Julien Doré, sculpteur de glace

Julien Doré... (PHOTO MARTIN FLAMAND, URBANIA)

Agrandir

Julien Doré

PHOTO MARTIN FLAMAND, URBANIA

Partager

Sur le même thème

Joanie Guérin / URBANIA

Personne ne connaît mieux l'expression «casser la glace» que Julien Doré. Il en sculpte depuis 12 ans, 365 jours par année été comme hiver. Rencontre avec un gars qui n'a rien d'une armoire, mais qui ne laisse personne de glace.

Racontez-nous la première fois où vous avez sculpté de la glace.

Quand j'étais en cinquième secondaire, il y a eu un concours à mon école. Je m'étais inscrit parce que j'aimais beaucoup les arts plastiques. C'était la première fois de ma vie que je sculptais. J'ai réalisé un gros Astérix de cinq pieds de haut et j'ai gagné! Après, c'est devenu mon passe-temps de fin de semaine : j'aidais un sculpteur de glace de la région. Au fil des ans, c'est devenu mon emploi.

Et comment faites-vous pour sculpter durant l'été?

Je travaille dans un congélateur et on doit faire plus d'assemblage. Quand je livre la sculpture chez les gens, elle peut durer toute une soirée si elle n'est pas placée au gros soleil.

Pourquoi avoir choisi de sculpter la glace plutôt que le bois?

Je suis très impatient. Quand je sculpte, j'aime voir le résultat rapidement et la glace me permet ça. Et il faut l'avouer, c'est beau, la glace! C'est limpide, c'est éblouissant.

Quels outils utilisez-vous?

Des scies mécaniques, des pinces à glace, un genre de ciseau à bois, de petites toupies, des fourchettes... Disons que si quelqu'un entrait dans mon atelier sans savoir ce que je fais, il se poserait des questions!

Lorsque vous recevez un bloc de glace, par quoi commencez-vous?

J'utilise une fourchette en guise de crayon et je grave un croquis en surface. Ensuite, je trace des lignes de prolongement et je commence la coupe pour créer un effet en trois dimensions.

Ça prend une glace spéciale, non?

C'est de la glace qui s'apparente à la glace normale, mais qui a subi différents traitements. On a enlevé les minéraux dans l'eau pour ne pas qu'elle soit verdâtre, et on en a retiré tout l'oxygène. C'est ce qui permet de la rendre transparente, sans blanc dedans.

Où la prenez-vous?

Je commande de gros blocs de 10, 20 et même 40 pouces chez mon fournisseur, dans mon coin. Je dois faire attention pour ne pas me blesser le dos, parce que c'est lourd. C'est en fait le plus grand danger de mon métier.

Quel est le mandat le plus étrange qu'on vous ait confié?

J'ai sculpté un buste d'homme qui allait jusqu'aux genoux. Oui, j'ai sculpté son pénis.

Qu'est-ce que vous aimez le plus sculpter?

Les bars de glace. Je suis un des seuls sculpteurs qui fait des verres plus minces dans lesquels on peut vraiment boire! Aussi, j'aime faire des spectacles dans les événements, avec de l'éclairage et de la grosse musique. Ça fait changement des cygnes et des poissons!

En terminant, vous êtes-vous déjà collé la langue sur une de vos oeuvres?

C'est un mythe, ça! Quand on la colle, la chaleur de la langue crée automatiquement une couche d'eau. OK, j'avoue... je le sais parce que l'ai déjà essayé!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600172:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer