2014 et son vent de changement

Le style à la fois rustique - des... (Photo David Boily, La Presse)

Agrandir

Le style à la fois rustique - des «croûtes» de bouleau au plafond - et raffiné, lumineux, est juste assez brut pour se fondre parfaitement en accord avec le style de cuisine proposé.

Photo David Boily, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Comment a été l'année 2014 dans la restauration à Montréal? Si je devais la résumer en un seul mot, je dirais que cette année qui se conclut en a été surtout une de transition.

Un changement de style de cuisine est amorcé. La mode de la viande à tout prix, avec extra foie gras, a fait son temps. Nos amis végétariens ne nous ont pas nécessairement convertis, mais ils nous ont fait découvrir de jolis plats. On regarde de plus en plus du côté des légumes, des grains. Même le géant de la cochonnaille, Martin Picard, nous a préparé un menu très légumes à l'automne, à sa Cabane, pour célébrer les récoltes. Sans parler du succès de Vin Papillon, le petit frère de Joe Beef, branché côté jardin.

On observe un «changement d'adresse» aussi. Beaucoup de nouveaux restaurants ont ouvert dans la métropole cette année, dont un bon nombre dans des quartiers en pleine transformation qu'on connaissait peu. Fini l'hégémonie du Plateau, du Vieux-Montréal et du Mile End. Maintenant, Saint-Henri fait partie des incontournables, avec le Sumac, le Foyer et autres H4C, tout comme la Petite Bourgogne, évidemment, qui a maintenant Patrice Pâtissier. On pense au Mile-Ex avec le resto éponyme et le Manitoba, qui fait aussi partie des quartiers gourmands. Même Westmount et Notre-Dame-de-Grâce commencent, finalement, à avoir quelques tables mieux que potables, comme Léa, Café Zéphyr ou le casse-croûte Le Cheese. Enfin!

Autre transition qui commence à poindre: un changement du côté des prix. L'austérité qui a frappé l'Europe et les États-Unis nous touche, et le gouvernement fait tout pour qu'on dépense moins. Les restaurants devront s'adapter. L'Gros luxe, connu pour ses bas prix, est en plein essor, alors que le cher Arem, après quelques mois, tronque déjà ses prix.

Voici quelques bonnes nouvelles adresses qui illustrent bien ces changements.

Ma'tine

Ouvert par une partie de l'équipe qui était autrefois derrière La Famille, Ma'tine est une table du matin et du midi installée dans un secteur excentré, boulevard De Maisonneuve Est, aux confins du Village. On y va pour les viennoiseries spectaculaires, pour les potages, pour les salades et autres plats toujours surprenants, toujours remplis de légumes, à prix abordables. On adore aussi le décor tout simple, l'espace, la lumière et l'immense terrasse.

1310, boulevard de Maisonneuve Est facebook.com/restomatine

Sumac

Installé dans Saint-Henri, à deux pas du marché Atwater, Sumac propose une très savoureuse cuisine moyen-orientale, à prix abordables. On commande au comptoir, on s'assoit à la grande table réfectoire ou au bord de la fenêtre pour encore plus de lumière. Le bois omniprésent, les murs de briques et la déco minimaliste donnent aux lieux un air résolument moderne, pas du tout Mille et une nuits, mais convient parfaitement à l'approche actuelle que prônent les restaurateurs pour cette cuisine si vibrante, si allumée. Et quels merveilleux plats de légumes! On adore la salade cuite de poivrons et de tomates et les carottes au cumin.

3618, rue Notre-Dame Ouest sumacrestaurant.com

Le serpent

Ouvert au tout début de 2014 dans la Cité du multimédia, Le serpent s'est imposé rapidement. Il faut dire que l'équipe derrière cette nouvelle table est dans le métier depuis longtemps. On lui doit Le filet, tout comme Le Club chasse et pêche. Au Serpent, c'est l'ensemble des ingrédients qui détermine la qualité de toute l'expérience: la bonne cuisine d'inspiration italienne du chef Michele Mercuri, la carte des vins fort originale, le service attentionné, l'ambiance allumée et l'espace, immense, ponctué de quelques grandes oeuvres d'art.

257, rue Prince www.leserpent.ca

Patrice Pâtissier

En 2015, si votre budget ne vous permet plus d'aller manger dans les grandes tables - et même dans les moyennes - montréalaises, allez au moins vous offrir un bon dessert chez ce grand pâtissier montréalais qu'est Patrice Demers. Ici, à cette grande adresse de la Petite Bourgogne, tout est délicieux, du chou au kouignamann en passant par le thé et le chocolat. C'est raffiné, original, toujours techniquement impeccable. Et préparé au jour le jour. On peut y prendre un lunch aussi: soupes, salades et sandwichs préparés avec le même souci du détail et de la fraîcheur. Décor moderne signé Jean-Pierre Viau.

2360, rue Notre-Dame Ouest patricepatissier.ca

Manitoba

J'aime tout de cette nouvelle adresse du quartier Mile-Ex, zone excentrée entre le Mile End, la Petite-Italie et Parc-Extension. D'abord le lieu qui s'ouvre sur un jardin avec une immense porte de garage et signé par le copropriétaire designer Simon Cantin. Le style à la fois rustique - des «croûtes» de bouleau au plafond - et raffiné, lumineux, est juste assez brut pour se fondre parfaitement en accord avec le style de cuisine proposé. On y sert en effet une cuisine moderne préparée avec des ingrédients sauvages - pensez argousiers ou carcajou - par le chef Christopher Parasiuk. L'autre copropriétaire, Élizabeth Cardin, est elle-même une adepte de la cueillette. À essayer pour les cocktails et la recherche culinaire, notamment du côté des traditions autochtones.

271, rue Saint-Zotique Ouest restaurantmanitoba.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer