Source ID:413349; App Source:cedromItem

Punaises de lit: «Cette année, c'est l'enfer»

Sylvie Denis affirme qu'elle ne peut même plus... (Photo Olivier PontBriand, La Presse)

Agrandir

Sylvie Denis affirme qu'elle ne peut même plus dormir, en raison des piqûres de punaises de lit.

Photo Olivier PontBriand, La Presse

Caroline d'Astous
La Presse

Les punaises de lit continuent de donner des maux de tête aux locataires et propriétaires de la métropole, et ce, malgré tous les moyens pris pour les éradiquer.

«C'est l'enfer, cette année, les punaises de lit. Et il y en a encore plus dans les lieux publics», constate Harold Leavey, président d'Extermination Maheu. Selon l'exterminateur, entre le «15 juin et le 15 juillet, le problème des punaises à Montréal» s'est multiplié par 10, comparativement au reste de l'année. «Les matelas étaient partout pendant la période du déménagement cette année, ce qui fait que nous nous sommes retrouvés avec une prolifération incroyable», a-t-il remarqué.

Sylvie Denis, résidante de l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie, ne dort plus depuis son déménagement. «Quand je suis venue rencontrer le concierge, lors de ma visite de l'appartement, il m'a juré qu'il n'avait pas de punaises de lit», a-t-elle dit, la voix fatiguée.

«Je me suis fait piquer partout sur les bras et les jambes. Je ne peux même plus dormir. J'ai avisé le concierge, et il ne me croyait même pas», explique-t-elle.

Pour trouver de l'aide, Sylvie Denis s'est tournée vers son comité de locataires. «Les gens viennent nous voir et ils sont épuisés, rapporte Martin Blanchard, du Comité de logements de Rosemont-La Petite-Patrie. On leur explique leurs droits et la procédure à suivre auprès du propriétaire de l'immeuble.»

Prolifération

D'après l'exterminateur Harold Leavey, les arrondissements de «Ville-Marie, Hochelaga-Maisonneuve, Côte-des-Neiges, Parc-Extension, Montréal-Nord, Saint-Michel et Rosemont-La Petite-Patrie» sont fortement infestés.

«Dans Parc-Extension, c'est l'enfer. Et dans Rosemont-La Petite-Patrie ça augmente, a-t-il dit. On intervient beaucoup plus cette année dans les lieux publics comme les centres pour personnes âgées, les hôpitaux, les bibliothèques et les commerces...», énumère-t-il.

Une situation également constatée par le Groupement des comités logements et association de locataires du Québec (RCLALQ). «Dans Parc-Extension et Saint-Laurent, il y a encore beaucoup de cas. Et les logements infestés sont souvent ceux des propriétaires qui ne réagissent pas», remarque France Émond, porte-parole. Pour le RCLALQ, la solution serait d'adopter «une approche coercitive» envers les propriétaires délinquants en donnant, entre autres, des constats d'infraction. «La Ville a une approche pédagogique», déplore la porte-parole.

Une opinion partagée par M. Leavey. «D'abord, il faut arrêter d'avoir honte... la présence de punaises de lit est un accident. Ce sont les propriétaires qui sont responsables. Un problème de punaises, s'il est pris à temps, ça se règle rapidement», a-t-il dit.

Sensibilisation

Président de l'Association des propriétaires du Québec, Martin Messier estime que «la réglementation et les dispositions du Code civil, au niveau de la Régie du logement, sont suffisantes».

«On recommande aux propriétaires d'agir tout de suite et de ne pas se poser la question si c'est le locataire qui a amené la bestiole, a-t-il dit. On va régler le problème et on déterminera par la suite qui va payer la facture.»

Du côté de la Ville, on invite les locataires en situation problématique à communiquer avec leur arrondissement pour, entre autres, «les aider à trouver un logement salubre», explique François Goneau, relationniste à la Ville.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer