Le populaire blogueur complotiste Daniel Pilon, étroitement associé au mouvement antimasque, a été déclaré coupable par le conseil de discipline de l’Ordre des comptables professionnels agréés du Québec d’avoir agi d’une façon « indigne » nuisant à la réputation de ses membres. Vues par près de 200 000 personnes sur Facebook et YouTube, certaines de ses vidéos accusaient Bill Gates de vouloir insérer des puces dans les vaccins contre la COVID-19 pour contrôler la population grâce à la technologie 5G.

Tristan Péloquin
Tristan Péloquin La Presse

Le conseil de discipline déclare aussi M. Pilon coupable d’avoir exercé des « mesures de représailles » contre une personne qui a demandé à l’Ordre d’enquêter à son sujet, en la nommant publiquement dans une vidéo. M. Pilon a interpellé ses abonnés pour qu’ils informent cette personne « qu’il sait que c’est elle qui s’est plainte à l’Ordre » contre lui. « Je donne votre nom comme vous faites. Je vous tague comme vous faites. Quel effet ça vous fait ? Vous n’avez pas d’hommes pour vous rassurer ? », a-t-il dit à l’intention de cette demandeuse d’enquête, qu’il nous est interdit de nommer en vertu d’une ordonnance de non publication.

« Il est clair dans le cas présent que [M. Pilon] a exercé des mesures de représailles contre [la dénonciatrice] pour l’empêcher de dénoncer à l’Ordre les publications de sa page Facebook », tranche le Conseil de discipline, qui considère ce geste comme « indigne d’un professionnel ».

M. Pilon n’a pas répondu à nos demandes d’entrevue faites par téléphone et sur Facebook. Il a de son propre chef plaidé coupable à certaines des accusations, notamment d’avoir entravé l’enquête de la syndique adjointe et d’avoir « tenu des propos qui manquent de rigueur, de modération, d’objectivité et de professionnalisme » dans certaines de ses vidéos. Il a reconnu lors de son témoignage devant le conseil de discipline ne pas avoir de sources pour appuyer certains de ses propos, mais s’est décrit comme un « expert en investigation » et a affirmé qu’il agissait « en bon père de famille » dans ses vidéos. Il a d’ailleurs admis lors de l’enquête que lorsqu’une vidéo devient virale, c’est « comme une drogue » pour lui.

Puce 5G et virus chinois

Sur sa page Facebook « Daniel Pilon CPA, chroniqueur libre-penseur », suivie par 55 000 personnes, M. Pilon avait publié dès le début du confinement différentes vidéos « épousant plusieurs théories dites “de complot” », souligne le conseil de discipline dans un jugement de 72 pages.

Le blogueur et conseiller financier a notamment soutenu que « les Chinois ont créé le virus alors qu’ils avaient déjà le vaccin », dans le but de faire s’effondrer les marchés boursiers.

Il a aussi affirmé qu’une « puce sera insérée dans le vaccin qui s’en vient » et sera utilisée avec la technologie de téléphonie 5G pour « nous contrôler à distance ».

« En 7 jours sa page Facebook a été consultée 697 921 fois incluant 568 visionnements de ses vidéos », souligne la décision. La syndique adjointe lui a demandé de retirer ces vidéos et de lui fournir une liste des sources d’information appuyant ses affirmations. M. Pilon a réagi publiquement à cette demande en disant qu’il s’agissait d’un « power trip » de la part de l’Ordre. Le blogueur a néanmoins affirmé, le 9 avril, qu’il renonçait à son titre de CPA. « Adieu CPA, demain je vous envoie ma lettre de démission », a-t-il dit à ses abonnés. Or ce n’est que près d’un mois plus tard qu’il a remis sa démission. Il a continué entre-temps à s’identifier avec les initiales CPA, ce qui « entretient la confusion quant à son titre de CPA auprès de son auditoire et de ses abonnés », affirme le conseil de discipline.

Comportement « indigne »

M. Pilon a « certes le droit à ses opinions et il peut de ce fait émettre des commentaires relativement à la pandémie », souligne le conseil de discipline. « Cependant, en devenant membre de l’Ordre, [il] se doit d’avoir une conduite qui n’entache pas l’honneur et la dignité de la profession », lit-on dans la décision.

Le conseil de discipline estime qu’il n’a pas agi de mauvaise foi, mais que ce n’est « pas suffisant pour justifier de dire n’importe quoi lorsqu’on est membre d’un ordre professionnel ». « Le public s’attend d’un CPA qu’il présente des faits fondés sur des principes scientifiques et sur des règles généralement reconnues et éprouvées. »

« Un tel comportement est indigne d’un professionnel qui, en devenant membre d’un ordre, s’engage à collaborer avec lui et à respecter ses règles et son autorité », ajoute la décision.

Le conseil de discipline ordonne qu’une nouvelle audition soit tenue pour déterminer quelles sanctions seront imposées à M. Pilon.

Toujours très actif sur Facebook, le blogueur utilise désormais le titre de BAA (baccalauréat en administration des affaires). Il a notamment coorganisé une manifestation au parc La Fontaine, le 30 septembre, pour dénoncer l’entrée en vigueur des mesures sanitaires imposées par le gouvernement Legault.

---

Rectificatif : une version précédente de cet article affirmait erronément que Daniel Pilon a été déclaré coupable d’avoir menacé de « mesures de représailles » la Syndique adjointe de l’Ordre des CPA. Ces mesures de représailles visaient plutôt une plaignante qui a demandé une enquête à l’Ordre, et qu’il nous est interdit de nommer en raison d’une ordonnance de non-publication. Toutes nos excuses.