Nouveau chantier de 32 millions à la station Berri-UQAM

Le chantier sera mobilisé dès lundi prochain et... (Photo François Roy, La Presse)

Agrandir

Le chantier sera mobilisé dès lundi prochain et s'étendra sur un peu plus de deux ans, selon la porte-parole de la Société de transport de Montréal, Amélie Régis.

Photo François Roy, La Presse

Bruno Bisson
La Presse

La Société de transport de Montréal (STM) va investir plus de 32 millions pour installer deux nouveaux ascenseurs à la station de métro Berri-UQAM et réaménager en partie sa célèbre mezzanine, qui fait partie des points de rencontre et de passage les plus fréquentés de tout le réseau de transport souterrain de la métropole.

Le contrat a été attribué le 4 juillet dernier même si le total exigé dépasse de près de 25 % les coûts prévus par la STM lors de la planification du projet.

Le chantier sera mobilisé dès lundi prochain et s'étendra sur un peu plus de deux ans, selon la porte-parole de la société, Amélie Régis. D'ici à la fin de 2020, l'installation de ces ascenseurs permettra aux personnes en fauteuil roulant ou à mobilité réduite d'accéder aux quais d'embarquement de la ligne verte du métro. Les ascenseurs actuels de cette station centrale du réseau permettent l'accès à la ligne orange, mais pas à la ligne verte, située un niveau plus bas.

En plus des ascenseurs qui seront implantés à même la structure du bâtiment actuel, les travaux prévoient la réfection des couloirs menant à la Place Dupuis et à la sortie vers la Grande Bibliothèque. La « zone contrôlée » au centre de la mezzanine sera réaménagée, de même que les équipements de vente et de perception.

De nouveaux finis muraux seront installés dans les couloirs rénovés, les façades des commerces seront rafraîchies, une nouvelle signalétique sera implantée, l'éclairage ambiant sera revu et les deux entrées menant à l'Université du Québec à Montréal seront rénovées.

Des coûts à la hausse

Alors que vient à peine de se terminer la phase 1 du projet de réfection de Berri-UQAM, au coût de 89,5 millions, les dizaines de milliers d'usagers quotidiens verront donc réapparaître dans les mois à venir des aires barricadées et des murs recouverts de cloisons temporaires. Certains des couloirs de circulation de la station seront rétrécis, mais on ne prévoit « aucune entrave majeure pour la clientèle », selon Mme Régis.

Avant de lancer son appel d'offres public, en janvier dernier, une évaluation du coût du projet avait été réalisée pour la STM par la firme spécialisée Macogep. On prévoyait alors des coûts de 25,8 millions pour ce projet. La STM n'a reçu que deux soumissions, et la plus basse, celle de Hulix Construction, surpassait cette estimation de presque 6,5 millions.

L'écart, estime la société dans un sommaire déposé au conseil d'administration, « se justifie principalement par les travaux d'excavation de roc en sous-oeuvre à l'intérieur du bâtiment qui se traduit par un haut niveau de complexité et de risques ».




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer