L'Express: fidèle à lui-même

Le décor noir  et blanc de bistro... (Photo : Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Le décor noir et blanc de bistro d'Amérique française et les serveurs à long tablier sont toujours au rendez-vous.

Photo : Bernard Brault, La Presse

Partager

Sur le même thème

On a beau avoir eu son content de bulles et de soupers durant les Fêtes, il arrive toujours un moment où l'on a de nouveau envie de sortir. Mais où aller en ce début de janvier, alors que tant de restos sont fermés ou déserts? Dans ces moments-là, on veut une valeur sûre. Une cuisine fiable, un minimum d'ambiance, un bon choix de vins au verre. C'est ce que je suis allée chercher récemment, un soir de semaine, à L'Express.

Le décor noir et blanc de bistro d'Amérique française et les serveurs à long tablier sont toujours au rendez-vous. Les incontournables du menu aussi. La cuisson parfaite de la pieuvre et des lentilles vinaigrette ne m'a pas déçue. Cette salade de lentilles captive d'un dôme de rondelles de pieuvre et entourée d'une garniture un peu naïve (fins tentacules, lanières de poivrons et d'olives noires) n'a pas pris une ride.

La mousse de saumon, par contre... Ces rondelles de terrine cerclées de chou et disposées autour d'une garniture classique de champignons mélangés: on dirait une photo décolorée tirée d'un vieux Larousse gastronomique. Pas mauvais, mais était-il vraiment nécessaire d'inclure cette entrée dans les suggestions du moment?

Rester sur sa soif

Le foie de veau, bien que tranché mince, arrive parfaitement cuit, avec cette texture tendre que l'on attend d'une chair rosée. Les frites blondes sont impeccables. Elles gagneraient cependant à être servies à part, pour éviter qu'elles s'imbibent de jus de viande.

Le saumon au gros sel est une heureuse échappatoire. Marqué au gril des deux côtés et servi brûlant sur un lit d'épinards, ce plat aux saveurs toutes simples rassasie sans alourdir.

Je sais qu'il ne faut pas pousser à la consommation, mais un deuxième verre de vin, ce n'est pas exactement de l'abus. Le mien étant vide à l'arrivée du plat principal, je me serais attendue à ce qu'on me demande si j'en voulais un autre. La question, étonnamment, n'est jamais venue. Pas fameux pour les ventes. Ni pour le client, d'ailleurs.

Desserts gargantuesques

Ce n'est pas écrit au menu, mais croyez-moi sur parole: l'île flottante au caramel est un dessert pour deux. Cette énorme meringue recouverte d'une coque de sucre ambré aux allures de verre de Murano est une beauté éphémère. Si vous prenez trop de temps à la manger, les amandes grillées ramolliront et le caramel fondra dans la crème anglaise, emportant avec lui tout le charme de la chose.

Le baba n'est pas une demi-portion non plus. Le sirop a un généreux goût de rhum ambré, mais on aimerait que le gâteau, presque aussi gros qu'un petit panettone, soit plus doré.

On ne va pas à l'Express pour être surpris, mais pour y retrouver ce qu'on aime. L'énergie qui y règne permet de s'adonner à ce petit plaisir sans avoir l'impression de s'enfoncer dans de vieilles pantoufles.

L'Express : 3927, rue Saint-Denis, Montréal, 514-845-5333

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600172:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer