Agressions sexuelles: l'art d'enseigner à dire NON

Le sujet n'a jamais été autant d'actualité. Après Weinstein, puis Salvail et... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

PHOTO THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le sujet n'a jamais été autant d'actualité. Après Weinstein, puis Salvail et Rozon, le mouvement #MeToo est partout. Faut-il en parler avec nos enfants, et surtout, comment?

Il y a des sujets plus délicats que d'autres à aborder avec nos enfants. Pires encore que la sexualité, encore taboues dans certaines familles: les agressions sexuelles. Pourtant, tous les experts le confirment : prévention oblige, il faut absolument aborder la question. Socialement parlant, le sujet semble aussi urgent. Mais attention, pas n'importe comment.

Avec l'actualité des derniers jours, les prétextes pour aborder la question ne manquent pas. Tout particulièrement si votre enfant est sur Facebook (et on sait qu'ils le sont souvent très tôt). Il a probablement vu passer des statuts mystérieux avec les mots-clics #MeToo ou #MoiAussi. Et du coup s'est questionné.

«C'est une belle porte d'entrée pour en parler», souligne Sophie Bousquet, coordonnatrice des services cliniques à la Fondation Marie-Vincent (vouée à la prévention de la violence sexuelle ciblant les enfants), qui ne se dit toutefois pas surprise de l'ampleur du phénomène: «Les chiffres sont parlants. Et on sait depuis longtemps que les cas rapportés sont minimes.»

Selon elle, il faut ici d'abord sonder l'enfant: «Toi, qu'est-ce que tu comprends?» Un angle à privilégier pour tout ce qui a trait aux questions délicates en général, et à la sexualité en particulier.

Et si votre enfant vous questionne à son tour, oui, vous vous devez de répondre à ses interrogations. De manière claire et directe, selon son âge et sa maturité. Et surtout sans vous alarmer. C'est quoi, un abus sexuel? «Un abus sexuel, c'est quand un grand, quelqu'un en situation de pouvoir, un boss, veut te toucher les organes génitaux, illustre la sexologue Jocelyne Robert. C'est ça. C'est clair, net et précis, et l'enfant comprend.»

La sexualité d'abord

Mais dans un monde idéal, avant ici d'aborder la délicate question de l'abus et de ses préventions, vous aurez abordé la sexualité depuis longtemps avec votre enfant. Les experts sont unanimes: «Avant de parler d'agressions sexuelles, il faut avoir parlé de sexualité saine, reprend Sophie Bousquet. Il faut d'abord comprendre ce qui est sain, avant de commencer par ce qui ne l'est pas.»

Même son de cloche de la part de Jocelyne Robert, LA référence au Québec en matière d'éducation sexuelle. «La meilleure prévention, c'est l'éducation à la sexualité. Si on sait ce qui est bon, on sait ce qui est moins bon.»

Elle concède que ça n'est pas nécessairement évident pour tout le monde. «Le nombre d'adultes qui ont vécu des abus ou qui en ont été témoins est inimaginable...»

Concrètement

Alors, comment faire? Non, on ne s'assoit pas à table pour avoir une grande discussion avec nos enfants. On saisit plutôt les petites occasions. Et elles ne manquent pas. Avec un tout petit qu'on surprend à jouer au docteur, par exemple, Jocelyne Robert suggère de réagir en ces termes: «Oui, c'est normal d'être curieux et excité», et de finir en disant: «Mais attention, jamais avec un grand!»

«Il faut qu'un enfant sache très tôt qu'un adulte n'a pas de droit sur lui!»

Avec un plus vieux, on peut être encore plus explicite: «Oui, la sexualité, c'est beau et bon, mais pas avec n'importe qui, et pas n'importe quand. À ton âge, jamais avec un grand.»

Chez les ados, toujours vulnérables (Jocelyne Robert souligne que certains jeunes, plus carencés affectivement, isolés ou en manque de valorisation, le sont plus particulièrement), on suggère des discussions franches et directes. Par exemple: si un adulte, un entraîneur ou un professeur s'intéresse trop à toi, te gâte, fais attention. «Ça n'est peut-être pas dramatique, mais il y a peut-être lieu de se poser des questions», nuance la sexologue, qui ne veut pas non plus que les parents partent ici en peur, effrayant au passage leurs enfants. «Il ne faut pas en faire un plat, mais utiliser des mots clairs et limpides», insiste-t-elle.

Cohérence

À ce sujet, il est important que les parents soient cohérents. Si un adulte n'a pas de droit sur le corps d'un enfant, si on souhaite que nos enfants l'intègrent, pour qu'ils sachent, le cas échéant, comment dire non, cela a des implications. Cela veut aussi dire qu'ils ont le droit de refuser les bisous des grands-mères à Noël ou des câlins des grands-pères aux anniversaires. Et qu'on se doit de les respecter. «Parce que sinon, les enfants vont finir par penser qu'ils doivent faire ce que les adultes veulent...»

Il faut aussi être clair: non, amour ne rime pas avec sexualité. Il ne suffit pas de s'aimer pour faire des bébés, illustre la sexologue. «Si on associe amour et sexualité, les enfants finissent par croire que si ça vient de quelqu'un qu'ils aiment - et c'est ce qui arrive dans 90 % des cas -, c'est correct!»

Parenthèse: la sexologue conseille ici aux parents de vite mettre les choses au clair avec leurs enfants: non, fiston ne se mariera pas avec maman, ni fillette avec papa. «Ça n'a rien d'effrayant, dit-elle. Ça aide les enfants à grandir.» Et ça, oui, c'est le boulot des parents. Tout comme aborder tous ces sujets délicats.

Te laisse pas faire ! par Jocelyne Robert... (PHOTO TIRÉE DU WEB) - image 2.0

Agrandir

Te laisse pas faire ! par Jocelyne Robert

PHOTO TIRÉE DU WEB

Deux ressources à lire

Avec les plus jeunes

Te laisse pas faire!, Jocelyne Robert, Éditions de l'Homme 2005

Une référence dans toute la francophonie, ce classique de Jocelyne Robert s'adresse à la fois aux parents et aux enfants. Objectif: informer sans effrayer, et surtout prévenir. Pour ce faire, l'auteure propose une foule de mises en situation, à évaluer en famille, histoire de discuter des risques, des réactions possibles et des solutions. Un outil indispensable pour faire le tour de la question.

Avec les plus vieux

Luna la nuit, Ingrid Chabbert et Clémentine Pochon, Les enfants rouges 2017

Pour aborder le délicat sujet de la pédophilie, les auteures sont passées ici par la bande dessinée. Le texte est simple, les dessins sont à la limite naïfs. Ouvrage à la fois sombre, lourd, quoique pudique, ce n'est finalement qu'à la dernière page que le lecteur devine l'horreur. Une porte d'entrée originale et néanmoins efficace pour amorcer un dialogue avec les plus vieux.




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer