Pizzeria Melrose: encore du travail à faire à NDG

Pizzeria Melrose pourrait faire beaucoup mieux en corrigeant... (Photo tirée du site web du restaurant)

Agrandir

Pizzeria Melrose pourrait faire beaucoup mieux en corrigeant ses recettes et en enrichissant la carte de vins.

Photo tirée du site web du restaurant

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le quartier Notre-Dame-de-Grâce n'est pas gâté par les restaurateurs comme le sont le Plateau, le Vieux-Montréal ou le Mile End. Pourquoi? Cela demeure un peu un mystère, parce que les quartiers environnants sont remplis de gens qui ont les moyens et le goût de bien manger et la Taverne Monkland a toujours été là pour le prouver.

Avec les années, la situation s'est un peu améliorée dans tout ce secteur de l'ouest de la ville. Grâce à de bonnes tables comme Lavanderia ou Park ou même Brasserie Central, dans la zone adjacente de Westmount, il y a moyen de manger dans ce secteur sans avoir l'impression d'être en punition. Et le café Zéphyr apporte une note de qualité du côté de Sherbrooke Ouest.

Il reste qu'il y a encore beaucoup de place pour plus et mieux et lorsqu'un nouveau restaurant prometteur ouvre, les gens du quartier l'attendent donc avec impatience.

Quand la table en question n'est pas à la hauteur des attentes, la déception est d'autant plus grande. Surtout si les propriétaires sont associés à une autre adresse charmante, celle de la Brasserie Central, un peu plus à l'est.

C'est ce qui arrive, vous l'aurez deviné, avec la Pizzeria Melrose, ouverte à la fin de l'été, rue Sherbrooke Ouest.

Joliment décoré au goût du jour - pensez lampes en laiton, ampoules nues, murs de briques blancs, dossiers en peau de vache, plantes suspendues par du macramé -, le lieu fait penser à toutes sortes d'autres adresses du Mile End, voire de Brooklyn ou de Shoreditch. Ce n'est pas excentrique ni original, mais sans faux pas non plus. Les tables sont espacées, l'air circule. On s'y sent bien, même après avoir remarqué que les plantes suspendues sont encore dans les pots de plastique du pépiniériste.

C'est quand la carte de vins arrive que les premiers signaux d'alarme se déclenchent. Kim Crawford, Liberty School, de grands succès commerciaux, industriels, qu'on s'attend plus à voir dans une chaine de pizzerias américaine que dans un petit restaurant de quartier à l'allure indépendante.

On ne demande pas des vins naturels excentriques. Juste un peu moins de sulfites...

Puis arrive une première salade composée de lamelles de fenouil frais et de beaucoup de fines tranches d'oignon rouge cru dont le goût domine la première bouchée. On choisit de les mettre de côté et le plat devient délicieux. Étonnant qu'on ait choisi d'ajouter des morceaux d'orange confite dans cette composition traditionnellement garnie d'agrumes frais plus en harmonie avec le côté très vert et vitaminé de la crudité.

Une autre entrée est composée de saumon bio mariné à la scandinave, servi avec courgettes et sauce au yaourt, un classique qui nous étonne dans un menu de type italien, mais qui n'en est pas moins léger et savoureux.

Dommage que le chou-fleur de la troisième entrée ait été si cuit, si mou, on aimait l'idée du légume grillé servi avec un peu de chorizo.

Côté pizzas - la spécialité du lieu -, on ne parle pas de succès foudroyant non plus. La pizza carbeau, par exemple - une pizza blanche aux oignons et à la pancetta, notamment - arrive avec un oeuf trop cuit, tandis que la Melrose, avec d'agréables petites boulettes de veau, est couverte de tant de fromage mozzarella costaud bien jaune que la sauce tomate coincée entre le fromage fondu et la base ne peut s'empêcher d'imbiber la pâte qui perd tout croquant.

La pizza co-op, plus dégagée côté fromage, et qu'on garnit de menthe, de petits morceaux d'aubergines, de citron et d'amandes, est un peu sucrée, étonnante, nettement plus intéressante.

Au dessert, le gâteau à l'orange correct ne mérite aucun détour, mais la pizza à la Nutella, qu'on voit souvent, mais qui reste populaire auprès des gourmands, s'avère le plat le plus satisfaisant du repas. On y met beaucoup de gianduja et, comme la pâte cuit avant qu'on tartine la garniture, elle demeure bien craquante.

Une jolie finale, donc, dans un restaurant qui pourrait aisément faire beaucoup mieux en corrigeant ses recettes et en enrichissant la carte de vins. Les gens du quartier n'attendent que ça.

Pizzeria Melrose

5779, rue Sherbrooke Ouest

Montréal

438 385-6968

pizzeriamelrose.com

> Prix: Entrées entre 8$ et 12$. Pizzas entre 14$ et 21$.

> Carte de vins: Courte et abordable, mais décevante avec trop de vins industriels très commerciaux.

> Service: Courtois et efficace.

> Décor: L'aménagement n'est pas très original, mais il est agréable et moderne avec brique blanche, ampoules nues, plantes vertes suspendues avec du macramé.

(+) L'accueil et l'aménagement sympathique dans un quartier qui mérite plus d'attention.

(-) Nourriture et carte de vins pas assez soignés, plutôt bâclés.

On y retourne? Malheureusement, non, pas pour le moment.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer