Quand la CSN a décidé d’agrandir son siège social, elle ne devait sans doute pas s’attendre à remporter des prix d’architecture. Elle en a remporté deux, avec un concept qui voulait incarner l’idéal syndical : « autonomie, solidarité et liberté ». Tour du propriétaire.

Suzanne Colpron Suzanne Colpron
La Presse

Un projet de 63 millions

« On est passés d’un bâtiment qui ressemblait au Complexe G, à Québec, en béton soviétique, avec des bureaux et des espaces communs à peu près inexistants, à quelque chose de très ouvert », affirme Jacques Létourneau, président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) depuis 2012. L’agrandissement, couronné aux 13es Grands Prix du design, dans les catégories aire commune et architecture de paysage, a été réalisé en consortium par les firmes BGLA et Neuf architect(e)s.

Durée des travaux : 30 mois

Coût : 63 millions 

Superficie : 100 000 pi2

Nombre d’employés au siège social : 300

Certifié écologique

Le nouvel édifice de quatre étages, qui a reçu la certification écologique LEED Argent, a vu le jour sur l’ancien terrain de stationnement de la centrale, au 1601, avenue De Lorimier, à Montréal. « On a magasiné. On a regardé du côté de l’îlot Voyageur, un terrain vacant près du pont Jacques-Cartier, et quelques possibilités, précise M. Létourneau. Puis, on a dit : allons-y avec ce qui existe déjà. On l’a fait dans les temps et dans les coûts. Même Yves-Thomas Dorval, du Conseil du patronat, m’a dit : “Mon Dieu, Jacques, on devrait vous embaucher pour gérer la construction d’infrastructures au Québec !” »

Gérer la croissance

Le projet a pris naissance il y a une dizaine d’années. L’objectif était de regrouper sous un même toit l’ensemble des organisations membres de la CSN. « On louait plein de locaux et on voulait ramener tout le monde dans un même lieu physique, précise le président. Des gens avaient l’impression de ne pas faire partie de l’organisation. Il fallait créer une synergie qu’on avait perdue. »

L’ancien bâtiment du siège social a été construit dans les années 80 sur le terrain de l’ancienne usine Diamond Flint Glass Co.

Avant de concevoir l’agrandissement, les architectes de BGLA et de Neuf architect(e)s ont étudié l’histoire de la CSN : son passé, ses luttes, ses valeurs. « C’est fondamental. Toute cette recherche a permis de semer les bases de l’approche architecturale et je pense que c’est une des raisons du succès du projet auprès des gens de la CSN. Notre projet ressemble beaucoup à qui est la CSN », dit Martin Brière, de BGLA.

« Le nouvel immeuble est le fruit de beaucoup de discussions. Le projet a évolué avec les commentaires des gens », dit Guy Caron, de Neuf architect(e)s

Pourquoi la couleur verte ?

Les travaux ont permis à la CSN de doubler la superficie de son siège social, qui est passée de 100 000 à 200 000 pi2. La capacité du stationnement a aussi augmenté : elle est de 300 places, réparties sur 5 niveaux, sous le nouveau bâtiment de couleur verte.

Pourquoi vert ? L’idée était d’intégrer le nouvel édifice à l’ancien. « Mais comme l’ancien bâtiment n’était pas apprécié par tous, on a proposé un immeuble assez rationaliste dans son esthétique, mais plus coloré », explique Martin Brière, de BGLA. « Le choix s’est arrêté sur le vert parce qu’on est dans un environnement très gris, très bétonné, où il y a beaucoup de circulation automobile. La couleur et le jardin viennent contribuer à créer un espace plus vert. »

Cuisine collective

L’espace extérieur, réalisé par Projet Paysage, est accessible aux employés de la CSN et aux habitants du quartier, tout comme la nouvelle cafétéria, gérée par Cuisine collective Hochelaga-Maisonneuve (CCHM).

« C’est des gens qui réintègrent le marché du travail, souligne Jacques Létourneau en parlant de CCHM. La cafétéria est tout le temps pleine. Il n’y a pas un midi où ce n’est pas plein. Il y a des gens des Outils collectifs de la CSN, de la Caisse d’économie solidaire, de Télé-Québec et même de la Sûreté du Québec. »

De toutes les couleurs

Pour faciliter l’orientation, chaque étage a sa couleur : le rez-de-chaussée est noir, le premier étage est jaune, le deuxième orange, et le troisième bleu et vert. À chaque niveau, on trouve les entrées officielles des organisations, dans les deux bâtiments, le vieux et le nouveau, réunis par de larges couloirs. Le code de couleur est expliqué à l’entrée principale qui a été entièrement refaite et ouverte sur la rue.

UN ATRIUM GÉANT

Au centre du nouvel immeuble se trouve un atrium géant, véritable place publique, qui permet de faire entrer la lumière naturelle dans tous les bureaux. « Il y avait un enjeu important quand on a commencé : comment doubler la superficie, accueillir le double de personnes, et faire en sorte que la totalité des gens puisse bénéficier de la qualité du nouvel espace ? », dit Martin Brière, architecte. Solution : des espaces communs, intérieurs et extérieurs, et des salles de réunion accessibles à tous. Les architectes ont misé sur le bois, le métal et le béton pour mettre en valeur le savoir-faire des industries représentées par l’organisation. « C’est l’endroit où il y a le plus de salles de réunion au pied carré », assure Julie Michaud, contrôleuse à la CSN.

Bois et métal

À une extrémité de l’atrium, trois grandes salles de réunion vitrées sont recouvertes de lattes de bois. « De loin, on devine qu’il y a des gens. Mais plus on approche, moins on voit à l’intérieur de la salle », indique Martin Brière. À l’autre extrémité, trois aires communes sont dotées de portes pliantes en acier perforé qu’on peut fermer au besoin.