Maternité: éloge du lâcher-prise

Les (Z)imparfaites Nancy Coulombe et Nadine Descheneaux... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Les (Z)imparfaites Nancy Coulombe et Nadine Descheneaux

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Mères indignes, réjouissez-vous : le duo des (Z)imparfaites, Nancy Coulombe et Nadine Descheneaux, récidive avec un deuxième opus, Assez, c'est assez !. Avec nos journalistes Silvia Galipeau et Isabelle Audet, elles ont discuté maternité, paternité et lâcher-prise.

«Le bonheur est une cour pleine de pissenlits...»Mise en garde. Aucun expert n'a été consulté. Pas une seule étude n'est non plus citée. Zéro enquête analysée. Par contre : vous trouverez dans le tout dernier livre des (Z)imparfaites près de 400 pages de gros bon sens, des vérités vraies sur nos plus grands travers de mères (désolée, les gars, on s'adresse ici vraiment aux femmes, et seulement aux femmes) et, en prime, de sacrés beaux défis.

Pour quoi faire, des défis ? Mais parce que ça suffit !

Ça suffit ? « Oui, répond Nancy Coulombe, l'une des coauteures du seul vrai guide du lâcher-prise des (Z)imparfaites : Assez, c'est assez !, en librairie cette semaine. On a ri de nous-mêmes, on a fait de l'autodérision, on s'est assumées. Mais au-delà de s'assumer, il faut agir. »

Finie la rigolade, quoi. Place à l'action. Il faut dire que voilà six ans que Nadine Descheneaux et elle bloguent leurs imperfections et autres montées de lait de mères, au point d'être devenues une référence en matière de coups de gueule maternels. Après Le guide de survie des (Z)imparfaites (2009), les deux journalistes nous arrivent donc ici avec une sorte de suite pratico-pratique, histoire de « mettre en application » un véritable nouveau « mode de vie ».

« On s'est moqué de nos imperfections, mais tout le monde est quand même à bout. Tout le monde est déprimé. Dans les faits, ça n'a rien changé de rire. À un moment donné, il faut adopter un nouveau mode de vie. » - Nancy Coulombe, mère de triplés

Regardez autour de vous. Combien de mères sont à bout de souffle, littéralement épuisées, se sentent jugées, coupables de tout (et de rien) et surtout, surtout, sont toujours à la recherche du bonheur avec un grand B ? « Si tu ne fais pas de choix, ça va péter ! On s'en met trop ! », renchérit Nadine Descheneaux.

OÙ EST LE PLAISIR ?

« À force de prendre la maternité trop au sérieux [...], nous l'avons détournée de son premier but : le plaisir d'être mère », écrivaient-elles en 2009. Leur guide est donc ici un véritable manuel pour retrouver ce « plaisir » souvent tout simple, tout proche, malheureusement enfoui sous mille et une obligations (auto-)imposées.

Concrètement, elles proposent de lâcher prise dans différentes sphères : en finir avec la culpabilité, le regard des autres (et leurs photos parfaites omniprésentes sur les réseaux sociaux), les enfants naturellement tyrans, la conciliation famille-travail, la (mal)bouffe et les sacro-saints devoirs.

Dans chaque chapitre, en plus d'une bonne dose d'humour (cinq raisons d'arrêter d'être gentilles, les défauts à cultiver ou comment avoir une vie avec des enfants), elles proposent donc une série de « défis pour passer à l'action ». En vrac : ne plus plier les débarbouillettes, dire « non » sans raison à un enfant, prendre une journée de congé pour soi, céder à la pizza congelée, jouer à un jeu niaiseux et aimer ça, offrir un congé de devoirs (et fêter au resto).

Vous voyez le genre. C'est l'anti-manuel de maternité par excellence. Qui s'adresse, évidemment, aux mères surinformées qui voudraient tant bien faire, mais qui n'en peuvent plus. Avez-vous franchement déjà lu quelque part qu'il n'était pas nécessaire d'allaiter (« tsé »), que le ketchup et le Nutella vous sauveront souvent la vie et que, pour survivre aux devoirs, il vous faut des Smarties, sans oublier un bon verre de vin ? Avouez que c'est savoureux.

FAIRE DES CHOIX

Mais n'allez toutefois pas croire que les deux auteures suggèrent ici un désengagement. Loin de là. On propose plutôt de faire des choix. Nuance.

« Lâcher prise, ce n'est pas abandonner. Ce n'est pas abdiquer. C'est choisir. Et faire un ménage pour soi. Pour sa famille », précise Nadine Descheneaux.

Est-ce vraiment nécessaire de superviser tous les devoirs, corriger toutes les fautes d'orthographe et ce participe passé mal accordé ? Peut-on souffler avant de ranger la cuisine ? Et si on profitait un peu du fameux moment présent ?

« Est-ce qu'on est toujours en mode plaisir ? Non. Mais je suis toujours en mode élimination pour avoir du temps », précise Nancy Coulombe.

« Le bonheur est une cour pleine de pissenlits... », conclut-elle.

+++

Assez, c'est assez ! - Le seul vrai guide du lâcher-prise (des (Z)imparfaites)

Nancy Coulombe et Nadine Descheneaux

Éditions Druide

24,95 $

En librairie le 8 octobre 2014

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Et si papa avait raison?

    Famille

    Et si papa avait raison?

    Et si, à chercher très loin le secret du lâcher-prise dans leur quotidien, les femmes l'avaient sous les yeux ? Le père, avec son authenticité et sa... »

  • Maternité: l'art de faire des choix

    Famille

    Maternité: l'art de faire des choix

    Faire des choix. Voilà le clou sur lequel frappent les (Z)imparfaites. Où donner un peu de lest, alors ? Les auteures rapportent à la fin de leur... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer