L'Impérial: bon, joyeux, pas cher à Granby

L'Impérial est l'antidote, la joviale réponse à tous... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

L'Impérial est l'antidote, la joviale réponse à tous ceux qui ont un jour pu croire qu'on s'ennuie à Granby.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Cet été, on sort! Avant un spectacle, après une randonnée ou dans le cadre d'une escapade, nos critiques mettent à l'essai des restaurants un peu partout dans la grande région de Montréal. Cette semaine, une table pour le moins animée de Granby.

Je ne savais pas du tout, en choisissant d'aller manger à L'Impérial, à Granby, un mercredi soir, que je tomberais sur la soirée spéciale de la semaine où les femmes peuvent déguster la table d'hôte à moitié prix. Imaginez: un repas trois services de qualité pour 15 $ ou 17 $. Une sacrée bonne affaire.

Sauf que le niveau de décibels de cette soirée de fête y est impressionnant et l'atmosphère, disons-le, pour le moins enjouée. Il y a beaucoup de femmes, bien sûr, mais aussi pas mal d'hommes pour leur faire la conversation. Les verres se vident, les discussions s'enflamment et si l'on tend l'oreille, on entend bien qu'à la table voisine, il n'est question ni de Constitution ni de l'oeuvre de Proust...

L'Impérial est l'antidote, la joviale réponse à tous ceux qui ont un jour pu croire qu'on s'ennuie à Granby.

Installé dans un petit centre commercial, un peu en marge du coeur de la ville, L'Impérial est piloté par François Côté, un chef à la riche feuille de route - il a travaillé au Toqué! et chez Joe Beef notamment - avant de s'installer à Granby pour y conjuguer les produits québécois dans l'air du temps.

Son tartare de poisson, par exemple, il le fait avec de la truite d'élevage du Québec - Les Bobines à East Hereford - et sa mozzarella est préparée par un fromager qui a fait venir un troupeau de bufflonnes américaines en Estrie. Et pour les légumes, il va entre autres à la ferme de la Colline du chêne, à Bromont.

Le tartare de poisson est fait avec de... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Le tartare de poisson est fait avec de la truite d'élevage du Québec.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

La salade du marché est immense, avec des rabioles... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE) - image 2.1

Agrandir

La salade du marché est immense, avec des rabioles bien croquantes, des radis, des tomates cerises de saison, des concombres libanais, des petits fenouils, des feuilles de toutes sortes et des graines de citrouille.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Le menu est tout à fait dans les tendances de la dernière décennie. Cochonnailles maison, tartares, canard confit, saumon grillé, lapin farci à la pistache mais aussi poutine, macaroni au fromage... Et il y a des huîtres, bien sûr.

Tous ces plats sont bien faits, soignés, savoureux. On ne réinvente pas, mais on explore avec générosité. Ainsi, la salade du marché est immense, avec des rabioles bien croquantes, des radis, des tomates cerises de saison, des concombres libanais, des petits fenouils, des feuilles de toutes sortes - pensez épinards, frisée, estragon, menthe -, des graines de citrouille. Et le tout est ponctué de l'acidité de quelques marinades. De son côté, l'assiette de mozzarella arrive avec une abondance de légumes, dont des tomates confites et des choux toscans, mais aussi des amandes et des croutons.

Dans tout ce que nous avons mangé, une seule petite déception: des rigatonis au pesto pas assez al dente. Ou peut-être était-ce la qualité des pâtes qui rendait la microminute de trop dans l'eau bien évidente.

Pour le reste, les plats servis dans des assiettes anciennes joliment dépareillées étaient franchement sympathiques: un tartare de truite délicat et juste assez relevé, servi avec d'immenses croustilles maison, des acras de morue moelleux à l'intérieur et impeccablement croustillant à l'extérieur, un saumon grillé cuit juste à point déposé sur une crème de tomate...

On a aussi beaucoup aimé les desserts, notamment une panna cotta au caramel maison qui n'a pas exactement la texture un peu diaphane, gélifiée, de la panna cotta italienne, mais qui n'en demeure pas moins délicate et amplement savoureuse, avec un goût bien précis de sucre brûlé. Et la tarte au chocolat incluse dans le fameux menu du jour moitié prix pour les filles était tout aussi réjouissante avec son appareil profondément chocolaté et une pâte au citron apportant une note inhabituelle.

Donc, imaginez un repas incluant ainsi mozzarella, pâtes et tarte pour 14,50 $ ou acras, saumon et tarte pour 17 $. On comprend le Tout-Granby de s'y retrouver.

L'Impérial. 320, boulevard Leclerc Ouest, local 28, Granby. 450 994-1922. http://restaurantimperial.ca/

Notre verdict

Prix: Entrées entre 9 et 23 $, plats entre 19 et 31 $. Desserts entre 6 et 12 $. Tables d'hôte entre 31 et 39 $, à moitié prix pour les femmes le mercredi! Le mardi, ce sont les bouteilles de vin sous les 100 $ qui sont réduites de 50 % et le jeudi, ce sont les huîtres.

Carte de vins: Soigneusement montée, avec de bons prix variés et des trouvailles comme l'Aligoté 1998 que l'on a choisi, à 62 $...

Service: Efficace, courtois et bien informé sur les produits et les vins.

Ambiance: Le mercredi soir, ambiance de fête. Décibels dans le tapis. Sinon, bistro typique avec un grand bar, où se retrouvent les habitués et une terrasse pour les beaux jours.

Plus: De bons produits et des assiettes généreuses

Moins: Le niveau du bruit

On y retourne? Bien sûr.




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer