Les Zurbains: écrire pour des pros

Au cours de leur stage, les 12 auteurs... (PHOTO FOURNIE PAR LE THÉÂTRE LE CLOU)

Agrandir

Au cours de leur stage, les 12 auteurs sont jumelés à des dramaturges et comédiens professionnels.

PHOTO FOURNIE PAR LE THÉÂTRE LE CLOU

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Chaque année depuis près de 20 ans, le Théâtre Le Clou met en scène des textes écrits par des adolescents de 14 à 17 ans. Quatre monologues d'une quinzaine de minutes interprétés par des comédiens professionnels. À quelques jours de la première des ZurbainsLa Presse s'est entretenue avec l'une des quatre auteurs sélectionnés.

Arianne Boudreault en plein travail. ... (PHOTO FOURNIE PAR LE THÉÂTRE LE CLOU) - image 1.0

Agrandir

Arianne Boudreault en plein travail. 

PHOTO FOURNIE PAR LE THÉÂTRE LE CLOU

Quand Arianne Boudreault a appris que son texte avait été choisi par le Théâtre Le Clou, elle a fait le saut. La jeune fille âgée de 16 ans est l'une des quatre auteurs du nouveau spectacle des Zurbains, qui commence jeudi au Théâtre Denise-Pelletier. À quelques jours de la première, elle avoue être « un peu nerveuse »...

« J'ai hâte de voir comment mon texte va être reçu, nous a-t-elle confié, de Lévis, sur la Rive-Sud de Québec où elle habite. Je suis sûre que la comédienne Marie-Ève Milot va être excellente, mais je me demande comment elle va interpréter le texte... En ce moment, j'ai hâte, mais j'ai comme un petit stress ! » 

Cette année, ils ont été 400 à soumettre leurs textes au Théâtre Le Clou. À la suite d'un long processus de sélection, qui a débuté l'automne dernier, seuls quatre d'entre eux verront finalement leur pièce interprétée par des acteurs professionnels dirigés par Monique Gosselin. D'abord à Montréal, puis à Québec.

Dès la première lecture de sa pièce Blue My Mind, la dramaturge Joëlle Bond, qui faisait partie du jury, a été conquise.

« Ce texte, je l'ai défendu jusqu'à la fin du processus de sélection, nous dit l'auteure de Québec, qui a été jumelée à Arianne Boudreault. J'ai eu un coup de coeur pour son monologue. J'aime lorsque les jeunes se détachent du "journal intime". »

«Arianne a écrit un texte basé sur le phénomène des "fan fiction". C'est bien écrit, c'est drôle et c'est vraiment bien punché !»

Joëlle Bond
Dramaturge

Les « fan fiction » sont des histoires créées de toutes pièces, basées sur des univers et des personnages existants. Harry Potter, par exemple, compte de nombreuses ramifications fictives sur le web. Idem pour la série Twilight et même pour des groupes de musique comme One Direction. Des histoires inventées par des fans qui s'approprient leurs sujets préférés. Des récits très populaires chez les jeunes.

Blue My Mind est donc une fiction créée par une jeune fille, Amanda, qui publie une histoire mettant en vedette les membres d'un groupe de musique appelé Blue Blood Boys. Tout le monde sait que ces « fan fiction » sont fausses. Sauf que la jeune auteure, qui est une véritable groupie, laisse croire à son entourage que ses histoires à elle sont vraies. Mais le sont-elles ?

« Elle est tellement amoureuse du chanteur du groupe qu'elle le pourchasse, elle s'invente une romance avec lui, elle devient complètement folle, résume Joëlle Bond. C'est un univers qui rappelle le livre Misery. Je trouvais ça très théâtral. Tous les éléments étaient là, mais il a fallu structurer le texte, justifier des détails. Mais pour moi, Arianne est déjà une auteure. »

Une vingtaine de versions

L'ironie du sort a fait qu'Arianne Boudreault, qui fréquente le Juvénat Notre-Dame du Saint-Laurent à Québec, est plutôt portée par les sciences. Elle souhaite faire son cégep en sciences de la santé et aimerait faire des études en médecine. « Je ne peux pas dire que je vais beaucoup au théâtre, mais j'aime lire et ce projet m'a quand même donné le goût de l'écriture », explique-t-elle.

Avec Joëlle Bond, la jeune fille a travaillé fort pour améliorer son texte. « J'ai écrit une vingtaine de versions. Ça a beaucoup changé depuis le début. Les idées sont restées les mêmes, mais le texte s'est précisé et mis en place, je suis très heureuse du résultat. J'ai aussi parlé à la comédienne Marie-Ève Milot et à la metteure en scène Monique Gosselin. On a beaucoup échangé sur le texte, c'est un processus de création très intéressant. »

Même si Arianne Boudreault n'a aucune intention de mener une carrière dans les arts de la scène, elle dit avoir adoré l'expérience des Zurbains. C'est d'ailleurs cette « porte » qui donne sur les arts et les lettres que les professeurs de français prennent plaisir à ouvrir, même si les élèves participants se dirigent vers d'autres domaines comme les sciences ou l'administration.

« C'est un projet qui peut avoir un impact très positif sur la motivation des jeunes, nous dit la présidente de l'Association québécoise des professeurs de français, Isabelle Péladeau. Le théâtre de création est une façon extraordinaire de développer l'imaginaire des jeunes. C'est aussi une façon d'en attirer d'autres vers le théâtre. »

Comme chaque année, un cinquième conte, écrit cette fois par un « pro » de la scène, complète le programme des Zurbains. Cette année, c'est l'auteur et interprète Robin Aubert qui présentera son conte D'la couleur dans un garage, interprété par Catherine Le Gresley. Une jolie façon d'accueillir les jeunes dans la grande arène théâtrale, non ?

Les quatre textes des Zurbains 

  • Blue My Mind, d'Arianne Boudreault
Mentor : Joëlle Bond

Comédienne : Marie-Ève Milot

  • La loi de l'accélération, de David Kalichman
Mentor : Mathieu Gosselin

Comédien : Guillaume Rodrigue

  • Langue de pierre, de Mohamed Chrouh
Mentor : Rébecca Déraspe

Comédien : Harou Davtyan

  • Bande de clowns, d'Anastasia Comendant
Mentor : Rébecca Déraspe

Comédienne : Albane Chateau

Les Zurbains en six étapes

1. Septembre

Les professeurs de français ou d'art dramatique des écoles secondaires du Québec peuvent inscrire leur classe au concours. Un représentant du Théâtre Le Clou rencontre les élèves de ces écoles pour leur expliquer le b.a.-ba d'un conte urbain.

2. Octobre

C'est la période d'écriture des élèves qui lisent leur texte final en classe dans le cadre de leur cours. Une première sélection est faite par la classe elle-même, qui doit choisir les 10 meilleurs textes, qui seront soumis au Théâtre Le Clou.

3. Décembre

Le Théâtre Le Clou reçoit environ 400 textes par année. Un comité artistique sélectionne les 12 meilleurs et communique avec les jeunes auteurs pour les inviter à un stage d'une fin de semaine complète. Un groupe est formé à Montréal, un autre à Québec.

4. Janvier

Au cours de ce stage, les 12 auteurs sont jumelés à des dramaturges et comédiens professionnels. Ils travaillent ainsi en trio pour améliorer la qualité dramatique du texte et pour tester l'oralité de la pièce « mise en bouche » par un comédien.

5. Mars

Au terme du stage, quatre auteurs sont choisis. Ils travaillent de nouveau avec l'auteur professionnel qu'ils ont côtoyé pendant le stage afin de vraiment peaufiner le texte. Ils assistent aussi à des répétitions avec la metteure en scène du Théâtre Le Clou, Monique Gosselin.

6. Mai

C'est la première des Zurbains ! Les quatre auteurs sont dans la salle de spectacle comme tout le monde. Ils assistent à l'interprétation devant public de leur texte. Trois représentations au Théâtre Denise-Pelletier à Montréal. Les Zurbains seront également présentés plus tard cette année au Théâtre Les Gros Becs à Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer