Tapas24: un «snack» bar à tapas

Le Tapas24 Snack bar.... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Le Tapas24 Snack bar.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Connaissez-vous Tapas24? Il y en a trois dans le monde. Un à Barcelone, le premier, l'original, un vrai bar à tapas catalan installé près d'un grand immeuble signé Antoni Gaudí sur le Passeig de Gràcia, avec des miroirs sur les murs, des tables hautes et des tabourets, des files d'attente interminables et un menu de petits plats typiques: mini-seiches dans leur encre, calmars frits, mousse au chocolat à l'huile d'olive et au sel...

Et maintenant, il y en a deux autres ici. Ils sont côte à côte, rue Notre-Dame Ouest, dans le Vieux-Montréal. Il y a le principal, ouvert en 2014, avec la bénédiction du chef catalan Carles Abellan, ancien collaborateur de Ferran Adrià et fondateur du Tapas24 ibérique. Et il y a maintenant le Tapas24 Snack bar, juste à côté. Mon préféré des deux à Montréal.

Ce petit nouveau, surtout si on s'assoit au bar au rez-de-chaussée ou encore à la table haute juste à l'entrée, est en effet celui qui se rapproche le plus du concept original.

C'est simple, pas cher, rapide, sans facétie. Et c'est pas mal bon.

Et comme tout bar à tapas, il s'agit d'un lieu modeste où l'on s'arrête brièvement pour manger plutôt qu'une destination pour la soirée. D'ailleurs, mises à part les «patatas bravas» et leurs sauces, tout le repas que j'ai mangé lors de ma seconde visite se dévorait aisément sans fourchette. Un vrai «snack-bar».

Au menu? Des pommes de terre, donc, des petits plats de poisson, des oeufs, des mini-sandwichs... Des plats roboratifs pas chers. Le midi, il y a même un menu complet à 13$.

Et comme au petit resto de Barcelone, on n'est pas dans un univers d'orthodoxie catalane totale. Il y avait, par exemple, en vedette lors d'un de mes passages, un excellent petit plat de ceviche, plus péruvien qu'ibérique, qui combinait sur une feuille de laitue sucrine miniature un morceau de mérou cru, une fine lamelle d'oignon, de l'avocat et une goutte de sauce pimentée. En revanche, certaines assiettes sont on ne peut plus typiques, comme ces pommes frites que l'on garnit d'aïoli et de sauce au pimenton, le classique patatas bravas servi partout dans la région de Barcelone.

Certaines assiettes combinent aux concepts catalans classiques des ingrédients québécois. Par exemple, on sert chez Tapas24 Snack Bar des molletes, des petits sandwichs andalous préparés avec des pains ronds qui ressemblent vaguement à des muffins anglais et on a eu l'idée d'en préparer avec de la viande fumée de chez Schwartz's, avec cornichon et moutarde. Et la combinaison marche très bien parce que le pain moelleux enveloppe la viande riche. On peut aussi essayer la version madrilène dudit sandwich avec calmars frits, un peu de purée de pois chiches, citron, aïoli et siracha, une sorte de burger de la mer généreux et sympathique, totalement réussi.

Le menu n'est pas hyper délicat et ceux qui veulent manger légèrement y trouveront peut-être difficilement leur compte. Lors d'une première visite plus tôt cet automne, j'y avais mangé des crevettes délicieuses, mais elles semblent avoir disparu du menu. Mais il reste les petits piments verts à peine frits ou alors des coeurs de laitue romaine, servis avec des anchois, une petite composition délicate où la fraîcheur de la crudité vient tout juste adoucir le caractère très salé du poisson.

Les piments piquillos confits sont quant à eux carrément spectaculaires, car on les cuit deux fois pour concentrer leur goût sucré. On les sert avec du porc grillé, du «secreto ibérico», qui est en fait la viande des cochons dont les fesses sont destinées à la production de jamón ibérico. Mais on prendrait un plat uniquement de poivron tellement c'est goûteux, charnu, végétalement réconfortant.

Au dessert, la maison propose toutes sortes de glaces, mais il ne faut pas repartir sans avoir goûté aux churros. En Espagne et en Catalogne, traditionnellement, c'est en après-midi ou très tôt le matin, après être sorti, qu'on mange ces beignets étoilés. Ici, on les aime aussi au dessert, surtout que la maison propose de les tremper dans un dulce de leche maison plutôt que le traditionnel chocolat chaud très épais. Ils sont délicats, parfaitement croustillants, enrobés de sucre parfumé à l'écorce d'orange. Ce n'est ni léger ni raffiné, mais combien réjouissant.

Le restaurant est ouvert du jeudi au dimanche pour la période hivernale.

  • Prix: petits plats pour la plupart entre 3$ et 15$.
  • Vins: une carte abordable, sélectionnée par François Chartier, comme au Tapas24 principal, à la porte d'à côté.
  • Service: sympathique, surtout si on s'assoit au bar pour regarder les cuisiniers travailler.
  • Style: bar à tapas «snack-bar» très convivial, moins cher et plus rustique que le Tapas24 voisin. Il ferme plus tôt aussi et est ouvert le midi. Plus proche des bars à tapas espagnols traditionnels et hyper informels que le Tapas24 ouvert en 2014 par les mêmes propriétaires -dont le chef catalan Carles Abellan. Menu du midi pas cher et grande salle à l'étage.

  • Un plus: De bons petits plats pas chers.
  • Un moins: Pas assez de plats légers et de poissons...

  • On y retourne? Oui.

Tapas24 Snack Bar

420, rue Notre-Dame Ouest, Montréal

514-282-1212

tapas24.ca/snackbar

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer