L'été est une fraise

La saison des fraises est le moment idéal... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

La saison des fraises est le moment idéal pour préparer des recettes à base de ce petit fruit, comme ce shortcake aux fraises déconstruit.

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Fabienne Couturier
La Presse

Y a-t-il quelque chose de plus doux, de plus jouissif que le goût des premières fraises de l'été? Gorgées de soleil, parfumées, juteuses, fondantes, elles arrivent aux étals en même temps que les beaux jours, les vacances scolaires, les ciels violets des soirs qui s'étirent... Elles sont l'été! Savourons-les.

Des fraises en abondance

Cette année, les fraises du Québec se sont fait attendre un brin à cause du printemps frisquet et rétif qu'on a connu. La récolte des fraises cultivées sous bâche a commencé vers la mi-juin, mais les plants non couverts ne produisent actuellement que dans les régions les plus au sud. C'est un peu plus tard que d'habitude.

On n'aura toutefois rien perdu pour attendre, car la récolte sera abondante, croit David Lemire, président de l'Association des producteurs de fraises et de framboises du Québec et propriétaire de la Ferme Gagnon, à Trois-Rivières. «On a eu beaucoup de neige durant l'hiver, ce qui est excellent parce que ça crée une couche isolante qui protège les plants. D'ordinaire, en moyenne, on en perd 10 % à cause du gel. Cette année, c'est proche du zéro!»

Pour ces raisons, M. Lemire croit qu'il pourrait y avoir surabondance de fraises dans les deux premières semaines de juillet (comme si on pouvait avoir trop de ces joyaux!). Les amateurs s'en réjouiront: cela se traduira par une baisse des prix de 15 à 20 % par rapport à une année standard. Ce sera le moment de sortir bassines, bocaux et sacs à congélation pour faire des réserves. Par ici coulis et confitures!

Tout sur la fraise

Un fruit... qui n'en est pas un

Botaniquement parlant, la fraise n'est pas un fruit. La partie rouge et charnue que nous consommons est en fait le réceptacle de la fleur, qui s'est transformé après la fécondation. Les fruits sont les graines qui parsèment la fraise, dont chacune peut donner un nouveau plant.

Cousine de la rose

La fraise fait partie de la vaste famille des Rosaceae, donc des roses... comme la framboise, d'ailleurs.

Le père de tous les fraisiers

On doit à un Français au nom prédestiné d'Amédée François Frézier (ça ne s'invente pas!) d'avoir introduit en France, au XVIIIe siècle, un plant de fraisier du Chili, lequel, par hybridation spontanée avec une espèce importée de Virginie (peut-être par Jacques Cartier lui-même, selon certains auteurs!), a donné le Fragaria ananassa, considéré comme l'ancêtre de tous les fraisiers actuels.

30 variétés

On trouve plus d'une trentaine de variétés de fraises au Québec, des plus hâtives (les Veestar, Annapolis et Honeoye, qui se récoltent dès le début de juin) aux fraises d'automne (Aromas et Seascape, qui portent leurs fruits jusqu'à la mi-octobre). Les préférées de David Lemire? La Jewel, récoltée de la mi-juin à la fin juillet, et la Wendy, récemment venue de Nouvelle-Écosse, qui fera son apparition vers la fin juin.

En chiffres

- 100 grammes de fraises contiennent seulement 30 calories.

- 8 fraises contiennent autant de vitamine C qu'une orange.

- 3 grosses fraises équivalent à une portion de fruits.

Source: Association des producteurs de fraises et de framboises du Québec

Ne jetez pas les queues!

Les queues de fraises sont parfaitement comestibles et peuvent servir à parfumer une limonade, une salade de fruits, un granité ou même des cocktails: laissez macérer 2 jours au frigo 4 tasses de queues de fraises dans 1 tasse d'eau et 1 tasse de sucre. Filtrez, et ajoutez ce jus à tout ce qui vous chante!




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer