Source ID:; App Source:

Affaire Applebaum: une clé USB qui recèle des secrets

Le maire Applebaum a été amené au quartier... (Photo: Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

Le maire Applebaum a été amené au quartier général de la Sûreté du Québec dès 6h lundi, sans toutefois être menotté. Il en est ressorti après 10 heures d'interrogatoire, s'engouffrant rapidement dans un taxi.

Photo: Patrick Sanfaçon, La Presse

Lorsque le fonctionnaire Robert Rousseau, de l'arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, s'est donné la mort dans le cabanon de la cour de sa résidence de Châteauguay, le 9 mars dernier, après une rencontre avec l'escouade Marteau, il a laissé derrière lui une lettre à ses proches, mais également une clé USB. Ce dernier élément a agi comme un véritable catalyseur dans l'enquête qui a mené lundi à l'arrestation de Michael Applebaum, a appris La Presse.

Si cette clé USB ne contenait pas de preuves, elle ouvrait de nouvelles perspectives, ont expliqué des sources policières. Elle aurait permis notamment de comprendre la chaîne de commandement et la proximité entre promoteurs immobiliers, élus et fonctionnaires pour le développement de projets dans l'arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce (CDN-NDG).

Dès lors, les interrogatoires et perquisitions se sont succédé à vitesse grand V jusqu'à l'arrestation lundi du maire intérimaire Michael Applebaum, de l'ancien conseiller municipal Saulie Zajdel et du fonctionnaire Jean-Yves Bisson. Au total, 23 chefs d'accusation, dont fraude, complot et abus de confiance, ont été déposés contre les 3 suspects.

«Personne n'est au-dessus des lois et personne n'est à l'abri», a déclaré en conférence de presse le directeur de l'Unité permanente anticorruption (UPAC), Robert Lafrenière.

D'ailleurs, le maire Applebaum a été amené au quartier général de la Sûreté du Québec dès 6h, sans toutefois être menotté. Il en est ressorti après 10 heures d'interrogatoire, s'engouffrant rapidement dans un taxi.

Entre-temps, la première ministre Pauline Marois et deux de ses ministres, Sylvain Gaudreault et Jean-François Lisée, ont demandé la démission du maire Applebaum.

Après la démission de Gérald Tremblay, en novembre dernier, Michael Applebaum avait bénéficié d'un important appui du ministre Lisée et de son équipe pour la mise en place de la coalition politique afin de prendre les rênes de l'administration montréalaise.

Des dizaines de milliers de dollars en pots-de-vin

L'opération policière baptisée Méandre a permis d'établir que plusieurs dizaines de milliers de dollars de pots-de-vin ont été empochés.

«Ce sont des montants obtenus qui ont fait en sorte d'influencer des décisions et des autorisations, ou d'émission de permis ou de dézonage», a précisé M. Lafrenière.

Il pourrait être question notamment d'une somme de 50 000$ versée au maire Applebaum. L'UPAC s'est toutefois gardée, pour l'instant, d'identifier qui aurait donné cet argent, et dans quelles circonstances.

Les mandats d'arrêt révèlent toutefois le nom des personnes qui auraient comploté avec MM. Applebaum, Zajdel et Bisson. Il s'agit des hommes d'affaires Robert Stein et Anthony Keeler qui travaillent dans le secteur de l'immobilier.

L'ancien chef de cabinet de M. Applebaum à l'arrondissement, Hugo Tremblay, est également mentionné. M. Tremblay est actuellement directeur des affaires corporatives de la Brasserie Labatt.

De plus, trois hauts dirigeants de la firme de génie-conseil Dessau sont pointés: Rosaire Sauriol, Claude Asselin et Patrice Laporte. Seul M. Laporte travaille toujours chez Dessau, aux bureaux d'Ottawa. Ces personnes n'ont pas été arrêtées ni accusées.

Deux projets immobiliers

Les faits reprochés, qui se sont déroulés entre 2006 et 2011, ciblent deux projets immobiliers dans CDN-NDG, soit le Centre sportif de NDG et l'immeuble de condos situé au 3300, avenue de Troie.

Le terrain de l'avenue de Troie appartenait depuis le milieu des années 2000 aux entreprises de la famille Stein. Plusieurs projets de développement y ont été considérés, mais il a finalement été vendu au Groupe Benvenuto en 2010, pour la somme de 3 millions.

Dans un avis daté de 2011, le Conseil du patrimoine de Montréal soulignait la «très grande visibilité» et le caractère «hautement stratégique» du site, situé près de l'entrée du cimetière Notre-Dame-des-Neiges et du monument aux victimes de Polytechnique.

Un vieil immeuble résidentiel délabré datant des années 40 a dû y être démoli pour construire le prestigieux immeuble de condos mis en vente récemment par le groupe Benvenuto. Le fonctionnaire Bisson est notamment accusé d'avoir tiré un avantage en contrepartie de son aide dans l'obtention du permis de démolition.

Quant au Centre sportif de NDG, il s'agit d'un projet de 15 millions inauguré en janvier 2011 en présence du maire Gérald Tremblay.

La gestion de l'immeuble est assumée par SOGEP, une filiale de Dessau dont Rosaire Sauriol et Patrice Laporte étaient dirigeants jusqu'à récemment.

Comme le complexe a été bâti au beau milieu du parc Benny, il y avait eu un mouvement d'opposition chez certains résidants. À titre de compensation environnementale, l'arrondissement s'était engagé à faire bâtir un bâtiment certifié LEED.

Un dossier d'enquête en dents de scie

Hier, le capitaine André Boulanger, responsable des enquêtes sur la corruption de la SQ (escouade Marteau), a affirmé que ce sont «de solides informations reçues en mars» qui sont à l'origine de l'enquête. Mais selon l'information recueillie par La Presse, la police a été alertée dès mars 2012.

C'est à ce moment qu'une personne bien au fait de l'importance des transactions immobilières comme terreau fertile pour des stratagèmes de toutes sortes communique avec la police. Un dossier préparé par cette personne est déposé. Il y est question de transactions immobilières lorsque Michael Applebaum dirigeait l'arrondissement CDN-NDG. On y allègue également des liens directs ou indirects avec la mafia, avec, à la clé, des craintes de représailles.

À partir de là, le dossier stagne.

En juin 2012, la police reconnaît discrètement avoir été approchée mais ne prend pas au sérieux les renseignements; il ne s'agirait que d'une compilation d'articles de journaux et de soupçons tirés par les cheveux, dit-on.

Le dossier se retrouve sous la pile des priorités d'enquête.

Suicide de Robert Rousseau

Dans les mois suivants, la commission Charbonneau s'intéresse aux mêmes transactions immobilières. L'enquête permet au cours de l'automne de comprendre qu'il y a de la matière de nature criminelle.

En janvier dernier, deux enquêteurs de la commission Charbonneau interrogent Michael Applebaum, qui se défend, sur la place publique, d'être l'objet d'une enquête.

Moins de deux semaines plus tard, la Commission et l'UPAC échangent des informations. La police fait alors remonter à la surface le dossier qu'elle avait déjà en main.

En février, l'UPAC procède à une vaste perquisition qui touche l'hôtel de ville de Montréal et six arrondissements, dont celui de CDN-NDG.

Par la suite, plusieurs témoins sont interrogés, dont Robert Rousseau, le chef de la division permis et inspection de l'arrondissement. Quelques heures après avoir été interrogé, M. Rousseau se suicide; une clé USB est trouvée à ses côtés.

Tout à coup, les pistes empruntées par la police sont devenues une autoroute d'information conduisant notamment à la direction de l'arrondissement CDN-NDG. Les enquêteurs ont ainsi multiplié les rencontres avec les élus, anciens et nouveaux. Ils ont aussi recueilli les aveux d'au moins un vice-président de la firme Dessau, a appris La Presse.

La comparution des trois accusés est prévue le 9 octobre. D'ici là, l'enquête se poursuit, a martelé l'UPAC.

- Avec la collaboration de Vincent Larouche et Fabrice de Pierrebourg




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer