La nouvelle donne au conseil municipal de Montréal crée des alliances inattendues. Luc Ferrandez, le maire du Plateau-Mont-Royal, qui a suscité toute une levée de boucliers en 2010 lorsqu'il a augmenté les tarifs de parcomètres, peut aujourd'hui compter sur l'appui d'un adversaire politique féroce à l'époque, Marvin Rotrand.

Mis à jour le 17 janv. 2013
Karim Benessaieh LA PRESSE

Devenu conseiller indépendant en novembre dernier après avoir été le leader du parti de l'ex-maire Tremblay, M. Rotrand se lance résolument dans une croisade: convaincre ses collègues que la hausse des tarifs des parcomètres est une bonne chose pour Montréal. Il a écrit une lettre en ce sens au président du comité exécutif, Laurent Blanchard.

«Le tarif des parcomètres est gelé à Montréal depuis 2007, fait valoir le conseiller, qui fête cette année ses 30 ans de vie politique. Les automobilistes paient 3$ l'heure au centre-ville, alors que ceux de Vancouver paient 5$ et ceux de Toronto, bientôt 4$. Il est temps de regarder sérieusement l'option de hausser nos tarifs.»

Contrairement à une perception répandue, rendre le stationnement sur rue plus coûteux ne nuit pas aux commerçants, bien au contraire, plaide M. Rotrand. «Ça les aide en permettant une meilleure rotation des places, donc un meilleur achalandage. Les automobilistes seront plus tentés de prendre le transport en commun, qui sera amélioré grâce à l'argent supplémentaire obtenu.» Il demande au comité exécutif d'évaluer les retombées d'une hausse de 1$ l'heure au centre-ville.