Plaidoyer pour la récréation

Selon les auteures d'un document, dévoilé la semaine... (Photo Olivier Jean, Archives La Presse)

Agrandir

Selon les auteures d'un document, dévoilé la semaine dernière, la récréation permettrait aux jeunes d'être plus «attentifs» et «performants» en classe, mais aussi «d'augmenter leurs interactions sociales».

Photo Olivier Jean, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Planifier des récréations ou des pauses actives à intervalles réguliers. Prévoir des moments d'enseignement en utilisant le jeu extérieur. Ne pas utiliser le temps de récréation pour faire du rattrapage dans les travaux non faits ou comme temps de retenue.

Voici quelques-unes des recommandations faites aux directions d'écoles primaires du Québec par la Direction régionale de santé publique du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal et la Commission scolaire de Montréal (CSDM).

Les auteures du fascicule «Pour réussir à l'école, mieux vaut ne pas manquer la récréation», Marylène Goudreault et Marie-Hélène Guimont, vont jusqu'à recommander l'ajout d'une politique sur la récréation dans la Loi sur l'instruction publique, de manière à préciser la durée et les lieux de la récréation, tout en expliquant les raisons pour lesquelles elle favorise la réussite des jeunes.

«Ce doit être un minimum de deux pauses de 15 minutes par jour, mais idéalement, ce devrait être trois ou quatre pauses par jour. Tant au primaire qu'au préscolaire», expliquent Marylène Goudreault et Marie-Hélène Guimont.

La Loi sur l'instruction publique prévoit en effet deux pauses par jour, mais sans autre précision. «Une résolution du conseil des commissaires de la CSDM adoptée en 2006 précise qu'il s'agit de deux pauses de 15 minutes, nous dit Marie-Hélène Guimont, mais les autres commissions scolaires font ce qu'elles veulent. Parfois, la pause d'après-midi consiste à boire de l'eau et à retourner en classe. Au préscolaire, il n'y a aucune mention des récréations.»

Selon les deux auteures, qui ont pris l'initiative de produire ce document, dévoilé la semaine dernière, la récréation permettrait aux jeunes d'être plus «attentifs» et «performants» en classe, mais aussi «d'augmenter leurs interactions sociales». Leur objectif: faire en sorte que durant une journée de classe, les enfants aient 60 minutes d'activités physiques par jour - une recommandation de plusieurs organismes de santé publique.

Est-ce que plus d'interactions dans la cour d'école n'égalent pas plus de conflits que les jeunes ramènent en classe?

Planifier des récréations ou... (Photo Sarah Mongeau-Birkett, Archives La Presse) - image 2.0

Agrandir

Photo Sarah Mongeau-Birkett, Archives La Presse

«Il y a deux ans, on a fait une recherche dans les écoles pour voir s'il y a une corrélation entre le temps passé dans la cour d'école et les conflits à gérer en classe et les cas d'intimidation, nous dit Marie-Hélène Guimont, conseillère pédagogique en éducation physique et à la santé à la CSDM. Ce qu'on a conclu, c'est que oui, il y a plus de possibilités de conflits à l'extérieur de la classe, mais que lorsqu'il y a un encadrement adéquat durant ces pauses et une mobilisation de l'équipe-école, au contraire, ces moments sont positifs.»

Assis longtemps

«Les enfants passent de 50 à 70 % de leur temps en position assise, calcule Marylène Goudreault, conseillère en promotion de la santé à la Direction régionale de santé publique. On sait qu'après une période de cours, l'attention des jeunes diminue.»

«Ce qu'on dit, c'est que ça ne sert à rien de les garder trop longtemps en classe, que c'est contre-productif et que personne n'y gagne. Ça peut être une pause active en classe lorsque les enfants sont trop agités, mais il faut changer les mentalités.»

Autre argument des auteures : ces pauses actives permettent aux jeunes de «consolider» les notions apprises dans leurs cours d'éducation physique.

«Dans les cours d'éducation physique, les enfants développent des habiletés motrices de base, rappelle Marie-Hélène Guimont. Plus un enfant se sent compétent, plus il aura envie de continuer à être physiquement actif. Les récréations ou les périodes passées au service de garde sont d'excellents moments pour revoir tous ces apprentissages vus en éducation physique.»

Comment faire pour mettre en place ces mesures ? Est-ce qu'il y a un coût pour leur mise en place?

«C'est un coût en temps, dit Marie-Hélène Guimont. Il faut former et accompagner les intervenants des écoles et les parents afin qu'ils mettent en place des actions pour faire de la cour un environnement stimulant, sain et sécuritaire pour les élèves. Il faut changer la posture de l'adulte dans la cour d'école.»

«Pour réussir à l'école, mieux vaut ne pas manquer la récréation» s'ajoute au guide «Ma cour, un monde de plaisir», sorti en 2009, qui visait à repenser l'espace de la cour d'école, son aménagement, son organisation et son animation. Un document qui a permis de mettre en place une première série de mesures.




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer