Apporter son vin dans Villeray

Avec ses quelques tables extérieures pour profiter de... (Photo: Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Avec ses quelques tables extérieures pour profiter de la belle saison, Tandem pourrait s'avérer une des adresses intéressantes de l'été dans le quartier Villeray.

Photo: Bernard Brault, La Presse

Partager

Les restaurants «apportez votre vin» ne sont plus aussi nombreux qu'ils l'étaient à Montréal. À une certaine époque, ils se multipliaient et rivalisaient d'originalité pour attirer une clientèle en quête de bons prix et de qualité. Aujourd'hui, ils rivalisent surtout avec les restaurants qui servent du bon vin au verre, autre formule qui permet de façon abordable de découvrir de nouvelles tables et de participer à toute l'actuelle effervescence sommelière.

Il arrive toutefois, ici et là, que de nouvelles petites adresses «apportez votre vin» apparaissent à l'horizon. Le Madre, par exemple, rue Masson, vient de se convertir à cette formule.

Et puis, il y a le nouveau Tandem de la rue Villeray, tout juste à l'est du Tapeo, une adresse sans prétention avec son joli plancher de terrazzo rétro, son mur tableau noir, sa trentaine de places et son menu de bistro français.

Avec, en plus, ses quelques tables extérieures pour profiter de la belle saison sans façon, Tandem pourrait s'avérer une des adresses intéressantes de l'été, dans ce quartier en effervescence.

On s'y assoit, on y apporte une bouteille qu'on aime bien, on revient à la maison à pied. Et on mange une cuisine bien faite. Ce n'est pas une révélation, mais, mis à part de grosses déceptions côté desserts, tout est savoureux et soigné, en commençant par les petits amuse-bouche de mousse de foie de volaille à la datte et au brandy que l'on sert dès l'arrivée sur un petit croûton.

Le prix des plats principaux sur le menu comprend deux entrées: salade ou soupe, puis un petit plat à choisir qui peut se traduire par un petit supplément sur la note.

La soupe, lors de mon passage, était un gaspacho, bien frais, ne souffrant pas d'excès d'ail ni de sucre, malgré la promesse de pastèque et de pêches parmi les ingrédients. La salade, elle, toute verte et croquante, était garnie d'une vinaigrette à la framboise.

Ensuite, le tartare de deux saumons, simple, mais bien fait, combinait du saumon cru et du saumon fumé, donnant au plat une petite complexité déjà vue, mais bienvenue et joliment rehaussée par une sorte de pesto persillé bien salé.

L'entrée du jour, une poêlée de champignons de printemps, contenait quelques morilles du Québec simplement saisies au beurre et servies avec beaucoup de thym, sur un petit lit de riz sauvage. Rien de complexe, mais des saveurs boisées qui se complètent bien. D'ailleurs, le jus de champignons beurrés au fond du plat méritait une mouillette.

En plat principal, la sauce au bleu de la bavette de veau réussissait à ne pas s'imposer outre mesure, laissant de la place à la viande savoureuse et pas trop cuite, ainsi qu'au croquant du pâtisson et du poivron orangé qui garnissaient le tout.

Autre plat du jour, la salade périgourdine mélangeait laitue, coeurs de canard confits, canard fumé, croûtons au chèvre, un oeuf de caille, de la cuisse de canard confite, le tout servi sur une petite roquette très fraîche. Encore là, une salade sur un thème connu du moment, mais bien préparée et amusante vu la quantité d'éléments différents.

Seule grosse déception du repas: les desserts. Un trio de crèmes brûlées à la feuille de kéfir, au citron et au romarin - trois jolis parfums - trop lourdes pour mériter qu'on remette au menu ces desserts surexposés, et une tarte Tatin rendue amère par un caramel trop cuit sur une croûte totalement mollasse, qui rappelait la texture obtenue lorsqu'on réchauffe de tels plats au micro-ondes.

Tandem

586, rue Villeray, Montréal, 514-277-3339

Prix: Tables d'hôte de trois services entre 27$ et 42$, avec desserts en supplément. On apporte son vin.

Plus: Le service agréable de la copropriétaire, Ericka, et la visite aux tables du chef Pascal, en fin de repas.

Moins: Les desserts à améliorer.

On y retourne? Oui, mais si on est déjà dans le quartier.




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer