Homme riche cherche âme soeur

L'agence Club célibataire absolu offre à ses richissimes... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

L'agence Club célibataire absolu offre à ses richissimes clients l'occasion de rencontrer l'âme soeur au terme d'un processus de sélection rigoureux.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une agence de rencontre organisait le mois dernier une journée porte ouverte pas comme les autres. Objectif? Trouver l'amour avec un grand A, pour quatre clients millionnaires. Parce que oui, les riches aussi ont du mal à trouver l'âme soeur. Et ce, pour toutes sortes de raisons. Un reportage signé Silvia Galipeau.

Au total, une centaine de filles se sont... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Au total, une centaine de filles se sont déplacées à la journée portes ouvertes organisée par le Club célibataire absolu.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Trouver la perle rare

Il est midi moins deux. Fin août. Une jeune et jolie blonde en talons aiguilles et au généreux décolleté regarde sa montre devant la porte des bureaux d'une agence de rencontre pas comme les autres: une agence aux clients « haut de gamme ».

C'est que dans exactement deux minutes commence l'activité porte ouverte, visant à trouver l'âme soeur pour quatre millionnaires. Depuis plusieurs semaines déjà, une publicité roule à la radio et sur l'internet, invitant les célibataires qui ont toujours « rêvé » de rencontrer un millionnaire à se présenter. Mais attention, la publicité est aussi très claire: ces millionnaires cherchent ici « l'amour absolu », bref, on cherche des femmes et des hommes (il y a une femme célibataire dans le lot) sérieux, qui souhaitent bâtir une relation durable. Frivoles s'abstenir.

La jeune fille n'a de toute évidence laissé aucun détail de côté : elle porte une minijupe moulante, ses cheveux sont méticuleusement bien placés, ses ongles peinturés, et elle tient en main Les dix pratiques des leaders mobilisateurs. Ça ne s'invente pas. « J'ai un peu l'impression de passer une entrevue », confie-t-elle, visiblement nerveuse. Âgée de 24 ans, célibataire depuis trois années, elle affirme « chercher quelqu'un qui puisse [lui] apprendre sur la vie ».

«J'ai été élevée à ne pas dépendre des autres. Je ne suis pas ici pour ça [l'argent].»


Valérie, célibataire, 24 ans

« Ce que j'aime, nuance-t-elle, c'est que s'ils ont réussi à se rendre où ils sont, c'est que ce sont des hommes fonceurs et audacieux. Et c'est ce que je recherche. »

Au total, une centaine de filles défileront ainsi toute la journée, pour une entrevue avec Natacha Noël, fondatrice du Club célibataire absolu et responsable de cette journée porte ouverte, dans l'espoir d'être d'abord retenues pour une deuxième rencontre, puis éventuellement présentées à l'un ou l'autre des quatre millionnaires célibataires.

« Je ne viens pas pour rencontrer un millionnaire », « je viens par curiosité », « ce sont des gens comme tout le monde », « soit ça clique, soit ça ne clique pas », ont confié la plupart des filles - très majoritairement âgées de 30 à 50 ans, avec une poignée de femmes de 20 ans ou de plus de 60 ans - rencontrées ce jour-là. Évidemment, « avoir de l'argent, c'est sûr que c'est toujours un plus », a confié une analyste financière de 45 ans, célibataire depuis « quelque temps ».

2623
Nombre de Québécois qui ont déclaré plus de 1 million de dollars en revenus en 2010, selon Revenu Canada.

Un bémol, tout de même. « Moi, je trouve ça downer, s'annoncer comme millionnaire », a critiqué une autre éventuelle « candidate ». « Ce n'est pas comme si c'était un critère dans ma liste. » Pourquoi se présenter aux portes ouvertes, alors? « Pour essayer quelque chose de nouveau. »

Finalement, la journée, qui s'est étirée jusqu'à 20h30, n'aura permis de retenir que 10 candidates. « C'est normal, on cherche la perle rare », a commenté Natacha Noël. Pas un homme ne s'est présenté. Mais aux dernières nouvelles, l'expérience a permis de coordonner deux rencontres avec deux des quatre millionnaires. Si elle affirme que son taux de réussite est de 72 %, il faudra attendre six mois pour savoir si « l'amour absolu » était ici ou non au rendez-vous. Car pour parler de réussite, il faut que la relation dure « au moins » six mois, explique Natacha Noël.

Natacha Noël est fondatrice du Club célibataire absolu.... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE) - image 7.0

Agrandir

Natacha Noël est fondatrice du Club célibataire absolu.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Un rendez-vous galant à 25 000 $

Au premier regard, leur fiche ressemble à toutes celles que l'on peut voir sur les sites et autres applications de rencontres. « Mords dans la vie », « vois toujours le côté positif des choses », « aime bouger », « généreux », « très bon sens de l'humour ». Sauf que les millionnaires sont prêts à dépenser des milliers de dollars, voire des dizaines de milliers, pour trouver l'âme soeur. Outre l'argent, voici ce qui les distingue du célibataire moyen.

Des dizaines de milliers de dollars pour trouver l'âme soeur

Quand on sait que certains sites sont gratuits, que la plupart des applications, à commencer par Tinder, le sont aussi, les frais que peuvent afficher les agences de rencontres « haut de gamme » peuvent sembler astronomiques. La très populaire Patti Stanger, alias Millionaire Matchmaker, a des forfaits qui varient de 15 000 à 85 000 $. Ici, le Club célibataire absolu, qui n'a pas voulu révéler le détail de ses prix, peut coûter grosso modo de 5000 à 25 000 $. « C'est de la recherche personnalisée », précise Natacha Noël, qui fait du recrutement sur le terrain, du réseautage, passe les « candidats » en entrevue pendant plusieurs heures, bref, s'occupe de tout le travail de présélection. « La vie est trop courte pour attendre le hasard », dit-elle.

Chercher le bonheur qui flashe

Comme tout le monde, les célibataires millionnaires cherchent tout simplement à être « heureux », résume la « matchmaker » Natacha Noël. « Les gens veulent l'amour, la bonne personne. Les relations de convenance, on n'en veut plus. » Mais soyons francs: ils veulent l'amour, mais aussi la beauté. Natacha Noël ne s'en cache pas. « Mon travail, oui, c'est de trouver quelqu'un de compatible, mais aussi d'attirant. On veut des bonnes valeurs, résume-t-elle, mais pas au détriment de l'attirance physique. »

Femme alpha cherche homme alpha

Les femmes qui ont de l'argent sont souvent (« mais pas toujours ») des femmes de pouvoir. Des chefs d'entreprise, par exemple. Or, une femme de pouvoir veut, comme toutes les femmes, d'abord être « éblouie », ensuite « la sécurité ». En prime, elle cherche un compagnon à sa hauteur. « Mais l'homme alpha ne veut pas une femme alpha », souligne Natacha Noël. La femme alpha est-elle pour autant condamnée? « Non, rit l'entremetteuse, mais il faut travailler sa féminité. » Faut-il le rappeler? « On n'apprend pas à l'école à être en couple, à communiquer, etc. » Même les millionnaires ont ici des croûtes à manger.

Homme alpha cherche copilote

Les hommes ne cherchent pas tout à fait la même chose. « Pour beaucoup » d'hommes, souligne Natacha Noël, c'est la photo du profil qui parle en premier (alors que les femmes vont avoir tendance à lire et décortiquer le profil). En outre, l'homme millionnaire qui « vit beaucoup de pression a une vie active parce qu'il est cadre ou membre d'associations, a le regard des autres sur lui tout le temps ». Morale? « Il veut une femme qui va le refléter, résume la matchmaker, capable de soutenir son niveau de vie. » Elle entend par là une femme capable de tenir la maison pendant que monsieur est en voyage d'affaires, notamment. Une femme au foyer? « Une copilote. Une sous-chef. »

« Je veux une fille bien roulée »

Un millionnaire célibataire répond à nos questions.

Nom: Éric*

Âge: 45 ans

Orientation: Hétérosexuelle

État civil: Célibataire, malheureusement

Ville: Montréal

Centres d'intérêt: J'adore les bons restos, les spectacles d'humour, les voyages, tous les sports, les concerts, la mode. C'est rare, pour un homme, aimer la mode!

Loisirs: Tennis, golf, vélo, voyages

Apparence: Très bonne

Que recherchez-vous?

Je cherche la passion et la complicité. Et c'est très dur à trouver. Le problème, quand on réussit jeune, à un âge où plein de choses nous sont offertes, c'est qu'à un moment donné on entre en mode superficiel. Tôt ou tard, la cloche sonne, et c'est la fin de la récréation. [...] Moi, à 40 ans, je me suis dit: c'est la fin de la récréation. C'est le temps de rencontrer quelqu'un sur des bases plus solides. Le seul problème, c'est que tu as conduit une belle voiture toute ta vie. Alors moi, je veux une fille bien roulée, qui prend soin d'elle, va au gym, n'a pas trop d'enfants, et est flexible dans son horaire. [...] Les femmes dans la quarantaine, après avoir eu des enfants, elles se laissent un peu trop aller.

Pourquoi avoir recours à une agence de rencontre?

De nos jours, il n'a jamais été aussi facile de rencontrer, mais jamais aussi difficile de rencontrer quelqu'un de qualité. [...] Là ça me prend quelqu'un qui a de la substance, des bonnes valeurs, et qui va faire attention à elle. [...] Moi, je fais attention à moi. [...] Ici, l'agence va me permettre de screener. J'ai déjà rencontré une fille célibataire qui finalement était mariée! [...] Ça ne me tente plus d'aller dans les bars, mais j'ai toujours envie de conduire de beaux chars. Je veux un pétard. [...] The power of money, the power of beauty. [...] Un homme plus vieux, qui a réussi financièrement, il a le pouvoir de s'acheter une Ferrari. Et il va le faire.

Vous rencontrez une femme. Quel est selon vous le faux pas ultime?

La femme veut être traitée en princesse, mais elle ne traite pas son homme en prince. Là, je parle des filles de haut niveau, les femmes très belles. Quand tu réussis un peu dans la vie, la plupart des gens pensent que tu as tout, donc que ça ne sert à rien de te donner quelque chose. [...] Moi, tu me donnes trois chocolats Lindt et je vais t'acheter une auto! Le faux pas ultime, c'est d'oublier de donner, ne pas traiter l'autre comme tu voudrais être traitée toi-même. [...] Et si tu travailles 65 heures par semaine, je ne suis pas intéressé non plus. Moi, je veux prendre soin de la personne avec qui je suis. Je suis très old fashioned.

Comment savoir si une femme n'est là que pour votre argent?

Si elle n'est là que pour mon argent, alors moi je ne veux être là que pour son cul. Ça marche des deux côtés.

* Nom fictif pour préserver l'anonymat

« J'aime les hommes de coeur »

Une millionnaire célibataire répond à nos questions.

Nom: Marie*

Âge: 53 ans

Orientation: Hétérosexuelle

État civil: Célibataire depuis deux ans, j'ai deux enfants qui sont maintenant de jeunes adultes.

Ville: Montréal

Centres d'intérêt: Les voyages, les soupers au restaurant et entre amis, aller à la campagne, faire des sports d'été sur un lac. L'hiver, je préfère les gyms et les plages du Sud!

Loisirs: J'adore visiter de nouveaux endroits, aller au cinéma, au chalet, magasiner.

Apparence: Très belle (c'est ce qu'on me dit).

Que recherchez-vous?

Je cherche à rencontrer un homme qui va me surprendre, m'apprendre de son monde! J'aime les hommes de coeur qui aiment la famille, mais j'aime les hommes virils qui adorent rire et qui ne sont pas machos! J'aime les hommes aventuriers, pantouflards proscrits! J'aimerais un entrepreneur parce qu'il aura un côté créatif et surprenant que j'aime et qui me ressemble!

Malheureusement, les hommes qui répondent à mes critères sont peu nombreux et il y a deux points que j'ai remarqués: il y a des hommes de mon âge qui n'aiment pas les femmes de carrière et beaucoup d'autres qui cherchent une fille dans la trentaine!

De mon côté, beaucoup d'hommes plus jeunes m'approchent, mais j'aimerais bien vieillir avec mon chum...

Pourquoi avoir recours à une agence de rencontre?

Premièrement, dans une agence de rencontre comme celle-ci, je peux me permettre de mettre mes demandes de l'avant et je sais que les hommes qui me seront présentés seront triés pour répondre à mes demandes. De plus, je n'ai pas beaucoup de temps pour chercher la perle rare!

Dans mon milieu, la plupart des gens sont en couple, et les sites internet pour moi, ce n'est pas l'idéal: faire le tri moi-même risque d'être onéreux. Aussi, comme je suis en affaires et que je suis assez connue, je ne voudrais pas qu'un homme soit intéressé à moi pour d'autres raisons que mes qualités intérieures.

J'ai exigé qu'on ne nomme pas mon nom et ma situation financière. L'homme va consulter mon profil et va y aller pour nos points d'intérêt communs.

En quoi est-ce différent pour un homme millionnaire, pensez-vous?

Il n'y a pas vraiment de différence, nous cherchons tous l'amour!

* Nom fictif pour préserver l'anonymat

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer