Éternels retardataires

Il existe deux types de retardataires: ceux qui... (Photo Digital/Thinkstock)

Agrandir

Il existe deux types de retardataires: ceux qui arrivent en retard de manière épisodique et ceux qui le sont systématiquement.

Photo Digital/Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Êtes-vous souvent en retard? Arriver à l'heure représente un défi quotidien pour certaines personnes qui ont fait du retard leur mode de vie. Est-ce un manque de respect, une notion du temps différente ou un problème de personnalité? Comment faire pour y remédier?

Selon le psychologue Marc Pistorio, il existe deux types de retardataires: ceux qui arrivent en retard de manière épisodique et ceux qui le sont systématiquement. Les personnes qui ne sont jamais dans la chronicité ont, selon lui, un problème de contrôle d'eux-mêmes. «Prendre soin de soi, c'est cette idée de gérer son temps pour ne pas se mettre à défaut. Si on veut s'assurer d'être à l'heure, on anticipe, on planifie et on gère son temps de manière raisonnable» dit-il.

On connaît tous des personnes qui ont sans cesse une multitude de choses à faire et qui ont du mal à estimer le temps nécessaire pour les accomplir. Elles sont incapables d'arriver à l'heure et, en plus, ce n'est jamais de leur faute! Une étude menée par le professeur en psychologie Roger Buehler, de l'Université Wilfrid Laurier, en Ontario, a démontré qu'on a tendance à sous-estimer de 40% le temps alloué à des tâches, ce qui provoque des retards et pose un vrai problème de planification.

Est-ce qu'il y aurait des gens dont le tempérament fait en sorte qu'ils sont plus en retard que d'autres? Il faut croire que oui. Une étude menée en 2003 par Jeff Conte, professeur associé en psychologie à l'université de San Diego, démontre que certains types d'individus sont en effet plus enclins à être en retard que d'autres. Son étude a été réalisée sur 181 opérateurs de métro de New York. Ils ont été divisés en deux groupes, le type A et le type B, en fonction de leur personnalité. Le type A rassemblait des gens qui étaient plus tournés vers la réussite, le type B regroupait des personnes plus décontractées. Les résultats démontrent clairement que le type A est plus ponctuel que le type B et que leur perception du temps est très différente. Le professeur Conte a également remarqué que les adeptes du multitâches étaient plus souvent en retard.

«C'est tellement complexe, le retard, et pour des raisons multiples et différentes», explique Véronique Rouvès, psychologue et directrice de la Clinique Papineau. Elle estime que, parmi les retardataires, il y a ceux qui ont de la difficulté à s'organiser, qui n'ont pas d'agenda, qui sont confus ou qui n'ont pas de notion du temps. Il y a ceux qui font de la procrastination et qui remettent toujours tout au dernier moment. Il y a des gens qui n'ont pas été élevés comme ça et dont les familles ont toujours été en retard, pour qui la ponctualité n'est pas une valeur et le retard n'est pas un problème.

Il peut également y avoir des causes plus profondes et des problèmes importants dans la vie des gens qui sont incapables d'être à l'heure. «Il y a la peur de l'échec ou, sur le plan social, une certaine anxiété qui se manifeste», poursuit Véronique Rouvès.

«La peur d'aller à un endroit ou à un événement peut être un enjeu : la personne se questionne, hésite, puis finalement se décide. Ça la pousse dans l'action, mais elle sera en retard.»

Véronique Rouvès
psychologue et directrice de la Clinique Papineau

Les retardataires ne sont pas très aimés. «En effet, la perception des autres est mauvaise parce qu'on a l'impression que ça ne les dérange pas qu'on les attende, qu'ils sont des êtres égoïstes, supérieurs et centrés sur eux-mêmes. Mais de façon générale, les gens ne sont pas fiers de leur retard et s'excusent de l'être», pense Véronique Rouvès.

Un manque de respect?

Il n'est évidemment pas très poli de faire attendre. Les retardataires ont parfois cette fâcheuse tendance à banaliser leur retard et la colère qu'il peut créer chez les autres. «Inconsciemment, c'est une façon passive agressive d'agir. Les retardataires ne prennent pas leurs responsabilités, surtout que certains n'admettent absolument pas avoir un problème, car vous savez, en fin de compte, ça renvoie une image de soi très négative. On a du mal à s'avouer que c'est un défaut, surtout quand c'est un mode de vie récurrent», explique le psychologue Marc Pistorio. En plus d'avoir un répertoire illimité d'excuses récurrentes, n'y aurait-il pas aussi un brin de narcissisme? «Oui. On se laisse désirer et, en plus, on est censé attendre sans se plaindre!», ajoute-t-il.

Avec les retardataires chroniques, il faut poser des limites, c'est une question de respect. Il faut être capable d'exprimer notre mécontentement. De dire, s'il le faut, «je t'attends dix minutes, mais après, je m'en vais».

«Ça peut ternir la relation d'amitié, la relation amoureuse ou professionnelle, mais il faut leur dire. Il faut tenir compte de certaines conventions sociales.»

Marc Pistorio
psychologue

«Ça peut être lié à une mauvaise image de soi-même, ne pas prendre soin de soi et des autres ou encore vouloir éviter une situation et ainsi arriver en retard. Il y a un vrai travail sur soi à faire», estime Marc Pistorio.

Est-ce que ça s'améliore avec les années? On peut se poser la question. Une chose est certaine, c'est que nous sommes de plus en plus à la course. «Les horaires des gens sont de plus en plus chargés, et ce qui est valorisé socialement, c'est d'être toujours très occupé et de multiplier les rendez-vous. Le problème, c'est qu'il n'y a pas de place pour l'imprévu, que l'horaire est vite chamboulé à la moindre chose et, donc, qu'on sera de plus en plus en retard», estime Véronique Rouvès.

Pour Marc Pistorio, la ponctualité n'est pas une valeur transmise. «On n'en parle pas beaucoup. On parle davantage de prendre soin de soi, de ralentir son rythme de vie, d'être plus zen. Être à l'heure, c'est une belle façon d'être zen, finalement!», lance-t-il en riant.

Un mauvais pli

L'Américaine Diana DeLonzor, consultante en gestion, a écrit dans son livre Never Be Late Again qu'il est difficile de devenir ponctuel quand on a toujours été en retard. Demander à un retardataire chronique d'être à l'heure est comme dire à une personne au régime qu'elle mange trop. Pour elle, il y a sept catégories de retardataires: la tête en l'air, qui a tendance à oublier ses rendez-vous; le «deadliner», celui qui travaille seulement sous pression; le productif, qui fait trop de choses en un minimum de temps, mais qui n'y parvient pas; l'indulgent, qui manque de contrôle sur lui-même; le rationnel, qui n'admet pas son retard; le fraudeur, qui est anxieux; et le rebelle, pour qui c'est une question de pouvoir.

Et avec des enfants?

Comment gérer son temps quand nous sommes parents et qu'enfiler simplement un habit de neige peut prendre une éternité?

«On entre là dans des questions d'organisation. Pour pouvoir être à l'heure, il faut davantage planifier et accepter le fait que ça ne se passe pas toujours comme on le souhaite! Le petit de 2 ans refuse de s'habiller... S'accorder une petite minute pour être dans l'affectif et non dans la colère, sinon, ça commence mal la journée. Se lever plus tôt est aussi une possibilité!», dit le psychologue Marc Pistorio.

«Quand on est parent, si on est en retard de façon récurrente, on ne peut pas donner comme excuse que c'est parce qu'on a des enfants! Ça voudrait dire qu'aucun professionnel qui est parent n'arrive à l'heure au travail ! Ça ne marche pas! On doit trouver une formule qui fonctionne.» À ce sujet, on entend souvent dire que plus les enfants sont jeunes, plus on a du retard!

Marc Pistorio explique que les enfants n'ont pas de perspective temporelle. «Un enfant ne comprend pas lorsque vous dites que vous êtes pressé. Ça ne veut rien dire pour lui. Par contre, il sentira la tension. Plus l'enfant est jeune, plus il est dans le moment présent. C'est pour ça que dire "demain" à un enfant, ça veut dire que ça n'arrivera jamais! Demain n'existe pas!»

Quelques trucs pour y remédier

Il est possible de devenir ponctuel. Il faut simplement y mettre de la volonté et avoir un peu plus d'organisation.

  • Soyez réaliste
  • Soyez plus réaliste dans l'estimation de votre temps pour vous rendre d'un point à un autre. Prévoyez même d'arriver à l'avance. Même s'il y a des embouteillages, vous arriverez à l'heure.
  • Arrêtez de procrastiner
  • Non, ne remettez pas au lendemain ce qui peut être fait tout de suite.
  • Rappel
  • Mettez des alarmes quand vous devez partir.
  • Partez! 
  • Même si vous êtes du style débordé et que vous devez toujours finir un dossier urgent avant de partir parce que vous aimez travailler sous pression, il est trop tard. Il faut partir même si vous avez un courriel urgent à écrire!
  • Organisez et planifiez
  • Encore plus si vous avez des enfants, il faut prévoir du temps et planifier, ne l'oubliez pas. Préparer les vêtements des enfants la veille, par exemple, et ranger les choses à leur place.
  • N'oubliez pas: on ne peut pas être à deux endroits en même temps!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer