Une centaine d'automobilistes qui avait payé une contravention reçue novembre 2016 pour s'être garé illégalement le long d'une piste cyclable recevront un remboursement, a annoncé la mairesse Valérie Plante.

Pierre-André Normandin LA PRESSE

En novembre 2016, environ 300 automobilistes s'étaient garés le long de la piste cyclable de la rue Boyer, entre Rosemont et Bellechasse. Voilà, la voie cyclable venait tout juste d'être fermée pour l'hiver, une nouvelle réglementation entrée en vigueur peu avant prévoyait que les voitures auraient dû se retrouver dans la piste plutôt que sur son long.

Les automobilistes avaient rapidement contesté et la Ville avait accepté d'annuler ces contraventions. Mais 109 automobilistes avaient tout de même payé leur contravention avant leur annulation. Problème : Montréal ne dispose pas de procédure pour rembourser les amendes émises à tort.

L'administration Plante a ainsi décidé aujourd'hui de demander exceptionnellement au conseil d'agglomération le pouvoir de rembourser ces contraventions, pour un total de 5577 $. « Il faut parfois admettre et réparer ses torts », a indiqué Valérie Plante.

La mairesse a dit vouloir s'assurer que « lorsque les citoyens reçoivent une contravention, c'est nécessaire et les règles sont claires ».

Afin d'éviter que cette décision n'entraîne une avalanche de contestations, Valérie Plante a toutefois tenu à faire une mise en garde. « Je demande aux citoyens de ne pas nous envoyer leurs récriminations. C'est uniquement pour les événements exceptionnels où plusieurs personnes touchées par une distribution abusive de contraventions. »