Conseils et astuces pour parents d'écoliers

Un mois après la rentrée, notre garçon n'est toujours pas à l'aise à l'école ?... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un mois après la rentrée, notre garçon n'est toujours pas à l'aise à l'école ? On y va le week-end, pour jouer dans la cour. Notre fille, nouvellement élève de maternelle, s'ennuie de ses amies de la garderie ? On les invite à jouer à la maison.

Ces conseils sont tirés de Mon enfant à l'école, un guide très complet qui vise à aider les parents d'écoliers. Devoirs et leçons, réussite scolaire, socialisation et besoins particuliers des enfants sont abordés de façon concrète, avec des astuces de nombreux experts, professeurs et parents. Parfait pour les pères et mères bien intentionnés, mais souvent trop fatigués pour trouver des solutions originales aux petits et grands soucis de leur progéniture.

Un enfant timide peut être impressionné par la grouillante cohorte d'enfants qui peuple la cour d'école. Pourquoi ne pas simplement lui demander s'il voit un ami qui joue au même jeu que lui ?, suggère dans le guide Solène Bourque, psychoéducatrice. « C'est beaucoup moins anxiogène pour l'enfant d'envisager de créer le contact avec une seule personne que de le faire avec le groupe », explique-t-elle.

Le petit dernier se chausse de travers ? On fait une marque sur sa chaussure droite pour l'encourager à améliorer son autonomie. « N'oubliez pas que, lorsque vous faites à sa place ce que votre enfant est capable de faire lui-même, c'est un peu comme si vous lui disiez : "Tu n'es pas capable" », observe Lizanne Durocher, enseignante au primaire.

Faire les devoirs tôt le matin

Cela veut-il dire qu'il faut laisser nos écoliers faire leur devoir seuls ? Pas quand ils sont petits. « Au premier cycle du primaire, le parent doit accompagner l'enfant dans ses travaux », soutient Jacynthe Boyer, psychoéducatrice.

Comment caser le tout dans notre horaire surchargé ? « Ma fille fait ses devoirs les matins de week-end, ce qui allège notre train-train la semaine, témoigne Joyce, une maman. Pour les leçons, nous nous gardons un temps avant le coucher, juste toutes les deux dans sa chambre. » D'autres préfèrent se lever très tôt en semaine pour faire les devoirs, leur enfant tombant de sommeil en soirée.

En cas de chute des résultats scolaires des plus grands, l'ouvrage collectif publié par le magazine Coup de pouce suggère de faire étudier le préado en notre présence plutôt que dans sa chambre, pour éviter les distractions. Et d'imposer qu'il termine ce qu'il entreprend. « Ne rien exiger, c'est poser un jugement d'incompétence envers lui », souligne l'orthopédagogue Germain Duclos.

Laisser le temps de digérer la séparation

Si les parents se séparent, il ne faut pas s'attendre à ce que l'enfant digère la nouvelle en deux ou trois semaines. « Il faut lui laisser du temps pour qu'il fasse son deuil et s'adapte à sa nouvelle situation », indique Robert Pelletier, vice-président de l'Association québécoise des psychologues scolaires. Bonne nouvelle : la plupart des enfants composent bien avec deux styles d'éducation différents, « à condition, et c'est de loin le plus important, que les parents ne se discréditent pas l'un l'autre », précise le guide.

Le fameux TDAH

Mon enfant à l'école démasque les mythes entourant le trouble du déficit d'attention avec ou sans hyperactivité (le fameux TDAH), qui touche de 5 à 10 % des enfants d'âge scolaire. Non, ce n'est pas la faute du manque de discipline des parents. Et le Ritalin ne fera pas en sorte que l'enfant traité deviendra automatiquement un ado drogué. « À l'adolescence, le risque de toxicomanie est de 33 % chez les cas de TDAH non traités, contre 13 % chez les enfants traités », souligne le Dr Yves Lambert, omnipraticien.

Le guide finit avec quelques recettes (de beurres de noix, de muffins, de soupes-repas, etc.). Parce qu'être parent de deux écoliers, c'est aussi faire 360 lunchs par année...

Huit trucs inspirés de mon enfant à l'école

  • Votre enfant ne veut pas coopérer le matin ? Prenez d'abord cinq minutes pour le bécoter dans son lit.
  • Votre fille ne veut mettre que des robes roses ? Laissez-lui choisir ce qu'elle porte un jour sur deux.
  • Mettez crayons, aiguisoir, gommes à effacer dans un « panier scolaire » à déposer rapidement sur la table de la cuisine au moment de faire les devoirs.
  • Si la chambre de l'enfant est petite, fixez une table à rabat au mur pour créer un espace de travail.
  • Pratiquez les additions avec des macaronis (pas cuits !).
  • Utilisez la minuterie du four pour fixer le temps consacré à l'étude, ou au jeu avant de partir le matin.
  • Offrez des cahiers de sudokus aux enfants pour les intéresser aux maths.
  • Conseillez aux enfants intimidés de regarder leurs agresseurs droit dans les yeux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer