Gala Les Lauriers: place aux Oscars  de la gastronomie

Quelques finalistes pour le Laurier du public étaient... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE)

Agrandir

Quelques finalistes pour le Laurier du public étaient présents à la conférence de presse, dont Christian Bégin, soeur Angèle, Josée di Stasio et Ricardo.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Tout comme ceux du cinéma et de la télévision, les acteurs de la gastronomie québécoise seront récompensés pour leur travail. La toute première mouture du gala Les Lauriers, qui aura lieu à la mi-avril, couronnera 15 gagnants dans autant de catégories, qui couvrent l'ensemble de l'industrie dans la province.

La liste des 90 finalistes a été dévoilée la semaine dernière par Christian Bégin, qui sera également à la barre de la soirée de remise des prix du 16 avril. «Je suis très content qu'on m'ait demandé d'animer ce premier gala des Lauriers, qui veut célébrer l'excellence dans le domaine de la restauration et de la gastronomie», a dit en conférence de presse l'animateur de l'émission culinaire Curieux Bégin, présentée sur les ondes de Télé-Québec depuis plus de 10 ans.

Ces finalistes ont été choisis par quelque 1000 professionnels du milieu de la gastronomie, regroupés sous l'appellation «Brigade des Lauriers», qui pourraient se comparer aux membres de l'Académie des Oscars. Ils sont issus de tous les secteurs de l'industrie, à l'image des catégories de prix: chefs, propriétaires de restaurants, serveurs, sommeliers, mixologues, artisans...

C'est cette même brigade qui votera pour sélectionner les gagnants, avec le concours d'un jury de six personnes dont l'identité n'a pas été dévoilée. «On a vraiment choisi des gens qui ont une culture poussée de la gastronomie québécoise», soutient Christine Plante, directrice générale et fondatrice de l'événement. Ce jury est présidé par Stéphane Modat, chef du Fairmont Le Château Frontenac, à Québec.

Les choix de la brigade et du jury compteront chacun pour 50 % des gagnants, précise Mme Plante. «Ça nous assure que le jury n'est pas tout-puissant, et ça nous assure aussi de vraiment écouter la voix de l'industrie», poursuit-elle. Les membres du jury se sont évidemment retirés de la compétition pour cette année.

Les catégories

Les catégories ratissent large et couvrent l'ensemble du territoire québécois. Par exemple, dans la catégorie du restaurant de l'année, 10 établissements tenteront de remporter la palme, dont le Battuto à Québec, le Bistro Rosie et le Vin Papillon à Montréal et Chez St-Pierre au Bic. Un chef de l'année sera également élu, en plus d'un chef pâtissier, d'un sommelier, d'un artisan, d'un camion de cuisine de rue... Le travail des producteurs aussi sera souligné, avec le choix d'un gagnant parmi la miellerie Miels d'Anicet, la ferme des Quatre-Temps, la Société des plantes, Cerf de Boileau et Porc de Beaurivage.

L'une des catégories, cependant, reviendra exclusivement au grand public. Dix finalistes pour le Laurier du public ont été sélectionnés après un sondage réalisé conjointement par Les Lauriers et la firme MBA Recherche - qui a d'ailleurs supervisé l'ensemble du processus de vote.

Les gens peuvent se prononcer sur le site des Lauriers ou ici même, sur La Presse+, pour choisir leur personnalité favorite de la scène culinaire québécoise parmi Christian Bégin, Chuck Hughes, Daniel Vézina, Josée di Stasio, Louis-François Marcotte, Marilou, Martin Picard, Normand Laprise, Ricardo et soeur Angèle.

À ces 15 catégories s'ajoutera un Laurier Hommage, qui sera remis le soir de l'événement.

Le gala aura lieu au Salon 1861, une ancienne église de Griffintown. Quant au repas qui sera servi pendant la soirée, il sera concocté par une équipe entièrement féminine, composée notamment des cheffes Colombe St-Pierre, Émily Homsy, Emma Cardarelli et Stéphanie Audet, en plus de la pâtissière Stéphanie Labelle et de la sommelière Véronique Dalle. «On a décidé de laisser toute la place à des femmes cheffes pour créer le repas qui sera servi lors du gala, s'est réjoui Christian Bégin. Je trouve que ça témoigne d'une écoute particulière par rapport à ce qui se passe dans le monde, et on sait très bien aussi que c'est un milieu où l'on a encore des enjeux sérieux de parité.»




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer