Source ID:; App Source:

Un élu montréalais nie siéger saoul

Le conseiller de l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Jeremy Searle (à... (Photo Alain Roberge, archives La Presse)

Agrandir

Le conseiller de l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Jeremy Searle (à gauche)

Photo Alain Roberge, archives La Presse

Pierre-André Normandin, Annabelle Blais
La Presse

Un élu montréalais nie avoir siégé saoul au conseil municipal de Montréal après avoir fait l'objet de plaintes en raison de l'odeur d'alcool qu'il dégageait dans l'enceinte de l'hôtel de ville. Convoqué par le président du conseil, l'indépendant Jeremy Searle dit avoir simplement été invité à la prudence en raison de ses propos controversés.

Certains élus se sont plaints ce matin de l'odeur que dégageait le conseiller municipal indépendant de Loyola en plein conseil municipal. Frantz Benjamin a alors convoqué Jeremy Searle dans son bureau pour obtenir des explications.

À sa sortie, Jeremy Searle a été talonné par les journalistes. «Est-ce que vous avez bu aujourd'hui ?»

«Et vous, êtes-vous saoul ?» a d'abord répondu le conseiller.

«Des rumeurs circulent comme quoi vous auriez bu. Avez-vous bu ?» a réitéré une autre journaliste.

«À Noël ? À Pâques ? Quand en particulier ?»

L'élu a fini par dire ne pas avoir bu aujourd'hui, assurant ne pas avoir un problème d'alcool puisqu'il limite sa consommation à «un verre de vin avec mon dîner». «Je suis assez sobre, vous ?» a-t-il lancé aux journalistes.

Questionné pour savoir si un élu surpris saoul devrait être expulsé, Jeremy Searle s'est montré évasif. «S'il y en a un, peut-être, je n'en ai aucune idée.»

Jeremy Searle a par ailleurs nié avoir été rencontré au sujet de sa consommation d'alcool. Il dit que Frantz Benjamin s'est contenté de l'inviter à la prudence dans ses propos. Élu depuis à peine six mois, le conseiller a été rabroué à plusieurs reprises pour ses sorties. Lundi soir, il a notamment lancé que le maire Denis Coderre avait «un problème au cerveau», pour ensuite s'excuser. «J'ai fait la promesse d'être prudent. Je me suis excusé. Que voulez-vous de plus ? Que je mange ma chemise ?»

Menaces

Jeremy Searle a par ailleurs affirmé avoir reçu des messages de mort après avoir comparé les «séparatistes» à des insectes. L'homme dit avoir reçu deux appels téléphoniques le 8 avril. «On sait où tu vis et je peux venir te fracasser la tête», lui auraient dit deux personnes différentes.

Contacté par la police, Searle dit avoir refusé la protection policière. «Les gens peuvent faire des menaces de mort, je ne suis pas pour vivre dans une forteresse.»

Au retour de la pause du midi, le président du Conseil municipal M. Benjamin s'est montré avare de commentaires quant à la teneur des propos échangés avec M. Searle lors de leur rencontre.

«Mon rôle, en tant que président du conseil, est de m'assurer que le travail des élus municipaux puisse se faire dans un climat respectueux. [...] La rencontre que j'ai eue ce matin était pour m'assurer que le message que j'ai passé hier [lundi] à l'intérieur du conseil a été bien entendu», a-t-il déclaré aux journalistes.

M. Benjamin n'a pas voulu confirmer s'il a été question de la consommation d'alcool du conseiller, invoquant le caractère privé de la rencontre.

En après-midi, M. Searle s'est présenté au conseil municipal avec près d'une heure de retard.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer