Le cofondateur et directeur général d’Équiterre Sidney Ribaux devient directeur du Bureau de la transition écologique et de la résilience (BTER) de la Ville de Montréal.

Jean-Thomas Léveillé Jean-Thomas Léveillé
La Presse

La nomination de cet écologiste de renom a été annoncée par un communiqué du cabinet de la mairesse Valérie Plante, à 8 h, ce matin.

À ce « poste hautement stratégique », M. Ribaux aura pour mandat « de générer de l’engouement, de l’adhésion et des actions concrètes et significatives dans le but de concrétiser un virage écologique notable pour notre métropole », y affirme la mairesse Plante.

« C’est un défi qui m’interpelle beaucoup », a déclaré Sidney Ribaux, joint par La Presse ce matin.

« J’ai toujours trouvé que le milieu municipal est un beau niveau d’action, il y a beaucoup de choses qui peuvent se faire au municipal en environnement », a-t-il ajouté, saluant le « positionnement ambitieux » de l’administration Plante en la matière.

Le départ de Sidney Ribaux d’Équiterre intervient six mois après celui de Steven Guilbeault, également cofondateur de l’organisation, qu’il a quittée en octobre dernier pour consacrer plus de temps à Cycle Capital Management, un gestionnaire de fonds en capitaux de risque dédié aux technologies propres, joindre la firme de services-conseils Copticom, qui est spécialisée dans les enjeux d’économie verte et d’économie sociale, et travailler à l’écriture d’un livre sur le rôle de l’intelligence artificielle dans la lutte aux changements climatiques.

Sidney Ribaux assure que son départ, qui avait filtré dans le milieu écologiste, n’a suscité « aucune réaction d’inquiétude », puisqu’il laisse une organisation en santé et solide.

« L’organisme a beaucoup de profondeur, dit-il. Financièrement, ça va bien. »