Vivre avec une ado végé

Élizabeth, 17 ans, a fait sa grande annonce... (Photo Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

Élizabeth, 17 ans, a fait sa grande annonce il y a six mois : elle sera désormais végétarienne. De plus en plus d'adolescents choisissent un régime sans viande.

Photo Olivier Jean, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Votre enfant vous annonce un beau jour qu'il ne mangera plus de viande. Soudain, la préparation des repas s'en trouve chamboulée. Que servir à table? Aura-t-il tous les nutriments qu'il lui faut? Avis de spécialistes et de jeunes qui ont pris le virage.

Finie la viande!L'alimentation carnée fait l'objet de remises en question dans la population générale. Les adolescents n'y échappent pas. Ces derniers sont de plus en plus nombreux à choisir un régime sans viande, ce qui n'est pas sans conséquences.

Élizabeth, 17 ans, a fait sa grande annonce il y a six mois: elle sera désormais végétarienne. «Je n'ai jamais vraiment aimé la viande, même petite. Vers 14 ans, j'ai pris conscience du fait qu'on aime nos animaux, mais qu'on en mange. Je suis devenue plus sensible aux conditions d'abattage aussi.»

Ce choix, avant tout éthique, n'a pas été une surprise pour son entourage. «Elle avait commencé à en parler. Ce n'est pas une grande sortie du placard. Même bébé, elle rejetait la viande en purée», se souvient son père, Gilles Grondin.

«On voit parfois ce choix chez des enfants, affirme la nutritionniste en pédiatrie Maryse Boutin. C'est toutefois une décision plus fréquente et plus drastique chez les adolescents. Dans ce cas, le virage s'accompagne d'une volonté de s'affirmer: on le fait pour se différencier des parents, être comme ses amis ou s'en distinguer.»

Les raisons invoquées pour expliquer ce choix sont généralement éthiques chez les jeunes: on ne veut pas encourager une industrie qui abat les animaux. S'ajoutent ensuite des considérations environnementales et, enfin, des arguments relatifs à la santé.

Élizabeth a coupé la viande, mais mange encore du poisson. Pour l'instant. «Je me laisse encore une marge de manoeuvre. C'est plus simple de cette façon pour mes parents. C'est le début d'une réflexion, enchaîne-t-elle. Je me dis que lorsque je serai indépendante, je ferai peut-être d'autres choix, comme de devenir végétalienne.»

Un choix santé

Chez les Grondin, le fait d'avoir une végétarienne à table a généré de nouvelles façons de manger et un changement positif dans l'alimentation. Même constat chez les Rossier, où les trois enfants ont décidé l'un après l'autre de devenir végétariens.

«Je respecte beaucoup ce choix, affirme leur mère Geneviève, qui a choisi d'adapter les repas. Ça m'a fait réfléchir aux questions environnementales et éthiques que soulève le fait de manger de la viande.» Du coup, les parents s'y sont mis aussi et se réservent la possibilité de manger de la viande à l'extérieur de la maison. 

Pour d'autres familles, ces décisions deviennent toutefois un casse-tête et une source d'inquiétude.

Selon la Société canadienne de pédiatrie, les diététistes du Canada, l'American Dietetic Association et l'American Academy of Pediatrics, il est possible d'être végétarien en période de croissance sans souffrir de carences alimentaires. L'enfant doit toutefois disposer des éléments nutritifs et de l'énergie dont il a besoin pour bien se développer.

Chez les Grondin, le fait d'avoir une végétarienne... (Photo Olivier Jean, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Chez les Grondin, le fait d'avoir une végétarienne à table a généré de nouvelles façons de manger et un changement positif dans l'alimentation.

Photo Olivier Jean, La Presse

«Si on enlève des produits d'origine animale, il faut trouver des façons de les remplacer, souligne la diététiste Stéphanie Thibault. Il est relativement facile de remplacer la viande par des légumineuses, du tofu, du tempeh, du seitan, des haricots de soya, des graines, des noix ou leur beurre.» Les boulettes, saucisses ou pépites végétariennes sont aussi des options. Comme elles sont bourrées d'additifs, elles devraient toutefois être consommées de manière occasionnelle.

Être végétarien ne veut pas nécessairement dire mal manger. Ou bien manger, d'ailleurs! Après tout, on peut aussi être végétarien et se nourrir de frites.

«La variété et la diversité des aliments consommés s'appliquent, qu'on soit végétarien ou omnivore», indique Cosette Gergès, fondatrice de Nutritionnistes en pédiatrie.

Plus un régime est restreint, plus il nécessite un suivi rigoureux. «Manger végétarien n'est pas sorcier, mais ça exige une plus grande rigueur pour s'assurer d'avoir suffisamment de protéines, de gras oméga-3, de fer, de calcium et de vitamines D et B12, explique Mme Gergès. Chez les végétariens stricts, des suppléments seront parfois nécessaires. Un suivi avec un spécialiste de l'alimentation est aussi conseillé.»

Sonder les motivations

Un enfant qui fait ce choix doit être prêt à déployer les efforts nécessaires pour se renseigner et effectuer le virage sainement, car un régime végétarien déséquilibré peut mener à des retards de croissance et de développement, ainsi qu'à des carences nutritionnelles. À l'adolescence, on bâtit notamment son capital osseux et son système nerveux.

«Il n'est pas rare que, sous des prétextes de saine alimentation ou à travers des arguments éthiques, l'enfant souhaite en réalité perdre du poids», souligne Stéphanie Thibault, qui est spécialiste en troubles alimentaires.

«Un changement de régime peut indiquer un début de problème comme l'anorexie ou l'orthorexie [l'obsession de bien manger].»

Le parent doit surveiller les changements corporels qui accompagnent ce choix et sonder les motivations de l'enfant. «Souvent, dans un souci de reprendre sa santé en main, le parent cautionne ce choix et ne voit pas nécessairement le problème sous-jacent, observe également Maryse Boutin dans sa pratique. Un nutritionniste peut déceler un trouble alimentaire et référer l'enfant à un psychologue, au besoin.»

Des changements de poids, une activité physique accrue, le souci du nombre de calories ingurgitées, un désir de perfection ou une grande volonté de plaire sont certains des signaux à surveiller de près, indique la psychologue Julie Leduc. 

«Le parent a des antennes. Si l'enfant a moins d'énergie, que son poids change, qu'il n'est pas présent à l'heure du repas, qu'il évite de manger de plus en plus d'aliments, c'est qu'il y a un problème. Il ne faut pas attendre l'urgence.»

Parfois, le simple fait d'essayer de nouvelles recettes... (Photo Olivier Jean, La Presse) - image 3.0

Agrandir

Parfois, le simple fait d'essayer de nouvelles recettes est suffisant pour voir le régime végétarien d'un autre oeil.

Photo Olivier Jean, La Presse

Conseils pour accompagner son enfantQue faire pour accompagner son enfant dans son nouveau choix de vie? Comment l'aider dans sa transition? Trucs et conseils.

Sollicitez sa participationL'enfant a fait un choix, mais le parent reste encore celui qui fait l'épicerie et qui cuisine. Une bonne façon de sonder l'intérêt de son ado et de rester ouvert à ses choix est de l'impliquer dans le processus, suggère la diététiste Cosette Gergès. On peut lui demander de proposer des idées de repas, de faire des recherches de nouvelles recettes ou d'ingrédients disponibles en épicerie, voire de cuisiner un repas par semaine pour débuter ou d'apprêter ses propres protéines lorsque la famille opte pour un repas carné. 

Évitez l'affrontementOn ne pourra pas imposer à un adolescent de manger un aliment s'il le refuse. En créant une opposition, on ne fait souvent qu'aggraver la situation, estime la psychologue Julie Leduc, qui intervient auprès d'enfants aux prises avec des troubles alimentaires. «Certains parents vont dire: "C'est moi qui fais le repas." D'autres font des ajustements. Il faut surtout que ça se fasse dans le respect de chacun.»

Soyez souple«Au moment où les adolescents prennent cette décision, c'est super important pour eux. Je pense qu'il est préférable d'éviter l'affrontement et d'adopter une approche constructive», conseille Sophie Ducharme, auteure du blogue Famille et Tofu et intervenante auprès d'adolescents en milieu scolaire. Aujourd'hui végétarienne «souple», la maman de deux enfants - plus un qui est en route - a fait le choix du sans-viande et préconise une approche flexible. On pourra voir s'ils sont prêts à faire la transition progressivement, en coupant la viande sans le poisson, par exemple.

Adaptez les menusGilles Grondin, papa d'une végétarienne de 17 ans, a opté pour «un accommodement raisonnable». «J'adapte le menu autant que possible ou je prépare un plat végétarien. Parfois, c'est elle qui le fait. Mais il est clair que c'est moi qui décide du repas, sinon on ne s'en sort pas, dit-il. Un véritable accommodement doit aller dans les deux sens. Elle doit aussi être consciente que les gens qui l'entourent mangent de la viande.»

DiscutezLe compromis est souvent une avenue plus sûre, estime d'ailleurs Julie Leduc. «On ne pourra pas forcer un enfant à manger. L'heure des repas doit rester harmonieuse. Il est surtout important de préserver le lien et de garder le canal de communication ouvert avec son adolescent.»

Ouvrez-vous à la découverte«Souvent, l'intention est là, mais les gens ne savent pas quoi cuisiner et par quel bout prendre ça», observe Sophie Ducharme. «Il faut admettre que faire un repas végétarien demande plus de temps et d'efforts», convient Geneviève Rossier, dont les trois enfants ont fait un virage végétarien. La mère de famille a donc épluché des livres de recettes. Parfois, le simple fait d'essayer de nouvelles recettes est suffisant pour voir le régime végétarien d'un autre oeil, comme le fait remarquer l'auteure de Famille et Tofu.




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer