Un ex-ingénieur de la Ville de Montréal radié pour trois ans

L'ingénieur Gilles Vézina.... (Photo: François Roy, archives La Presse)

Agrandir

L'ingénieur Gilles Vézina.

Photo: François Roy, archives La Presse

Louis-Philippe Bourdeau
La Presse

Une des têtes d'affiche de la commission Charbonneau, Gilles Vézina, a été radié pour trois ans de l'Ordre des ingénieurs du Québec (OIQ). L'homme âgé de 76 ans a été sanctionné le 16 juillet dernier par le Conseil de discipline de l'organisation qui lui reproche, entre autres, d'avoir accepté des avantages de la part d'entrepreneurs.

Lors de son témoigne devant la CEIC en novembre 2012, l'ex-ingénieur à la Direction des infrastructures de la Ville de Montréal, désormais retraité, avait reconnu avoir reçu de nombreux cadeaux de la part d'entrepreneurs, parmi lesquels des billets de hockey, des bouteilles de vin et des dizaines de repas au restaurant.

Il avait alors affirmé devant la commission que la pratique était courante et s'inscrivait dans le cadre de «relations d'affaires». C'est en réaction à ces révélations que le syndic de l'OIQ a déposé des plaintes contre lui. 

Les relations amicales qu'entretenait M. Vézina avec certains entrepreneurs, dont son ami de longue date Paolo Catania, avaient aussi soulevé des doutes quant à son intégrité. Le Conseil de discipline a convenu que cette proximité l'avait mis en position de conflit d'intérêts. En se présentant à plusieurs reprises à des évènements familiaux d'entrepreneurs et de firmes de génie-conseil, dont le mariage du fils de Paolo Catania, il aurait «omis de sauvegarder son indépendance». Malgré tout, il a affirmé sous serment n'avoir jamais reçu, ni demandé de pots-de-vin de la part d'un entrepreneur.  

Les faits étudiés par l'OIQ se sont déroulés entre 2000 et 2009. Durant cette même période, M. Vézina était le supérieur de l'ingénieur Luc Leclerc, qui a avoué avoir obtenu au moins 500 000 $ en pots-de-vin en autorisant des extras sur certains chantiers de construction. Même s'il cosignait ces réclamations, M. Vézina assure n'avoir jamais eu conscience de l'existence de ce stratagème.

À la retraite depuis février 2014, la décision du Conseil de discipline sera sans grande conséquence pour l'ex-ingénieur. L'OIQ précise cependant que cette décision est rendue dans le but de «servir d'exemple à l'égard des autres membres de la profession».




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer