Le coq de l'Est: de «serveuses sexy» à rôtisserie

Le chef Omar Zabuair prépare le poulet rôti façon tandoori... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRéCHETTE, la presse)

Agrandir

Le chef Omar Zabuair prépare le poulet rôti façon tandoori : possiblement l'un des meilleurs poulets que vous mangerez dans votre vie, écrit notre journaliste.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRéCHETTE, la presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le repas le plus copieux, original, universellement satisfaisant que nous ayons mangé depuis des mois n'a pas été servi dans un nouveau restaurant des quartiers électriques de Montréal. Il n'était pas présenté par un serveur barbu dans un cadre signé par un architecte réputé. Ce repas, il a été pris à Tétreaultville, un quartier de l'est de l'île, dans une rôtisserie réinventée qui s'appelle Le coq de l'Est 2015.

Le Coq de l'Est : idéal aussi pour ceux... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRéCHETTE, la presse) - image 1.0

Agrandir

Le Coq de l'Est : idéal aussi pour ceux qui cherchent à faire des découvertes en dehors du Plateau, du Mile End, de Villeray ou de Griffintown.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRéCHETTE, la presse

Le coq, ouvert depuis septembre dernier, est encore un secret bien gardé. On souhaite cependant que le mot se passe vite parmi les gens des quartiers du soleil levant, afin d'assurer la survie de cette adresse vraiment hors du commun.

Omar Zabuair et Vanessa Beeching ont travaillé dans le milieu de la restauration de renom pendant plusieurs années. Lui au Liverpool House, entre autres, elle au Pied de cochon.

Mais Vanessa a dû quitter la cuisine pour cause d'allergies. Depuis quelques années, elle travaille dans une agence de voyages du quartier Mercier. Omar, pour sa part, souhaitait devenir maître de sa cuisine, loin du brouhaha et des soirées arrosées qui n'en finissent plus.

Le choix s'est finalement arrêté sur... un ancien restaurant de serveuses sexy, au 8803, rue Hochelaga ! Du même coup, le couple a quitté son logement de Parc-Extension pour s'installer dans l'Est.

« Les repas "sexy" ont cessé cinq jours avant qu'on prenne possession. Quand je suis arrivée ici, mes pieds collaient aux planchers. On a tout nettoyé, frotté, repeint, refait la céramique des murs, changé les chaises, le bar, etc. », raconte Vanessa.

L'endroit a néanmoins conservé un certain charme rustique et « exotique ». On pourrait s'imaginer dans un restaurant de bord de route en Arizona ou dans le sud de l'Espagne. 

C'est on ne peut plus « sans chichis », idéal comme adresse de quartier pour les familles et pour les groupes d'amis qui cherchent un cadre décontracté pour festoyer. 

Idéal aussi pour ceux et celles qui aiment sortir de leur douillet Plateau, Mile End, Villeray ou Griffintown pour faire des découvertes. Parce que, comme diraient ceux qui ont fait le « voyage » : « C'est plus bon que c'est loin ! »

La carte du Coq est franche et directe : poulet, côtes levées, poutine. Ce qu'elle ne dit pas, toutefois, c'est que ce sera un des meilleurs poulets que vous mangerez dans votre vie.

D'origine pakistanaise, Omar enduit ses volatiles du Voltigeur d'épices tandoori avant de les envoyer dans la rôtisserie. La sauce est infusée des mêmes parfums. Quant aux frites, le chef a choisi de ne pas « dénuder » ses pommes de terre. Il laisse la peau, ce qui rappelle les New York Fries, à leur mieux !

Or, pour goûter à l'étendue du talent de l'homme aux fourneaux, il faut commander les plats du jour, inscrits bien haut sur l'ardoise. Nous avons été épatés par le chou farci au riz biryani et poulet, entre autres parce que cette entrée, dont la taille se comparerait à celle d'un « petit plat » dans plusieurs restaurants plus centraux, coûtait 5 $ !

INFLUENCES EUROPÉENNES

Mais Omar ne fait pas que dans le néo-pakistanais. Il se laisse également influencer par les cuisines portugaise, italienne, etc., avec une soupe caldo verde, une polenta au rapini, des choux de Bruxelles à la grecque, entre autres.

Seule en salle, pour l'instant, Vanessa offre un service affable et attentionné. On pourrait même avoir l'impression, à son sourire un peu timide, qu'elle nous remercie d'être là et de leur permettre, à elle et à son amoureux, de réaliser leur rêve.

C'est elle, aussi, qui s'occupe de ce qu'on boira avec la popote de son homme. Elle a opté pour une carte des vins courte et abordable, mais qualitative. « On n'avait pas envie de servir de la piquette ! », lance l'ex-cuisinière qui a côtoyé de belles caves au Pied de cochon et dans les restaurants de la famille Joe Beef.

Et la faune locale dans tout ça ? Jusqu'à maintenant, elle accueille favorablement la « nouvelle administration ». Il arrive que d'anciens clients s'attablent sans trop avoir réalisé que le personnel s'est rhabillé. Plutôt que d'en faire un plat, ils se satisfont des dodus attributs du poulet tandoori. Les autres, quant à eux, sont simplement heureux d'enfin trouver dans leur coin de délicieuses cuisses et poitrines pour toute la famille.

Le Coq de l'Est

8803, rue Hochelaga, Montréal 438 385-9455

Sur Facebook >>

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer