Fêtes d'enfants: organisation 101

Il existe une règle non écrite, selon laquelle... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE.)

Agrandir

Il existe une règle non écrite, selon laquelle un enfant invite autant d'amis qu'il a d'années d'âge - 5 ans, 5 amis.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Organiser une fête d'enfants ou être invité à une fête d'enfants peut causer des maux de tête. Combien d'invités ? Combien dépenser pour un cadeau ? Pour ou contre le sac à surprises ? L'étiquette des fêtes d'enfants, vue par trois mamans.

Laurie Dupont le confirme : désormais, les enfants attendent... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE.) - image 1.0

Agrandir

Laurie Dupont le confirme : désormais, les enfants attendent leur sac à surprises... « Avant, je trouvais ça cool et beau, avoue-t-elle. Maintenant, je trouve que c'est de la surconsommation, c'est tellement des cochonneries... »

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE.

Les fêtes où l'on passe la nuit chez... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE.) - image 1.1

Agrandir

Les fêtes où l'on passe la nuit chez le fêté se répandent à mesure que l'enfant se rapproche de la barre des 10 ans. Avant, c'est peut-être trop tôt.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE.

INVITATIONS

Il existe une règle non écrite, selon laquelle un enfant invite autant d'amis qu'il a d'années d'âge - 5 ans, 5 amis. « Il n'y a pas de règle, estime cependant Anne-Marie Dufresne, maman de deux garçons. L'année dernière, mon fils de 7 ans a fait 12 invitations. Je trouvais ça beaucoup, mais je me disais qu'ils ne confirmeraient pas tous. Comme de fait, il y a eu 8 enfants. » Elle juge ce ratio correct. « Mais à 12, j'aurais capoté ! », pense-t-elle. Julie Tassé, elle, limite le nombre à 6 invités. « Après, on tombe dans la gestion de classe ! », juge-t-elle.

ACTIVITÉS

Laurie Dupont, maman de deux fillettes, raconte que, lorsque les petits invités arrivent, ils sont libres. Au moins le temps de visiter tous les recoins de la maison. « Après, mon chum, qui a été animateur de camp de vacances, les prend en charge », dit-elle. Anne-Marie Dufresne, elle, « n'organise pas l'après-midi au complet ». Elle fait une seule activité (une chasse au trésor, par exemple) et laisse les enfants jouer librement le reste du temps. « Je trouve ça plus adapté que de faire cinq activités auxquelles ils doivent tous participer », explique-t-elle.

DURÉE

Pas de grand débat sur cette question : les parents sondés jugent tous qu'une fête qui dure entre deux heures trente et trois heures, c'est bien suffisant. En après-midi, de manière à éviter de concocter un dîner ou un souper.

DODO ?

« Mon fils aîné a été invité à dormir chez un ami pour une fête de 7 ans. J'ai trouvé ça audacieux, dit Anne-Marie Dufresne. Je ne l'ai pas encore fait et je ne sais pas si je vais le faire un jour... C'est beaucoup d'organisation, je trouve. » Ce genre de fête se répand toutefois à mesure que l'enfant se rapproche de la barre des 10 ans. Avant, c'est peut-être trop tôt. « Vers 8 ans, il y a encore des craintes nocturnes », estime Julie Tassé. Elle a fait l'expérience de la soirée « ciné, popcorn, placotage, dodo » pour les 10 ans de sa fille aînée. Détail intéressant : les amies sont arrivées après le souper, alors il ne restait que le déjeuner à gérer.

VALEUR DU CADEAU

Pas de grand débat ici non plus. Plusieurs parents dépensent en moyenne 15 $ ou 20 $ pour le cadeau de l'ami chez qui leur enfant est invité. Parfois, un peu plus pour un ami proche.

ET LE SAC À SURPRISES ?

« Je trouve ça exagéré, tranche Anne-Marie Dufresne. On sent quand même une petite pression... » Laurie Dupont confirme : désormais, les enfants attendent leur sac à surprises... « Avant, je trouvais ça cool et beau, avoue-t-elle. Maintenant, je trouve que c'est de la surconsommation, c'est tellement des cochonneries... » La maman de deux fillettes a envie de faire les choses autrement, maintenant. Cette année, la fête de son aînée aura lieu dans un centre d'escalade. « Il n'y aura pas de sac à surprises. Ils auront une activité, fait-elle valoir, ils auront une plus-value. » Julie Tassé, elle, ne veut pas non plus offrir de babioles qui finiront vite à la poubelle. Elle opte pour des bonbons (« Quand les enfants partent, c'est Noël dans leurs yeux ! », dit-elle) ou un bricolage fait durant la journée.




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer