Ma poubelle est plus riche que ton frigo

Les «déchétariens» mangent sans débourser un sou, en... (Photo: Robert Skinner, Archives La Presse)

Agrandir

Les «déchétariens» mangent sans débourser un sou, en se nourissant de ce qu'ils trouvent dans les poubelles.

Photo: Robert Skinner, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

L'industrie alimentaire jette une alarmante quantité de nourriture. Parfois, il s'agit même de nourriture haut de gamme. De la viande, des oeufs, des fruits et des légumes bios; des fromages fins importés d'Europe.

«Peu de gens s'intéressent au phénomène du gaspillage alimentaire. C'est un sujet tabou du côté de la transformation et de la distribution où l'on ne veut pas révéler la quantité de nourriture qui se retrouve à la poubelle», explique Jeremy Seifert, jeune cinéaste américain qui a réalisé le film Dive, pour ce qu'on appelle aux États-Unis le Dumpster Diving, la plongée dans les ordures à la recherche de trésors alimentaires.

Le mouvement n'est pas nouveau, mais il est de plus en plus populaire. Seifert est lui-même un adepte. «Lorsque j'ai commencé, il y a quatre ans, on rencontrait rarement des gens dans les poubelles, explique le cinéaste, joint en Californie. Maintenant, c'est fréquent.»

Le Québec compte aussi ses «déchétariens» traduction du beaucoup plus joli freegan, ces gens qui mangent sans débourser un sou. Un excellent documentaire présenté l'automne dernier dans le cadre de l'émission Hors Série y était consacré.

Depuis sa sortie, Dive, qui était doté d'un budget de 200 dollars, fait beaucoup jaser. Il a été présenté dans plus d'une douzaine de festivals et y a récolté quelques prix. Certaines entreprises de l'industrie alimentaire le présentent maintenant à leurs employés, afin de les sensibiliser à l'importance de réduire les pertes. «J'ai voulu faire un film sur le gaspillage, sur la faim et sur la société qui permet que cela se produise», explique Seifert.

Les entreprises veulent être plus éco-responsable, dit-il. Les consommateurs également, mais ils ne réalisent pas qu'il faut une quantité incroyable d'eau pour produire un légume ou une plante et que l'on doit en faire pousser beaucoup pour nourrir le boeuf qui finira en steak au supermarché. «Si on jette le steak, c'est toute l'énergie et les ressources utilisées pour le produire qui vont avec lui à la poubelle. C'est une gifle à la planète.»

www.divethefilm.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600172:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer