Une personne âgée sur cinq sans ami proche

Le plus récent rapport de l'Institut de la... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le plus récent rapport de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ) démontre que le réseau social des gens avait tendance à diminuer considérablement avec l'âge.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À l'heure où les gens collectionnent les amitiés virtuelles par centaines sur les médias sociaux, une nouvelle étude démontre qu'une personne âgée sur cinq ne peut compter sur aucun ami proche ou connaissance. L'Institut de la statistique du Québec (ISQ) a constaté que le réseau social des gens avait tendance à diminuer considérablement avec l'âge. Portrait de l'amitié au temps du numérique.

Isolement chez les aînés

20 %

Le rapport constate qu'une personne sur cinq de 65 ans et plus rapporte n'avoir aucun ami proche autour d'elle, selon les données colligées lors de l'Enquête sociale générale menée en 2013 par Statistique Canada. Ce chiffre est nettement plus élevé que les 2 % affichés chez les 25 à 44 ans. «Les risques d'isolement des personnes âgées tiennent notamment au décès de membres de leur entourage et à la diminution ou la perte de leurs capacités physiques, intellectuelles et sociales», peut-on lire dans l'étude de l'ISQ.

>>>>Consultez l'étude.

Le réseau social diminue avec l'âge

La taille du réseau social a tendance à diminuer avec l'âge, note le rapport. Ainsi, les 15 à 24 ans rapportaient pouvoir compter en moyenne sur 7 amis proches et 43 connaissances. À l'autre bout du spectre, les 65 ans et plus rapportaient avoir en moyenne 5 amis proches et seulement 14 connaissances. Fait à noter, ces résultats contrastent grandement avec les amitiés virtuelles rapportées dans la même Enquête de Statistique Canada. Les Canadiens de 15 à 24 ans disaient avoir en moyenne 393 «amis» sur Facebook, tandis que les 65 ans et plus en rapportaient 54. «Le retrait du milieu du travail de la population âgée tout comme l'utilisation massive des médias sociaux et la fréquentation de milieux actifs par les jeunes, tels les établissements d'enseignement ou les équipes sportives, pourraient expliquer une bonne part des différences entre les groupes d'âge», note l'ISQ.

Amitiés et satisfaction

Le nombre d'amis proches semble avoir un lien avec la satisfaction que les gens disent ressentir à l'égard de la vie. Ceux qui rapportent pouvoir compter sur au moins six personnes autour d'eux se disent davantage satisfaits de leur vie que ceux en comptant moins de quatre. «On note de manière générale une réduction du degré de satisfaction à l'égard de la vie à mesure que le nombre moyen d'amis diminue», peut-on lire dans le rapport de l'ISQ.

Les nouvelles technologies entretiennent les amitiés

74 %

Les nouvelles technologies représentent désormais le principal moyen pour rester en contact régulièrement avec ses amis proches. Les trois quarts des répondants ont dit communiquer principalement par messages textes, courriels ou par les médias sociaux, a constaté l'étude de l'ISQ.

63 %

Les rencontres en personne restent encore privilégiées pour entretenir les liens d'amitié. Les deux tiers des répondants ont dit voir sur une base régulière leurs amis proches.

56 %

Signe des temps, le téléphone est désormais le troisième mode de contact privilégié pour les amis proches.

Les célibataires ne sont pas seuls

3 %

Bonne nouvelle : les célibataires ne sont pas complètement seuls. L'étude de l'ISQ constate que ceux-ci ont davantage tendance à s'entourer d'amis proches. À peine 3 % d'entre eux ne pouvaient compter sur personne dans leur entourage. C'est trois fois moins que les gens en couple. Le rapport note d'ailleurs que «le fait d'être en couple, séparé ou divorcé, et veuf, en comparaison avec le fait d'être célibataire augmente les risques de n'avoir aucun ami proche».

Les hommes ont moins d'amis

Les hommes ont tendance à cultiver moins d'amitiés que les femmes, mais développent un réseau de connaissances plus étendu, note le rapport de l'ISQ. Ainsi, 9 % des hommes ne peuvent compter sur aucun ami, mais 22 % avaient plus de 30 connaissances dans leur réseau social. Chez les femmes, 7 % n'avaient aucun ami, tandis que seulement 15 % avaient plus de 30 connaissances. L'étude démontre également que les hommes souffrent plus d'isolement avec l'âge, 23 % des hommes de plus de 65 ans disant n'avoir aucun ami proche, contre 17 % chez les femmes du même âge.

Les gens riches et éduqués ont plus d'amis

Parmi les autres facteurs influençant les liens d'amitié, les revenus et le nombre d'années d'études semblent avoir un impact sur la taille du réseau social des gens. Ainsi, alors que 14 % des gens gagnant moins de 20 000 $ par an rapportaient n'avoir aucun ami, ce taux était de 6 % chez ceux dont les revenus étaient supérieurs à 100 000 $. À peine 1 universitaire sur 20 ne compte aucun ami proche tandis que ce taux est de 14 % chez les gens n'ayant pas décroché de diplôme d'études secondaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer