Aménagement de nouvelles pistes protégées pour les vélos, réduction du nombre de voies de circulation, suppression d'espaces de stationnement, instauration de sens uniques dans les rues de Bellechasse et Saint-Zotique: l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie va revoir entièrement son réseau cyclable d'ici trois ans. Et les premiers changements seront visibles dès cet été, notamment sur l'avenue De Chateaubriand.

Michael Deetjens
La Presse

Depuis 2011, cinq décès ont eu lieu dans l’arrondissement. Pour le maire François W. Croteau, il est donc urgent et primordial d’offrir un réseau sécuritaire à la population, qui a peur de rouler dans les rues, affirme-t-il. La mise en place de cet ambitieux projet coûtera 6 millions de dollars à l’arrondissement.

Le plan baptisé Vision vélo prévoit le réaménagement de «la majorité des quelques 90 km de voies cyclables existantes en plus d’ajouter 65 km de voies supplémentaires dédiées aux cyclistes», annonce Rosemont–La Petite-Patrie.

CARTE TIRÉE DU SITE DE LA VILLE DE MONTRÉAL

Les premiers travaux auront lieu sur l'avenue De Chateaubriand, où des pistes cyclables protégées par une barrière physique seront implantées, et une voie de circulation sera retranchée. Dès 2020, ce sera autour des rues de Bellechasse et Saint-Zotique d'être transformées. La circulation y sera à sens unique sur certains segments à déterminer. Aussi au menu: pistes protégées par des bollards, dégagement et marquage au sol à l'approche des ruelles, haltes repos à proximité des parcs, ce qui forcera l'élimination de certaines places de stationnement. Entre temps, l'ajout de bandes cyclables protégées, la sécurisation des abords de ruelles et des intersections sont aussi au programme.

Toutes ces mesures devraient améliorer la cohabitation des différents usagers des rues de l’arrondissement tant les automobilistes, les cyclistes que les piétons. Pour le maire, l’objectif n’est pas d’implanter des infrastructures contraignantes pour les automobilistes, mais plutôt d’offrir une solution de rechange agréable et sécuritaire. «Il faut mieux partager la chaussée et sans confrontation», soutient le maire Croteau.

Ce projet s’inscrit dans la foulée de l’implantation du Réseau express vélo (REV) sur le territoire de la Ville de Montréal, annoncé le 27 mai dernier par la mairesse Valérie Plante.