La première fois que... bébé parle

« Laurent emmagasine tellement d'informations en ce moment ! Il... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

« Laurent emmagasine tellement d'informations en ce moment ! Il essaie de répéter les mots, de communiquer. Ça se voit qu'il comprend bien plus qu'il parle et qu'il est curieux », affirme le père de Laurent, Vincent Gobeil (à droite).

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Proulx

Collaboration spéciale

La Presse

Première nuit, premier repas, premiers mots. La vie de bébé est jalonnée de ces « premières fois » qui soulèvent bien des questionnements et des inquiétudes pour ses parents. Pause rencontre parents et experts autour de ces mémorables moments. Cette semaine, la première fois que bébé parle.

Lorsque Laurent a prononcé son premier « maman », ses parents étaient fiers et rassurés. La date a été symboliquement inscrite dans le livre de souvenirs de bébé. C'est que jusque-là, le petit garçon était surtout axé sur la motricité fine et globale, moins sur les mots.

Laurent avait 12 mois et des poussières lorsque l'enchaînement de syllabes « mamamama » s'est mué en « maman » pour désigner sa mère. « La situation ne me préoccupait pas puisque je savais qu'il n'accusait aucun retard, raconte Dominique Garant, analyste d'affaires de 31 ans. Cependant, lorsque j'ai croisé une cousine dont la fille de 10 mois prononçait plusieurs mots, je me suis posé des questions. »

Ses lectures et le rendez-vous chez la pédiatre confirment son impression : chaque enfant évolue à son rythme et il arrive que certains enfants qui se développent davantage sur le plan moteur acquièrent le langage un peu plus tardivement.

« Ma mère m'a raconté que j'étais moi-même très habile physiquement et que j'utilisais le pointage et un seul son pour avoir tout ce que je désirais, observe le papa de 36 ans, Vincent Gobeil. Par la suite, mon langage s'est développé rapidement, et je parlais tout le temps ! »

1, 2, 3... 5 mots !

Depuis cette journée de janvier gravée dans l'historique familial, Laurent continue d'explorer les sons avec curiosité. « Maman est devenu "m'an", il dit "toc-toc-toc" pour désigner son jouet de marteau, "do" pour son gobelet d'eau et "ah" pour allô », détaille la maman. « Il dit aussi "tata" pour papa », ajoute Vincent Gobeil, au grand étonnement de sa conjointe, qui ne l'avait pas répertorié.

« Il répète beaucoup ses nouveaux mots, comme s'il se disait : "Enfin, je suis compris !", relate la maman. Le matin, avant de partir, il babille sans arrêt. Il pointe des objets afin que je les lui nomme. C'est mignon de le voir s'intéresser ainsi à tout ce qui l'entoure. »

L'initier aux autres langues

Pour les jeunes parents, l'apprentissage de la langue maternelle commence à la maison. « L'éducatrice de Laurent est hispanophone et son français est approximatif, explique la maman. Nous lui avons donc demandé de lui parler en espagnol. » « Je vois d'un bon oeil qu'il soit exposé à d'autres sonorités, poursuit le père qui souhaite apprendre l'anglais à son fils. À cet âge, les enfants sont comme des éponges. »

Pour stimuler son langage au quotidien, Dominique et Vincent nomment les objets qui l'entourent et expriment verbalement les actions qu'ils font avec lui. « C'est notre façon de procéder pour exposer Laurent à un maximum de vocabulaire, mais peut-être est-ce trop ? », s'interroge la maman.

« Je devrais peut-être me limiter à quelques mots à la fois, mais je veux aussi qu'il comprenne ce qu'est une phrase... »

Conseils de l'orthophoniste

Bébé gazouille, vocalise, babille et jargonne depuis belle lurette, mais quand prononcera-t-il son premier mot ? Selon Eve Bargone-Fisette, celui-ci apparaît généralement vers l'âge de 11 à 13 mois. « Un premier vrai mot est celui que l'enfant a l'intention de dire et non pas qu'il prononce pour imiter ce qu'on vient d'entendre, précise l'orthophoniste au CLSC Hochelaga-Maisonneuve. Ensuite, il doit le réutiliser dans différents contextes pour désigner le même objet ou la même action. »

Les mots fonctionnels et quotidiens sont généralement les premiers prononcés par bébé. « Ils varient d'un enfant à l'autre selon l'expérience et l'environnement, mais leur utilité motive habituellement leur apparition. » Les premiers mots du lexique de l'enfant franco-québécois sont le plus souvent maman, papa, bye, lait, oh oh, non, bobo et dodo, entre autres.

S'ils remplissent de fierté les parents, ces premiers mots ne sont souvent que la pointe de l'iceberg, soutient Mme Bargone-Fisette : « Les données varient d'une étude à l'autre, mais un enfant de 12 mois qui prononce deux ou trois mots, par exemple, en comprendra environ 90 à 110. À l'âge de 2 ans, on constate habituellement une explosion du vocabulaire : les enfants acquerront de 100 à 300 mots. »

Les livres, comptines et jeux s'avèrent efficaces pour stimuler le développement du langage, mais l'allié principal de l'enfant demeure le parent avec lequel il interagit, souligne l'orthophoniste.

« Une grande règle de la communication parent-enfant, c'est que l'adulte doit d'abord observer l'enfant, y être réceptif et attentif. »

« Ensuite, [l'adulte] doit partir de ce qui intéresse [l'enfant], de ce qu'il fait ou manipule afin de le lui décrire avec les bons mots. Il est intéressant de commencer à l'aide de phrases courtes et d'un vocabulaire riche, tout en s'assurant de laisser des pauses pour qu'éventuellement, le petit prenne part à l'échange. »

Aux parents les plus enthousiastes, la professionnelle fait quelques mises en garde. « On évite de se fixer des objectifs pour que notre enfant apprenne tous les animaux de la ferme avant 18 mois. On fait plutôt confiance à l'expérience au quotidien pour qu'il apprenne à son rythme et on s'abstient de lui mettre de la pression en lui demandant de répéter ses nouveaux mots chaque fois qu'il voit grand-maman ! »

Devant les erreurs de mots ou de prononciation, elle suggère de reprendre l'enfant, sans lui demander de répéter. « La communication doit rester plaisante et naturelle, rappelle-t-elle. S'il dit "tamion", on réplique : "Oui, c'est un camion !" à la positive et on poursuit la discussion. »

POUR EN SAVOIR PLUS

Je grandis et je communique (dépliant de l'Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec)

Le blogue scientifique Parlons apprentissage  (Éditions Passe-Temps)

J'apprends à parler. Le développement du langage de 0 à 5 ans, de Marie-Ève Bergeron-Gaudin, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2014

Combien de mots bébé dit-il ?

À 12 mois, il utilise entre 1 et 10 mots, en moyenne

À 18 mois, il utilise environ 50 mots, en moyenne

À 2 ans, il utilise entre 100 et 300 mots, en moyenne

À deux ans et demi, il utilise 500 mots, en moyenne




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer