Québec solidaire est un parti «révolutionnaire, certes», mais pas nécessairement révolutionnaire socialiste, bien qu'il veuille socialiser l'économie pour la rendre plus équitable, soutient Manon Massé.

Publié le 19 sept. 2018
Lia Lévesque LA PRESSE CANADIENNE

La coporte-parole du parti et aspirante première ministre de Québec solidaire a fait cette déclaration, mercredi, alors qu'elle prenait la parole devant 200 convives de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

C'est le président de la Chambre, Michel Leblanc, qui lui a carrément demandé si QS était un parti révolutionnaire socialiste, après avoir énuméré des industries que le parti serait prêt à nationaliser, selon son programme, comme les banques, les mines, les forêts.

Mme Massé lui a répondu qu'il fallait distinguer le programme de Québec solidaire, qui est basé sur une vision à long terme, de ses engagements pour un premier mandat, soit sur quatre ans.

Elle a aussi cherché à rassurer le milieu des affaires en affirmant qu'un gouvernement de Québec solidaire aiderait les entreprises touchées par le virage qu'il propose.