Cyberintimidation: des outils pour aider

Des fleurs ont été déposées devant la maison... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Des fleurs ont été déposées devant la maison de l'adolescente.

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La cyberintimidation est un phénomène répandu. Un adolescent canadien sur cinq a déjà été témoin de ce fléau. Toutefois, il est possible d'en repérer les signes avant-coureurs, explique Rémi Côté, psychologue en milieu scolaire.

Q Est-ce qu'il y a des jeunes plus à risque ?

R Certains jeunes sont plus fragiles. Certains vont réagir à la violence par la violence, et d'autres vont le prendre plus personnel. Il y a des personnes qui vont être plus vulnérables et moins aptes à se défendre dans les périodes de fragilité. Elles ne peuvent pas arriver à se défendre. Au lieu de s'affirmer, elles vont s'isoler. Une remarque va devenir une catastrophe.

Q Pourquoi les jeunes commettent-ils l'irréparable ?

R Le suicide est interprété comme une solution, comme le bout du tunnel pour s'en sortir. Ils sont tellement préoccupés que leurs problèmes occupent toute la place. La cyberintimidation peut créer de l'anxiété, la dépression et le manque de sommeil. Le harcèlement peut donc altérer le jugement, faisant en sorte que la personne ne voit plus de solution... sauf le suicide.

Q Comment repérer les signes avant-coureurs ?

R Il faut prendre ça au sérieux. Il y a des signes, dont la fatigue, la dépression, les changements d'humeur rapides ; la personne ne parle plus, ou encore va tenir des propos qui vont détonner de ses habitudes, elle peut aussi chercher à s'isoler. Les parents et les amis peuvent remarquer ces symptômes.

Q Des outils pour aider ?

R C'est important d'avoir des moments seuls avec le jeune et, surtout, d'éviter la confrontation. On peut aussi proposer des activités où notre jeune pourra se confier en toute tranquillité, où le parent sera seul avec le jeune. Et il ne faut pas hésiter à faire appel à des professionnels de la santé.

Quelques chiffres

1/5
Un adolescent canadien sur cinq âgé de 12 à 17 ans a été témoin de cyberintimidation.
25%
Adolescentes canadiennes âgées de 12 à 17 ans qui ont été témoins de cyberintimidation.
17%
Adolescents canadiens âgés de 12 à 17 ans qui ont été témoins de cyberintimidation.
51%
Adolescents canadiens qui ont vécu des expériences négatives avec les réseaux sociaux.
16%
Adolescents canadiens qui ont eu une photo gênante d'eux publiée sur les réseaux sociaux.
6%
Adolescents canadiens qui ont été victimes d'une personne ayant utilisé leurs renseignements personnels pour les intimider à l'école, à la maison ou au travail.

Source: Ipsos Reid (mars 2012)

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Cyberintimidation: les mots qui tuent

    Europe

    Cyberintimidation: les mots qui tuent

    Blessée par les messages haineux, vulgaires et dégradants qu'elle a reçus sur un réseau social, une jeune Anglaise s'est suicidée, le 2 août dernier.... »

  • Marie-Claude Lortie | Danger, web et liberté

    Marie-Claude Lortie

    Danger, web et liberté

    La police a annoncé hier que deux personnes ont été arrêtées en lien avec la tragique histoire de Rehtaeh Parsons. »

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600172:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer