’îlot de chaleur et de la nécessité d’intégrer des aménagements paysagers au projet. L’architecture proposée en 2018, jugée « banale et générique », a aussi été revue par le promoteur Mondev, qui a engagé de nouveaux architectes.

Michel Tremblay en sérigraphie

Une citation de l’auteur Michel Tremblay sera sérigraphiée au rez-de-chaussée pour rappeler l’importance qu’a occupée le Champlain dans l’histoire de Montréal : « Le cinéma Champlain venait d’être refait à neuf et je n’en croyais pas mes yeux : nous avons maintenant dans l’est une salle aussi belle et encore plus moderne que le Palace, le Loew’s ou le Capitol, orgueil de l’ouest et où la projection, nous disait-on dans les journaux, était la plus parfaite du monde. J’étais convaincu que la projection, au Champlain, serait encore plus parfaite et que les Anglais, ô naïveté ô innocence ! viendraient jusqu’au coin de Ste-Catherine et Papineau pour voir ça… »