Finis, les trous financiers surprises au lendemain des élections : le conseil municipal de Montréal compte mandater lundi la vérificatrice générale de la Ville pour auditer un rapport du Service des finances avant le prochain retour aux urnes, en 2021.

Janie Gosselin Janie Gosselin
La Presse

L’administration s’était engagée en janvier 2018 à donner ce mandat. Si la direction de la Ville a annoncé qu’il y avait eu « plusieurs rencontres de travail » au cours des derniers mois entre le Service des finances et la vérificatrice générale, le parti de l’opposition, Ensemble Montréal, estime que le mandat est donné tardivement. « Selon [la vérificatrice générale], on arrive vers la fin [de l’échéance souhaitée] avant qu’un projet semblable puisse être réalisé et, aussi, être crédible, a noté le maire de l’arrondissement de Saint-Laurent, Alan DeSousa. Donc, le fait de tarder si longtemps illustre l’importance accordée par l’administration. »

M. DeSousa reste persuadé que la motion de son parti, déposée il y a deux semaines pour demander le mandat, a provoqué cette décision du parti de Valérie Plante de l’inscrire à l’ordre du jour du conseil municipal de lundi.

À Projet Montréal, on a réfuté cette idée. « C’est notre administration qui a présenté l’idée de mandater la vérificatrice générale pour étudier un rapport budgétaire préélectoral, a écrit l’attachée de presse du comité exécutif Laurence Houde-Roy. Nous avons des discussions avec la vérificatrice générale à ce sujet depuis. Le mandat officiel avec tous les détails sera d’ailleurs adopté au prochain conseil municipal lundi. »

« Des ressources à temps plein »

Dans son rapport annuel de 2018, publié cet été, la vérificatrice générale Michèle Galipeau notait que « depuis plus d’un an, la possibilité de produire un rapport préélectoral sur l’état des finances a été soulevée par la Ville. Or, bien que la volonté de la Ville de se doter d’un tel rapport semble demeurer, celui-ci n’était pas élaboré au moment d’écrire ces quelques lignes ».

Le travail de vérification du rapport préélectoral demande du temps et des ressources, ajoutait Mme Galipeau.

S’il advenait que nous fassions ce mandat, nous devrons y dédier des ressources à temps plein, se doter de spécialistes pour nous appuyer et obtenir un budget additionnel.

Michèle Galipeau, vérificatrice générale de la Ville de Montréal, dans son rapport annuel de 2018, à propos de la réalisation d’un rapport préélectoral sur l’état des finances

À son arrivée à la tête de la Ville, en 2017, Projet Montréal avait déploré un trou de 358 millions de dollars dans les finances municipales. Un rapport vérifié, déposé un peu avant les élections, permettra de présenter des programmes réalistes par rapport aux finances de la Ville.

En janvier 2018, Ensemble Montréal avait voulu créer un bureau indépendant du budget de la Ville. La mairesse s’était plutôt montrée en faveur d’une vérification du rapport par la vérificatrice générale, suivant le modèle du gouvernement provincial.

Aucun élu du comité exécutif de la Ville n’était disponible en fin de journée hier pour répondre aux questions de La Presse.