Airbnb se lance dans la réservation de restaurants

L'offre existe désormais dans 40 villes, dont New... (PHOTO John MACDOUGALL, ARCHIVES AFP)

Agrandir

L'offre existe désormais dans 40 villes, dont New York, qui était la dernière grande métropole à ne pas faire partie du groupe, mais l'a rejoint il y a quelques jours.

PHOTO John MACDOUGALL, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

La plateforme en ligne américaine Airbnb a ouvert la possibilité de réserver, depuis son site ou son application, une table dans 700 restaurants de 16 villes des États-Unis, nouvelle étape de sa diversification.

Pour ce faire, la startup qui n'a pas encore dix ans (2008) s'est appuyée sur l'application spécialisée Resy, dont elle est devenue actionnaire minoritaire.

«Ils font une interface de restaurants de classe mondiale et nous n'avons pas nécessairement l'intention d'aller dans ce métier», a expliqué à l'AFP Joe Zadeh, vice-président d'Airbnb responsable de l'application multiservice Trips, lancée en novembre 2016.

La plateforme qui a fait son succès avec la réservation de logements chez l'habitant revendique une approche qualitative, par opposition à des sites de référencement exhaustifs type Yelp ou TripAdvisor.

«Nous ne voulons pas mettre tous les restaurants sur notre plateforme», prévient Joe Zadeh, «seulement ceux où les voyageurs devraient aller.»

Interrogé sur le modèle économique de cette nouvelle offre et sur les revenus qu'elle doit générer pour Airbnb, le dirigeant n'a pas souhaité donner de détail.

Cette ouverture vers les restaurants et une industrie déjà existante peut-elle contribuer au réchauffement des relations avec les autorités de la ville et de l'État de New York, qui a voté fin 2016 une loi restreignant le champ des locations sur la plateforme?

«Nous voulons toujours être vu comme une source de bien pour la collectivité», répond succinctement Joe Zadeh.

Autre vecteur de développement de la plateforme valorisée en mai à 31 milliards de dollars US, les «expériences», qui permettent à des tiers de proposer des activités payantes aux utilisateurs de la plateforme, dans la ville qu'ils visitent.

L'offre existe désormais dans 40 villes, dont New York, qui était la dernière grande métropole à ne pas faire partie du groupe, mais l'a rejoint il y a quelques jours.

Balade en side-car dans Brooklyn, tatouage dans un salon renommé du Lower East Side ou visite de ruches à Staten Island, l'éventail d'«expériences» est déjà large.

Joe Zadeh assure qu'Airbnb a reçu des dizaines de milliers de propositions d'«expériences» dans les villes d'accueil, mais en a écarté la majorité.

«Nous ne voulons pas faire de tourisme de masse», martèle-t-il, mais ne travailler qu'avec des intervenants « dont la passion et l'expertise sont grandes».

Selon Joe Zadeh, des tiers parviennent déjà à générer, par ce biais, plus de 100 000 $ US de chiffre d'affaires en rythme annuel.

Petit à petit, Airbnb construit une «plateforme de voyage», explique le dirigeant. «Notre rêve est de nous investir dans l'ensemble du voyage.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer