La P'tite Grosse: pour l'inclusion, contre les tabous

Le spaghetti La P'tite Grosse représente bien le... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

Le spaghetti La P'tite Grosse représente bien le concept de l'endroit: petites assiettes, grosses portions!

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La P'tite Grosse. Le nom de ce nouveau restaurant de trois étages qui vient d'ouvrir ses portes dans les locaux de l'ancien Rosalie, en plein coeur du centre-ville, fait jaser.

Certains le trouvent rigolo, d'autres s'en offusquent, une réalité dont les trois copropriétaires Jack Kalachian (Productions Black Mohawk, Mimi la nuit), Fabio Broccoli (Lobster Clam Jam) et Rudy Bazin (Mimi la nuit) sont bien conscients. Et qu'ils assument!

«L'exclusion, ça nous dérange! On cherche à avoir un endroit où tout le monde est admis et bien reçu, qu'il soit en cravate ou en jeans, jeune ou vieux! Oui, c'est un nom qui "punche", mais qui incite à passer par-dessus les préjugés et tabous... Ce n'est pas parce que quelqu'un dit le mot "gros" qu'il est offensant», se défend M. Bazin.

Le nom, en fait, est inspiré par le type de repas qu'on y sert: «Petites assiettes, grosses portions». Tout le menu, accessible et convivial, est donc construit autour d'assiettes copieuses, dont l'emblématique spaghetti éponyme, servi avec une (énorme!) boulette.

1232, rue de la Montagne, Montréal

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer