Le réseau informatique de la Ville de Longueuil a été victime d’une cyberattaque jeudi dernier. Résultat ; l’accès à Internet a été bloqué sur tous les postes de travail des employés afin de confiner le virus de type Emotet, et d’en empêcher sa propagation.

Sara Champagne Sara Champagne
La Presse

Dans un communiqué émis cet après-midi, l’administration municipale précise que la situation est sous contrôle et que les services aux citoyens sont maintenus, notamment la ligne d’urgence 911, et le 311, pour les services citoyens.

« Aucune fuite ou perte n’a été constatée, tant pour les données citoyennes que celles des employés. Une priorité absolue est accordée à la protection de ces renseignements », précise le service des communications de la Ville de Longueuil.

À la Ville, on précise que les services de consultants externes spécialisés en cyberattaque ont été retenus afin d’analyser tout le réseau. La situation est prise « très au sérieux », ajoute-t-on.  

À la Ville de Montréal et de Laval, aucune information n’a été transmise pour l’instant au sujet d’une cyberattaque du même genre. À l’heure actuelle, il y aurait une recrudescence d’activités de courriels frauduleux provenant du Trojan (ou cheval de Troie) EMOTET.

Ce virus, une fois propagé, permet de de voler des mots de passe, télécharger des logiciels malicieux et de les propager dans les réseaux informatiques. Comme pour tous virus informatiques, il est recommandé ;

De ne pas ouvrir de pièce jointe sans connaitre l’expéditeur.

De porter attention aux courriels qui demandent d’activer des macros (surtout en format Word et Excel, sous les extensions :. doc, . docx, . docm, . xls, . xlsx, . xlsm).

On conseille aussi
de ne cliquer pas sur le lien « désabonnement » dans un pourriel. Cela indiquera alors aux « pourrielleurs » que le courriel est légitime.