(Montréal) Le CAA-Québec constate que le bilan routier en progression de 2019 dévoilé le 8 mai dernier par la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) jette de l’ombre sur des statistiques inquiétantes qui concernent les piétons.

La Presse canadienne

L’an dernier, les piétons et les cyclistes ont été les usagers de la route les plus vulnérables. Le CAA-Québec a observé que le total de 71 personnes décédées en marchant sur le réseau routier en 2019 a représenté une hausse de 18,7 % par rapport à la moyenne des cinq années précédentes.

La SAAQ a recensé 70 décès de piétons en 2018, 75 en 2017, 60 en 2016 et 44 en 2015.

Pourtant, les véhicules récents sont mieux conçus pour protéger les marcheurs en cas d’impact, notamment grâce aux dispositifs de freinage automatique d’urgence plus nombreux et de plus en plus efficaces.

Marco Harrison, expert en sécurité routière et directeur de la Fondation CAA-Québec, soutient que des hypothèses expliquant cette hausse du nombre de piétons victimes de collisions doivent être étudiées : les conducteurs distraits par la technologie des véhicules, la sécurité des infrastructures, de même que la témérité et la distraction des piétons.

Marco Harrison prévoit que la forte chute du nombre de véhicules sur le réseau routier pendant la pandémie de COVID-19 améliorera davantage le bilan routier de 2020, mais il espère des actions pour protéger davantage les piétons.

Le bilan routier de de 2019 a compilé un total de 333 décès au Québec, soit 22 de moins qu’en 2018. La pire année a été 1973 ; on avait alors déploré 2209 décès même s’il y avait à cette époque beaucoup moins de titulaires de permis de conduire et de véhicules en circulation.