Être père ailleurs: papa danois

Étienne Boudreault à vélo avec ses enfants Louis, Emil... (PHOTO FOURNIE PAR ÉTIENNE BOUDREAULT)

Agrandir

Étienne Boudreault à vélo avec ses enfants Louis, Emil et Camille.

PHOTO FOURNIE PAR ÉTIENNE BOUDREAULT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Musicien classique - bassoniste, plus exactement - Étienne Boudreault vit au Danemark depuis 15 ans. Le Québécois d'origine est père de trois enfants, Camille, 8 ans, Emil, 4 ans et Louis, 2 ans. La Presse l'a joint chez lui, à Copenhague, alors qu'il rentrait tout juste d'une tournée en Chine.

Q : Pourquoi avez-vous émigré au Danemark?

R : La première audition d'orchestre que j'ai remportée, c'était au Danemark. Quand on est musicien, il faut être très ouvert à vivre à l'étranger, puisqu'évidemment, il n'y a pas beaucoup de postes. Je joue maintenant pour l'ensemble Esbjerg, de la ville du même nom, qui est sur la côte ouest du Danemark. Comme c'est de la musique de chambre, ce sont des horaires beaucoup plus flexibles. Ça me permet d'avoir mon domicile à Copenhague, à 300 km. Il faut dire qu'il y a un bon système ferroviaire.

Q : Être père au Danemark et au Québec, c'est différent?

R : Je vois plusieurs ressemblances. Je sais que le Québec a un système assez généreux pour les congés de paternité, etc. Ici, j'ai pu prendre deux mois de congé de paternité, après la naissance de chacun de mes enfants.

Au Danemark, la vie familiale est une très grande priorité. C'est un pays où l'enfance est extrêmement protégée. Quand notre plus jeune fils devait rentrer à la garderie, je voyageais beaucoup pour le travail. On a découvert que la municipalité nous permettait d'avoir une gardienne à la maison, à condition d'avoir au minimum deux enfants. On payait exactement le même tarif qu'à la garderie. On a donc eu quelqu'un à la maison à temps plein pendant trois mois, jusqu'à ce qu'on ait plus de temps pour faire l'entrée graduelle à la garderie. On a été emballés. C'est un système très généreux, qui a aussi été établi pour désengorger les listes d'attente des garderies.

Q : Quelles activités faites-vous avec vos enfants?

R : On habite un appartement en pleine ville, mais la plupart des immeubles ici ont d'immenses terrains derrière, où les enfants peuvent jouer. Il y a aussi des parcs absolument partout en ville. On se promène à vélo, ce qui est très danois. J'ai un vélo avec une boîte devant pouvant accueillir les enfants, qu'on appelle ici les vélos Christiania. C'est la meilleure façon de se déplacer en ville avec des enfants. Je vais même faire l'épicerie avec ça!

Le Danemark est le pays de la Scandinavie où on joue le plus au soccer. Mon Emil de 4 ans a commencé à jouer dans un club. Ma fille fait plusieurs activités organisées par l'école, des cours de piano et de chant. Comme la classe finit très tôt, vers 13 h ou 14 h selon les écoles, il y a ensuite ce qui s'appelle, librement traduit, « l'école des temps libres ». Les enfants se déplacent dans une institution affiliée à leur école en après-midi, pour y faire des activités.

Q : Y a-t-il des désavantages à élever des enfants au Danemark?

R : C'est une société très, très, très égalitaire. À l'école, toute forme de compétition est découragée. On veut que tous les élèves progressent à la même vitesse. Des fois, je trouve que c'est poussé à l'extrême. Mais ça a l'avantage de créer des gens très tolérants.

Q : Quelles langues parlez-vous avec vos enfants?

R : À la maison, on parle généralement français. Ma fille vit avec sa mère, qui est danoise, et elle est avec nous deux fins de semaine par mois. Ma femme actuelle, la mère des garçons, est finlandaise; mes fils parlent donc couramment français et finnois, et leur danois s'en vient très bien. Nous avons décidé de les faire éduquer en français. Ils sont sur la lise d'attente du Lycée français, où ils devraient entrer d'ici un an ou deux.

Danemark

Population en 2014 : 5,6 millions

Taux de fécondité en 2012 : 1,73 enfant par femme

Congé de paternité : Deux semaines, indemnisées selon le statut et la convention collective.

Revenu national brut par habitant 2013 : 61 680 $ US courants

Québec

Population en 2014 : 8 millions

Taux de fécondité en 2013 : 1,65 enfant par femme

Congé de paternité : Cinq semaines payées l'équivalent de 70 % du revenu (revenu maximal assurable de 70 000 $ par an).

Revenu national brut par habitant 2013 (Canada) : 52 200 $ US

Sources : Site officiel du Danemark (http: //denmark.dk/), Perspective monde Université de Sherbrooke, Plateforme européenne pour l'investissement dans l'enfance, Banque mondiale, Institut de la statistique du Québec, Régime québécois d'assurance parentale et Statistique Canada.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer