Poutine Week: la poutine à toutes les sauces

La poutine Pig Mac des restaurants Dirty Dogs : 11 $... (Photo Martin Tremblay, La Presse)

Agrandir

La poutine Pig Mac des restaurants Dirty Dogs : 11 $ (petite), 15 $ (grosse)

Photo Martin Tremblay, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Du 1er au 7 février a lieu la Semaine de la poutine, ce fameux festival annuel qui invite les restaurateurs à présenter leur poutine la plus créative, ainsi que le public à voter pour leur favorite. Pour cette occasion, nous vous présentons des restaurateurs québécois qui sont reconnus pour leur poutine éclatée.

La décadente

Frites, sauce, fromage en grains, macaroni aux quatre fromages, porc effiloché maison cuit huit heures, sauce barbecue Dirty Dogs et oignons caramélisés: c'est ce que contient la poutine Pig Mac, une création des restaurants Dirty Dogs.

En 2013, Dave Lee et Billy Kontos ont fondé la marque Eat Dirty, sous laquelle sont exploités leurs restaurants Dirty Dogs et Dirty Pizza, qui ont maintenant trois adresses à Montréal.

«Notre idée, c'était de faire des poutines très flyées avec des garnitures extrêmes, mais dont la base est de qualité, avec des frites fraîches et une sauce faite maison», explique Dave Lee.

«On a presque 20 sortes de poutine, alors il y en a vraiment pour tous les goûts. Mais la Pig Mac est particulièrement aimée des gens en raison de son côté sucré-salé qu'apportent la sauce barbecue de l'effiloché de porc et le macaroni au fromage», ajoute-t-il. Parmi les autres poutines décadentes de l'endroit, on retrouve Le Boss (avec son chili au Dr. Pepper), La Tornade de viande (au steak Philly, bacon, sauce aïoli et oeuf frit), ainsi que Le Maurice Richard (foie gras poêlé, fromage asiago, parmesan et romano, oignons caramélisés et sirop d'érable).

La poutine Pig Mac des restaurants Dirty Dogs: 11 $ (petite), 15 $ (grosse).

La Poutine aux crevettes de chez Brise-Bise: 9 $ (demi),... (Photo Charles Bilodeau, fournie par Brise-Bise) - image 2.0

Agrandir

La Poutine aux crevettes de chez Brise-Bise: 9 $ (demi), 16 $ (régulière)

Photo Charles Bilodeau, fournie par Brise-Bise

La Gaspésienne

Depuis plus de 30 ans, le bistro-bar Brise-Bise de Gaspé remplit la panse de ses clients avec un menu qui met en vedette les produits du terroir gaspésien, dont sa poutine aux crevettes, devenue avec le temps l'emblème de l'endroit.

«Le but était de mettre en valeur la crevette. Dans une coquille St-Jacques, on retrouve des crevettes, des pétoncles, des pommes de terre et une sauce blanche, et ces goûts fonctionnent très bien ensemble.»

«Je n'étais pas encore là au moment de la création de cette poutine, mais d'après moi, l'idée a été inspirée de ce concept [la coquille St-Jacques]», croit Simon Poirier, propriétaire de Brise-Bise.

La recette de la fameuse poutine aux crevettes va comme suit: sur les frites et le fromage en grains se déposent des crevettes fraîches, qui sont ensuite recouvertes d'une sauce crémeuse blanche à base de fumet de poisson. «Tout est dans la sauce! Et la recette semble plaire à tout le monde puisque je vois autant des personnes plus âgées venir manger leur poutine l'après-midi que des jeunes après le ski», ajoute Simon Poirier.

La poutine aux crevettes de chez Brise-Bise: 9 $ (demie), 16 $ (régulière).

La Poutine végé de chez Patate & Persil: 11 $ (avec saumon... (Photo David Boily, La Presse) - image 3.0

Agrandir

La Poutine végé de chez Patate & Persil: 11 $ (avec saumon fumé), 8 $ (sans saumon fumé)

Photo David Boily, La Presse

La végétarienne

Éric Blais, propriétaire de chez Patate & Persil, situé à Vaudreuil-Dorion, a toujours eu à coeur la qualité des ingrédients, ainsi que les mariages de saveurs intéressants. Il ne s'en cache pas, sa «poutine végé» est née d'un engouement de sa clientèle pour la patate douce.

«Je me faisais constamment demander de faire ma poutine avec la patate douce.»

«Mais je ne trouve pas que la poutine classique et la patate douce sont un bon mélange. Et en tant que restaurateur, je refusais de servir quelque chose que je ne trouvais pas bon. J'ai donc cherché une recette qui irait bien avec la patate douce», estime Éric Blais.

«J'ai tout d'abord choisi le chèvre, car je savais que le mariage serait bon. Je le bats avec un peu de yogourt pour ne pas qu'il soit trop épais, et ça permet aussi à la frite de garder son côté croquant, car elle n'absorbe pas de liquide. La roquette et la réduction de balsamique sont deux bons ajouts qui apportent un peu d'amertume, et le saumon fumé vient compléter le mariage, en plus d'apporter des protéines. Le résultat final est apprécié, car il est léger. C'est une poutine qui tombe moins sur la bedaine que la poutine classique.»

La poutine végé de chez Patate & Persil: 11 $ (avec saumon fumé), 8 $ (sans saumon fumé).

La poutine du restaurant La Champagnerie: 32 $... (Photo Martin Chamberland, La Presse) - image 4.0

Agrandir

La poutine du restaurant La Champagnerie: 32 $

Photo Martin Chamberland, La Presse

L'opulente

Le restaurant La Champagnerie, situé dans le Vieux-Montréal, a comme mission de démocratiser les bulles en faisant découvrir les produits de petits producteurs, à des prix accessibles. Le menu de nourriture suit le même objectif, encourageant les producteurs locaux et mettant de l'avant des produits du terroir à travers des plats très diversifiés, allant du loup de mer entier aux tacos de poulet frit en passant par la poutine, dont les ingrédients sont pour le moins surprenants.

Sur les frites, on retrouve des morceaux de filet mignon saisis et de homard. La sauce qui nappe le plat, faite avec un fond de veau réduit et de la crème, contient du fromage Kénogami fondu ainsi que du foie gras.

«Ce sont quatre ingrédients qui fonctionnent très bien ensemble, estime Jacques Coutu, chef du restaurant La Champagnerie. Un jour, j'ai fait un test, puisqu'on les avait sous la main, et ç'a été un succès.»

«Il y a des gens qui arrivent ici et qui nous disent d'emblée qu'ils veulent la poutine, sans même avoir vu le menu.»

«Beaucoup de gens de l'extérieur, même d'autres pays, connaissent notre poutine!», lance fièrement M. Coutu.

La poutine de La Champagnerie: 32 $.

La poutine du restaurant Ma poule mouillée: 9... (Photo Ivanoh Demers, La Presse) - image 5.0

Agrandir

La poutine du restaurant Ma poule mouillée: 9 $ (petite), 14 $ (régulière)

Photo Ivanoh Demers, La Presse

La Portugaise

Ma Poule Mouillée est une rôtisserie portugaise familiale qui a pignon sur rue dans le Plateau Mont-Royal depuis 2013. C'est Michael, le fils du propriétaire, qui a eu l'idée de faire une poutine à la portugaise. Le plat fait donc partie du menu depuis les tout débuts, et il s'agit maintenant d'un des plats les plus vendus.

Les ingrédients de ce succès sont la frite fraîche, le poulet portugais cuit à la broche sur place, le chorizo portugais, ainsi qu'un fromage en grains sur lequel on ajoute un soupçon de fromage spécial São Jorge.

«Notre sauce, c'est ce qui fait la différence. Personne n'a le droit d'y toucher, sauf mon fils et moi. C'est nous qui la préparons le matin. Et pour chaque commande, le client choisit s'il la veut épicée ou non; on l'ajuste selon sa préférence», explique Antonio Alvez, propriétaire de Ma Poule Mouillée.

Selon lui, son fromage São Jorge est aussi une bonne addition à son mets: «C'est un fromage qui goûte très fort, c'est pourquoi nous en mettons juste un peu sur le dessus du fromage en grains. On ne pourrait pas mettre que du São Jorge, ça goûterait trop fort. Les clients l'adorent. Une fois, j'ai changé de fromage, les clients s'en sont aperçus et j'ai dû le ramener!», ajoute-t-il.

La poutine de Ma Poule Mouillée: 9 $ (petite), 14 $ (régulière).

La Poutine bleue de la Cantine mobile Bleu... (Photo fournie par Bleu homard) - image 6.0

Agrandir

La Poutine bleue de la Cantine mobile Bleu homard: 14 $

Photo fournie par Bleu homard

L'Acadienne

En 2014, Isabelle Giroux, son conjoint Sylvain (d'origine acadienne) et leurs deux enfants, Gabriel et Jérémie, décident de se lancer dans l'aventure de la création d'un camion de cuisine de rue, le Bleu Homard, afin de partager leurs recettes familiales, dont la poutine bleue.

C'est d'après leur nom d'entreprise que l'idée d'utiliser du fromage bleu est née. Puis, après quelques recherches, c'est la morue qui a été sélectionnée comme poisson pour l'accompagner. C'est donc sur une pomme de terre blanche comme base, choisie pour sa fermeté, que le fromage en grains classique, puis le fromage bleu Ermite émietté sont ajoutés. Les acras de morue, faits avec de la morue fraîche (et non salée) garnissent l'ensemble, qui est nappé d'une sauce faite avec un fumet de poisson.

«Au début, il fallait convaincre les gens de l'essayer», se souvient Isabelle Giroux, copropriétaire de Bleu Homard.

«Et il y a des endroits où ça fonctionne mieux que d'autres. À Montréal, on en vend beaucoup, les gens sont plus enclins à essayer de nouvelles choses. Mais plus on s'éloigne, moins c'est facile. Les gens qui la goûtent l'aiment. Le défi, c'est de réussir à leur faire goûter» explique Mme Giroux.

La poutine bleue de la cantine mobile Bleu Homard: 14 $.

La poutine Général Tao des restaurants Sésame: 15,25... (Photo Martin Chamberland, La Presse) - image 7.0

Agrandir

La poutine Général Tao des restaurants Sésame: 15,25 $

Photo Martin Chamberland, La Presse

L'Asiatique

Les restaurants Sésame, qui existent depuis 2011, comptent sept adresses au total, dans plusieurs villes de la province. On y retrouve une carte d'inspiration asiatique (sans glutamate monosodique), avec des saveurs revisitées à la façon nord-américaine. Plusieurs poutines spéciales font aussi partie du menu, comme celle au poulet Général Tao, qui contient des frites, du fromage en grains, des croquettes de poulet Général Tao, ainsi qu'une sauce faite sur place.

«L'idée derrière les poutines était de faire un heureux croisement entre un plat typiquement québécois et de la cuisine asiatique. De façon générale, le poulet Général Tao est une vedette en soi, c'est le plat le plus populaire. Donc, ce n'est pas surprenant que la poutine Général Tao le soit aussi.»

«On a pourtant essayé de faire autre chose de plus évolué, mais les gens reviennent toujours à la Général Tao. Je crois que ce sont le confort et la simplicité de ce plat que les gens aiment», analyse Camille Dufour, coordonnatrice marketing, au Groupe Sésame. 

«C'est une valeur sûre, c'est le genre de nourriture pour laquelle on développe une dépendance, et on peut difficilement s'en faire à la maison. Donc, les gens la découvrent une fois et reviennent souvent», poursuit Mme Dufour.

La poutine Général Tao des restaurants Sésame: 15,25 $




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer