Samedi, c’était la première journée de la semaine de relâche pour beaucoup de familles québécoises. Malgré l’augmentation des cas de COVID-19 au Canada et ailleurs, les voyageurs ne semblaient pas s’inquiéter outre mesure, à l’aéroport Montréal-Trudeau.

Janie Gosselin Janie Gosselin
La Presse

Dans les valises de Marie-Eve Parent, de son conjoint Ghislain Bergeron et de ses enfants Rosalie, 9 ans, et Zachary, 11 ans, aucun masque chirurgical. Pas de produits désinfectants non plus. « On ne croit pas vraiment au Purell, a-t-elle noté. On croit plus à se laver les mains comme il faut avec du savon. »

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Ghislain Bergeron, Marie-Eve Parent et leurs enfants Rosalie et Zachary

Pour ce premier voyage de ski à Sun Peaks, en Colombie-Britannique, Mme Parent n’avait pas de craintes. « On n’est pas trop à risque », a-t-elle noté.

La famille ne détonnait pas à l’aéroport de Montréal, où les personnes portant un masque chirurgical étaient largement minoritaires lors du passage de La Presse. La confirmation vendredi d’un premier cas de COVID-19 au Québec – avec des symptômes légers – n’a pas causé de panique à l’aéroport.

Mesures pour les voyageurs

En plus des mesures dictées par l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) – qui incluent notamment des panneaux demandant aux voyageurs d’avertir les agents en cas de symptômes de grippe –, Aéroports de Montréal a installé des distributeurs de gel désinfectant supplémentaires et augmenté la fréquence de l’entretien ménager, a souligné la porte-parole Anne-Sophie Hamel.

Dans la zone sécurisée de l’arrivée des voyageurs se trouve aussi un kiosque d’information de l’ASPC.

Pour l’instant, les questions de contrôle sur la santé des voyageurs à leur entrée au Canada visaient surtout les personnes ayant séjourné dans la province du Hubei, en Chine, où s’est déclaré le COVID-19. Chaque voyageur déclarant s’y être trouvé au cours des 14 derniers jours recevait un masque chirurgical, avec une page d’instructions sur son utilisation et des instructions sur l’apparition des symptômes, a précisé dans un courriel le service média de l’Agence des services frontaliers du Canada.

Par ailleurs, l’ASPC juge que le port du masque n’est pas nécessaire pour les personnes en santé. Une personne éprouvant des symptômes peut cependant en porter un pour protéger les autres. L’ASPC, qui coordonne les efforts contre la propagation du COVID-19, n’a pas répondu aux questions de La Presse vendredi soir et samedi.

Progression

Le coronavirus est maintenant présent dans une soixantaine de pays. On dénombrait vendredi environ 83 000 personnes infectées, avec un total de plus de 2800 morts, principalement en Chine.

Au Canada, trois nouveaux cas ont été déclarés en Ontario et un en Colombie-Britannique, portant le nombre total à 20 samedi. On ne comptait aucun décès lié au COVID-19 au pays.

Aux États-Unis, l’infection a fait un premier mort samedi, un homme dans la cinquantaine de l’État de Washington. Le pays compte actuellement une soixantaine de cas confirmés.

Un Australien de 78 ans, ancien passager du navire de croisière Diamond Princess, mis en quarantaine dans le port de Yokohama, au Japon, a été la première victime du coronavirus dans le pays, ont annoncé dimanche (heure locale) les autorités sanitaires.

La Chine et la Corée du Sud restent en tête des pays les plus touchés. La situation en Iran suscite également l’inquiétude. Le bilan officiel portait le nombre de morts à 43, même si la BBC Persian, citant des sources hospitalières, a fait état d’au moins 210 décès, un chiffre démenti par le gouvernement.

Situation en Italie

En Italie, plus de 1000 cas ont été confirmés, avec un total de 29 morts.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Andrew Lodge et Eric Trought

Andrew Lodge et Eric Trought sont arrivés à Montréal samedi, après un voyage de 12 jours à Malte et une escale à Rome. Les deux hommes de Kingston portaient un masque chirurgical à leur arrivée. « Il a fallu faire cinq ou six pharmacies à Malte pour en trouver », a dit M. Lodge. Ils avaient l’intention de vaporiser un désinfectant sur leurs bagages.

Ils ont semblé surpris par le peu de mesures de sécurité mises en place à l’aéroport. « On nous a simplement demandé si on avait des symptômes », a souligné M. Lodge.

Rome reste loin des régions italiennes aux prises avec le virus.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Noel Bazzi

« Ce sont les personnes âgées qui meurent [du virus] », a souligné Noel Bazzi, un Italien des alentours de Rome venu visiter ses deux fils à Montréal. « Les médias exagèrent », a-t-il insisté.

Frontière

Le président des États-Unis a évoqué samedi l’idée de fermer les frontières américaines.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Hongyu Li et Ying Wang

Hongyu Li, étudiant résidant près d’Albany, et sa copine, Ying Wang, habitant à Montréal, doivent passer la semaine de relâche à New York. Ils craignaient les difficultés à la frontière canado-américaine.

« Ça m’inquiète, ils sont plus stricts [aux États-Unis] », a dit Mme Wang. Son copain a été questionné pendant plus d’une heure lors de son passage par la frontière terrestre ce week-end, lorsqu’il est venu la rejoindre à Montréal, a-t-il dit; il est revenu de Chine au début du mois de janvier, mais n’a pas voyagé dans le Hubei.

Le couple accompagnait samedi la mère de Mme Wang, Xiaoyan Zhou, à l’aéroport. Celle-ci retournait près de Shanghai après l’annulation de son vol le 12 février. Air Canada a suspendu tous ses vols vers la Chine jusqu’au 10 avril.

— Avec l’Agence France-Presse et l’Associated Press