Bateaux endommagés, quais détruits, arbres déracinés, routes inondées et pannes d’électricité : les Îles-de-la-Madeleine se remettent aujourd’hui du passage de Dorian.  

Thomas Dufour Thomas Dufour
La Presse

Merrielle Ouellet, collaboration spéciale

De forts vents et des rafales à 90 km/h balayaient encore les îles dimanche matin. Près de 4000 personnes étaient toujours privées d’électricité.

Le maire Lapierre dit être en contact avec la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbeault, ainsi que la ministre du Tourisme et ministre responsable de la région, Caroline Proulx.

«En déclarant les mesures d’urgence, ça facilite l’obtention d’aides gouvernementales», a-t-il indiqué.  

La Sûreté du Québec et le service incendie ne déplorent aucun blessé.

PHOTO MERRIELLE OUELLET, COLLABORATION SPÉCIALE

Un navire en provenance de Cheticamp, en Nouvelle-Écosse, a cependant passé la nuit au large du quai de Havre-Aubert, incapable d’y accoster hier soir en raison des vents violents.  Ce n’est que dimanche matin que l’équipage a réussi à rentrer à bon port. Ses membres ont été conduits dans un hôtel de l’archipel.  

Le nombre de clients victimes de pannes a beaucoup varié depuis hier. «C’est vraiment une situation qui évolue d’heure en heure. Au milieu de la nuit, on a monté à 3600 clients. On a même monté à 7000 clients en panne ce matin, donc presque la totalité des îles», explique Jonathan Côté, porte-parole d’Hydro-Québec.

PHOTO MERRIELLE OUELLET, COLLABORATION SPÉCIALE

Les 35 employés d’Hydro-Québec dépêchés sur place passeront la journée à rétablir l’électricité sur le réseau. «À certains endroits, on ne peut pas intervenir tout de suite à cause des vents», indique M. Côté. Il croit tout de même que le courant sera rétabli sur toutes les îles d’ici la fin de la journée.  

D’importants dégâts

La marina de Havre Aubert, aux Îles-de-la-Madeleine, a été fortement touchée par la tempête. «Le quai central a lâché et il est parti avec 15 bateaux qui ont dérivé. Le quai est allé s’échouer sur les roches, expose Etienne David-Bellemare. Ça fait 6 ans que je suis aux Îles et je n’ai jamais vu ça».  

PHOTO MERRIELLE OUELLET, COLLABORATION SPÉCIALE

La montée du niveau de l’eau est venue éroder les berges à Havre Aubert, selon le madelinot. Le site historique de La Grave a aussi été endommagé. Des bateaux  de démonstration ont été renversés. « Il y a des roches partout sur la route, des débris de toutes sortes », indique M. David-Bellemare.

La tempête a aussi touché Havre aux Basques. « Il y a des arbres tombés sur le chemin, on a vu une petite cabane tombée dans un marais, des clôtures arrachées », dit Romane Lemay, infirmière à l’hôpital de Cap-aux-Meules.  

PHOTO MERRIELLE OUELLET, COLLABORATION SPÉCIALE

Le chalet où elle vit à Havre Aubert n’est plus accessible en véhicule puisque la route est fermée. «Le chemin qui mène vers chez nous est inondé, il faut passer par la plage, affirme-t-elle. La plage a été mangée par la mer et des dunes se sont effondrées».

Les Maritimes durement touchées

Plus de 400 000 foyers sont privés d’électricité dans les maritimes, principalement en Nouvelle-Écosse où le cyclone post-tropical Dorian a traversé le centre de la province samedi soir. Les autres personnes privées de courant se trouvent au Nouveau-Brunswick, à l’Île-du-Prince-Édouard et aux Îles-de-la-Madeleine.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK D'ÉTIENNE DAVID-BELLEMARE

La tempête post-tropicale se trouvait tôt dimanche matin au nord-est des Îles-de-la-Madeleine poursuivant sa trajectoire vers Terre-Neuve-et-Labrador avec des vents puissants et de la pluie forte.

Les vents forts diminueront d’intensité graduellement sur les Maritimes dimanche et plus tard au cours de la soirée et de la nuit sur Terre-Neuve-et-Labrador.

Environnement et Changement climatique Canada a enregistré des vents en rafales à 120 km/h aux Îles-de-la-Madeleine et à 141 km/h à Osborne Head près d’Halifax, puis à 130 km/h à Yarmouth, en Nouvelle-Écosse.

REUTERS

Le passage de Dorian a fait des dégâts à Halifax, en Nouvelle-Écosse samedi soir.

Des précipitations de 75 à 150 millimètres de pluie sont tombées sur la Nouvelle-Écosse, dans le sud-est du Nouveau-Brunswick et l’ouest de l’Île-du-Prince-Édouard.

Dorian a touché terre à proximité d’Halifax, en Nouvelle-Écosse, samedi soir, déracinant des arbres, arrachant des toits et coupant des lignes électriques sur son passage.

Des pluies torrentielles, des vagues déferlantes et de puissantes rafales jusqu’à 150 kilomètres/heure ont été rapportées en début de soirée, avec la capitale néo-écossaise qui semblait la plus durement touchée.

REUTERS

Une voiture écrasée sous un arbre à Halifax.

En début de soirée samedi, des taux de précipitations de 100 millimètres et plus avaient été enregistrés dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, selon Environnement Canada.

Des images partagées sur les réseaux sociaux montrent une imposante grue qui a basculé à Halifax et s’est effondrée sur le bâtiment voisin. Aucun blessé n’a été rapporté dans l’immédiat.

Dans le sud de la ville, le toit d’un immeuble à logements a été arraché. D’autres images montrent de nombreux arbres déracinés, des rues inondées, des débris projetés dans les airs et une promenade riveraine gravement endommagée.

PC

Une grue effondrée sur un immeuble en construction à Halifax.

Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré sur Twitter que le gouvernement fédéral était prêt à aider le Canada atlantique, et le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a annoncé que les Forces armées canadiennes seraient déployées pour contribuer aux efforts de rétablissement.

La Croix-Rouge canadienne a ouvert trois abris d’urgence dans la région de Halifax.

Pannes d'électricité majeures

Près de 360 000 résidences et commerces étaient toujours sans électricité à travers la Nouvelle-Écosse vers 10h30, heure locale, dimanche. Nova Scotia Power Inc. rapporte qu’environ 80% de ses clients ont été plongés dans le noir la veille — un record.

PC

Un toit de maison a atterri sur des voitures à Halifax.

Andrea Anderson, une porte-parole l’entreprise, précise qu’environ 1000 travailleurs s’affairent à rétablir le courant dès que possible, avec des renforts en provenance du Québec, de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick et des États américains de la Floride et du Maine.

La plupart des pannes ont été provoquées par de puissantes rafales, des inondations ainsi que des arbres déracinés et leurs débris, explique-t-elle.

Du côté du Nouveau-Brunswick, près de 52 000 clients étaient toujours privés d’électricité tôt dimanche.

PHOTO MÉLODIE JACQUOT

Un arbre bloque une route à Porters Lake, près de Halifax.

Des rafales de près de 70 km/h soufflaient encore sur le sud-est de la province en début de journée, mais le Centre canadien de prévision des ouragans s’attendait à ce que les conditions météorologiques s’améliorent graduellement dans les prochaines heures. La pluie s’était pour sa part résorbée, après de fortes précipitations approchant les 100 millimètres par endroits la veille.

L’Île-du-Prince-Édouard était également aux prises des pannes majeures dimanche, mais le site web de Maritime Electric connaissait des pépins techniques en début de journée.

- Avec La Presse Canadienne